La Petite chocolatière  –  René Hervil  –  1927

Fiche générale

  • Genre : Comédie
  • Production :Société des Cinéromans
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :René Hervil
  • Interprètes : Dolly Davis (Benjamine Lapistolle)
    André Roanne (Paul Normand)
    Simone Mareuil (Rosette)
    Luitz-Morat (Félicien Bédaride)
    Pawloff (Mme Florise Mingassol)
    Nita Alvarez
    André Nicolle (Lapistolle)
    Ernest Maupain (Mingassol)
  • Scénario :d’après la pièce de Paul Gavault (Théâtre de La Renaissance
    Paris
    23.10.1909)
  • Directeur de la photographie : Marcel Grimault et Georges Lafont

Production

  • Production :Société des Cinéromans
  • Édition : Pathé Consortium Cinéma

Fiche artistique

  • Réalisateur :René Hervil
  • Scénario :d’après la pièce de Paul Gavault (Théâtre de La Renaissance
    Paris
    23.10.1909)
  • Interprètes :Dolly Davis (Benjamine Lapistolle)
    André Roanne (Paul Normand)
    Simone Mareuil (Rosette)
    Luitz-Morat (Félicien Bédaride)
    Pawloff (Mme Florise Mingassol)
    Nita Alvarez
    André Nicolle (Lapistolle)
    Ernest Maupain (Mingassol)

Fiche technique

  • Photographie :Marcel Grimault et Georges Lafont

Résumé et notes

  • Genre : Comédie

RÉSUMÉ

À Cannes, sur une terrasse ombreuse du Casino, trois amis devisent agréablement : Paul Normand, charmant jeune homme, fonctionnaire modèle, qui doit prochainement épouser la fille du Sous-Directeur au Ministère de la Mutualité où il est un modeste expéditionnaire, Bédarride, peintre méridional, plein de faconde et de bonté et la compagne de Bédarride, Rosette. Mais Bédarride en leur désignant le yacht du richissime chocolatier Lapistolle et sa rieuse fille Benjamine leur déclare que pour lui c’est cette vie là qu’il ambitionne ! Plus tard, dans le mas provençal où Normand passe ses vacances avec Bedarride et Rosette, une auto en panne s’arrête. Et Bedarride reconnaît en la personne de la jeune fille qui vient frapper à leur porte, l’héritière Lapistole. Il ne fait ni une, ni deux et sous prétexte d’aider le chauffeur, il perce le dernier pneu. Force est à Benjamine de coucher dans le lit de Paul. En maugréant, Paul est forcé de céder son lit. Hélas, le chef de Paul arrive le lendemain et trouve deux jeunes femmes en pyjama. D’où rupture. Normand, furieux accable Benjamine de sa colère. Benjamine est attirée par ce grand garçon qui ose lui dire en face quelques vérités. De retour à Paris, elle multiplie les invitations auxquelles Paul Normand ne répond pas. Avec la complicité active de Bédarride, Benjamine réussit à pénétrer dans le bureau de Paul et même à provoquer son renvoi. Malgré le père Lapistolle qui lui offre une situation et Benjamine qui se propose comme fiancée, Paul refuse et s’enfuit en Provence. Mais la veille de son mariage avec un riche benêt, Benjamine apprend de Bédarride où est Paul, abandonne tout et file en auto rejoindre le seul homme qui l’ait aimée pour elle-même.

En savoir plus

Sujet dans La Cinématographie Française n° 450, 8.6.1927

Note critique : “Una commedia leggera, briosa, che si presenta con garbo e che percio' piace… Dolly Davis ottimamente affiatata con André Roanne, è stata graziosissima e deliziosamente impertinente. Tutti gli altri attori hanno contribuito al buon successo di questa commedia con una recitazione sciolta e naturale” La Vita Cinematografica N° 10/1928 (Cité par V. Martinelli)

Présentation corporative : 15.6.1927
Date de la publication électronique :04 novembre 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, De Pathé frères à Pathé Cinéma (1915-1927), Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004