L'Homme aux gants blancs   –  Albert Capellani  –  1908

Fiche générale

  • Autre titre : The Man with White Gloves (an English translation) ;Der Mann mit den wissen Handichuhen (a German title)
  • Numéro de film : 2588
  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes (8me Série)
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Albert Capellani
  • Interprètes : Marguerite Brésil (la demi-mondaine)
    Henri Desfontaines (Jules
    l’apache)
    Jacques Grétillat (l’aventurier)
  • Scénario :(d’après la pantomime de Henry Bérény et la pièce de Georges Docquois)

Production

  • Autre titre : The Man with White Gloves (an English translation) ;Der Mann mit den wissen Handichuhen (a German title)
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Albert Capellani
  • Scénario :(d’après la pantomime de Henry Bérény et la pièce de Georges Docquois)
  • Interprètes :Marguerite Brésil (la demi-mondaine)
    Henri Desfontaines (Jules
    l’apache)
    Jacques Grétillat (l’aventurier)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes (8me Série)
  • Métrage : 310 m ; 1016.8 f.
  • Code télégraphique : Fragment

RÉSUMÉ

La poche vide, mais la mise correcte, plutôt vêtu avec élégance, afin d’inspirer confiance et plus aisément faire des dupes, un aventurier aux abois cherche une occasion. Il la rencontre dans un restaurant de nuit sous forme d’une demi-mondaine, fort élégante, au cou de laquelle brille un admirable collier à sept rangs de perles. La dame répond à ses avances, non par vénalité mais avec la jolie sincérité d’un bref caprice. Au moment où l’auto­mobile des amoureux stoppe, un pâle voyou se précipite, ouvre la portière et suit, d’un œil scrutateur le couple qui disparaît derrière la grille. Monsieur Jules aussi cherche une oc­casion. Une heure après, le flibustier quitte la belle et tire de sa poche en l’examinant complaisamment le collier de perles de sa conquête. Mais un autre objet par inadvertance, glisse à terre, une paire de gants blancs achetés le jour même. Resté seul, Monsieur Jules les ramasse, les passe à ses mains. Tirant de sa poche sa pince-monseigneur, il pénètre dans la villa, force le secrétaire, mais pris sur le fait, il est contraint, pour se sauver, d’étrangler la demi-mondaine et s’enfuit. La justice informe… on trouve auprès du cadavre une paire de gants blancs qui portent l’adresse de la maison de vente. En suivant la piste, on remonte aisément jusqu’au voleur du collier. C’est évidemment le coupable. Il est confronté avec la victime et arrêté malgré l’énergie de sa défense. Quand on l’emmène au dépôt, Monsieur Jules qui guette effrontément, ouvre la portière de la voiture de la justice et platement obséquieux, ramasse la canne que vient de laisser tomber Monsieur le Juge d’Instruction avec la tranquillité d’une conscience pure que la police ne saurait inquiéter.

En savoir plus

Sortie  : Omnia Pathé, Paris, 1.11.1908

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet |p 144 ; Pathe é Frères, Kinematographen und Films. Berlin : Pathé, December, 1908 |p |y sum

Date de la publication électronique :13 octobre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004