Le Roman d’un jeune homme pauvre  –  Gaston Ravel  –  1927

Fiche générale

Affiche
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société des Cinéromans et Alga-Films
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :Gaston Ravel
  • Interprètes : Suzy Vernon (Marguerite)
    Maly Delschaft (Gabrielle Hélouin)
    Suzanne Munte (Mme Laroque)
    Elizza Lo Porta (Christiane)
    Wladimir Gaïdaroff (Maxime Odiot)
    Albert Steinrück (le grand père Laroque)...
  • Scénario :d’après le roman éponyme de Octave Feuillet (1859)
  • Directeur de la photographie : Rudolf Maté et Wilfred Lucas
  • Chef décorateur : Tony Lekain

Production

  • Production :Société des Cinéromans et Alga-Films
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :Gaston Ravel
  • Scénario :d’après le roman éponyme de Octave Feuillet (1859)
  • Interprètes :Suzy Vernon (Marguerite)
    Maly Delschaft (Gabrielle Hélouin)
    Suzanne Munte (Mme Laroque)
    Elizza Lo Porta (Christiane)
    Wladimir Gaïdaroff (Maxime Odiot)
    Albert Steinrück (le grand père Laroque)
    Adolf Engers (M. de Bévallan)
    Jean Bradin (le fiancé de Marguerite)

Fiche technique

  • Photographie :Rudolf Maté et Wilfred Lucas
  • Chef décorateur :Tony Lekain
  • Assistant réalisateur :Tony Lekain et Cura

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : (2 476 m)

RÉSUMÉ

Maxime Odiot cache sa véritable identité et son titre : marquis Champcey d’Hauterive parce qu’il est pauvre et veut gagner la dot de sa jeune sœur. Intendant chez les richissimes bourgeois Laroque, Maxime s’éprend de l’orgueilleuse Marguerite qui ne croit plus en l’amour, persuadée que seuls ses sept millions de dot attirent les prétendants. Les intrigues de la demoiselle de compagnie Gabrielle Hélouin, sépareront pour un temps ces deux êtres qui s’adorent et qu’un stupide orgeuil éloigne. Mais quand Marguerite apprendra que la dot en question est celle de la sœur de Maxime, il y aura un autre coup de théâtre : le grand-père Laroque apprendra le nom de l’intendant, révélera que sa fortune immense est le fruit d’un crime qu’il ne voulait certes pas, mais dont il profita : la mort violente du grand-père de Maxime. Maxime reprendra le château et les biens des Laroque mais ne voudra en profiter que si Marguerite devient sa femme.

En savoir plus

Sujet dans La Cinématographie Française n° 443, 30.4.1927

Note critique : “Cette intrigue porte terriblement la marque des années 1850-1860 qui virent naître le roman d’Octave Feuillet. M. Gaston Ravel a pensé qu’en dépit des apparences cette intrigue était de tous les temps et il a hardiment modernisé les personnages… c’est-à-dire qu’il leur a donné des vêtements modernes et qu’il les a fait monter en automobile mais qu’il s’est bien gardé de moderniser les sentiments auxquels ces personnages obéissent, si bien que l’on est un peu étonné de voir un jeune homme en veston et smoking et une jeune fille en jupe courte échanger des sentiments comme ils échangeraient des révérences.” René Jeanne, Le Petit Journal, 9.12.1927

Présentation corporative : 20.4.1927
Date de la publication électronique :04 November 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004