La Chèvre aux pieds d'or  –  Jacques Robert  –  1926

Fiche générale

  • Numéro de film : 9496
  • Genre : Scène dramatique
  • Producteur :Jacques Robert
  • Production :Pathé Consortium Cinéma
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Jacques Robert
  • Interprètes : Lilian Constantini (Toutcha)
    Gil Clary (la religieuse)
    Romuald Joubé (Marc Brégyl)
    Maxudian (Ursac)
    Pierre Alcover (Friedrich)
    d'Alix (Alexis)
    Henri Desmarets (Président du Conseil de Guerre)
    Alexis Ghasne (Commissaire du Gouvernement)
  • Scénario :Louise Guesde d'après le roman éponyme de Charles-Henry Hirsh (1920)
  • Directeur de la photographie : Ganzli Walter
    Porchet et Omer P.E. Mys

Production

  • Producteur :Jacques Robert
  • Production :Pathé Consortium Cinéma
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Jacques Robert
  • Scénario :Louise Guesde d'après le roman éponyme de Charles-Henry Hirsh (1920)
  • Interprètes :Lilian Constantini (Toutcha)
    Gil Clary (la religieuse)
    Romuald Joubé (Marc Brégyl)
    Maxudian (Ursac)
    Pierre Alcover (Friedrich)
    d'Alix (Alexis)
    Henri Desmarets (Président du Conseil de Guerre)
    Alexis Ghasne (Commissaire du Gouvernement)

Fiche technique

  • Photographie :Ganzli Walter
    Porchet et Omer P.E. Mys

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique

RÉSUMÉ

Dans la Pologne russe, une jeune fille Toutcha ferme les yeux de sa mère dans leur misérable logis puis s'en va de par les routes. Elle devient peu après servante d'auberge et bientôt la maîtresse d'un étudiant nihiliste. Un jour, ils sont tous les deux arrêtés. Toutcha est relâchée alors que son amant est pendu. Quelques années plus tard, Toutcha est devenue danseuse dans une grande capitale européenne. Elle est la vedette du ballet La Chèvre aux pieds d'or. Un jeune peintre Ursac la présente à son ami l'avocat Marc Brégyl. Peu après, l'avocat devient l'amant de la jeune femme. Mais l'attitude de Toutcha envers Bregyl devient énigmatique et ses fréquentations douteuses. L'avocat la quitte. La guerre éclate et Brégyl reçoit un jour une lettre de la jeune polonaise qui signe de son vrai nom et qui lui demande de la défendre devant le conseil de guerre car elle est accusée d'espionnage. La jeune femme alors se confie à lui et lui raconte sa pauvre vie ; elle avoue qu'elle est devenue espionne sous la menace du baron Erdlich, celui-là même qui l'avait arrêtée et relâchée. Mais malgré les témoignages en sa faveur, malgré la plaidoirie de Bregyl, Toutcha est condamnée à mort.

En savoir plus

Sujet dans Pathé-Journal n° 54, 12.3.1926

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 12 au 18.3.1926

Note critique : “Le roman de M. Charles-Henry Hirsch, qui a fourni sa matière et son titre au film que M. Jacques Robert nous apporte aujourd'hui, fut la première œuvre littéraire à utiliser une des innombrables aventures d'espionnage nées au cours de la guerre de 1914-1918, comme La Danseuse Rouge, qui n'est que l'adaptation théâtrale de ce même roman, fut la première œuvre dramatique gravitant autour d'une espionne. Malheureusement pour lui, le film de M. Jacques Robert n'est pas la première œuvre cinématographique à faire revivre un drame d'espionnage… Il convient de reconnaître cependant que M. Jacques Robert a apporté beaucoup de soin et d'intelligence à composer, selon une courbe harmonieusement ascendante l'histoire de la malheureuse Toutcha…” René Jeanne, Le Petit Journal, 12.3.1926

Présentation corporative : 24.2.1926
Date de la publication électronique :02 November 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004