Le Vertige  –  Marcel L'Herbier  –  1926

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 9499
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Cinégraphic
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Marcel L'Herbier
  • Interprètes : Emmy Lynn (Natacha Svirsky)
    Claire Prélia (Mme de Cassel)
    Jaque-Catelain (Henri de Cassel)
    Roger Karl (Général Svirsky)
    Gaston Jaquet (Charançon)
    Bondireff (Louis)...
  • Scénario :d'après la pièce de Charles Méré (Théâtre de Paris
    8.11.1922)
  • Directeur de la photographie : Hans Theyer
    Jean Letort et J. Marsh

Production

  • Production :Cinégraphic
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Marcel L'Herbier
  • Scénario :d'après la pièce de Charles Méré (Théâtre de Paris
    8.11.1922)
  • Interprètes :Emmy Lynn (Natacha Svirsky)
    Claire Prélia (Mme de Cassel)
    Jaque-Catelain (Henri de Cassel)
    Roger Karl (Général Svirsky)
    Gaston Jaquet (Charançon)
    Bondireff (Louis)
    Andrew Engelmann (Petroff)
    Léo Da Costa (un chef révolutionnaire)

Fiche technique

  • Photographie :Hans Theyer
    Jean Letort et J. Marsh

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique

RÉSUMÉ

Autrefois, à Pétrograd, au début de la révolution, le général comte Svirsky a assassiné par jalousie l'ancien fiancé de sa femme : Dimitrieff. Natacha Svirsky fait connaissance à Nice d'un gentilhomme français, Henri de Cassel qui est le portrait vivant du disparu. Le vertige la saisit et elle devient sa maîtresse. Le mari et l'amant se trouvent un jour face à face. Le comte menace de mort Henri de Cassel puis part à la campagne emmenant son épouse. Henri de Cassel retrouve leur retraite. Il provoque alors le comte en duel mais au moment où le comte va tirer, il tombe terrassé par une embolie. Plus rien, désormais, ne s'oppose au bonheur de Natacha.

En savoir plus

Sujet dans La Cinématographie Française n° 391, 1.5.1926

Sortie : Omnia Pathé, Paris, 5 au 11.11.1926

Notes critiques : “In quanto al soggetto, non presenta alcun interesse. Comme in quasi tutti i film francesi, la vicenda anziché snodarsi piena di vita e di calore, si trascina alla meglio e sembra ad ogni istante debba affogare miseramente nella morte gora dell'indifferenza generale. Anche gli interpreti non riescono a scuotersi di dosso il torpore che in questo film contagia, per cosi' dire, tutti : autore, direttore, attori e, naturalmente, anche gli spettatori.” La Rivista Cinematografica n° 5/1928 (Cité par V. Martinelli)

“Œuvre passionnante et d'une profonde psychologie la pièce de Charles Méré a donné naissance sous la direction de M. L'Herbier à un film prenant, fait de scènes émouvantes… Toute la sensibilité du texte a été insufflée aux images et la magie étonnante de la lumière remplace ici celle du verbe.” Jean Gallois, Le Matin, 12.11.1926

Présentation corporative : 28.4.1926
Date de la publication électronique :02 novembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004