La Moutarde me monte au nez  –  Claude Zidi  –  1974

Fiche générale

  • Pays de production :France
  • Genre : Comédie
  • Durée : 1h38
  • Production :Renn Productions
    Les Films Christian Fechner...
  • Numéro de visa : 42754
  • Distribution : A.M.L.F.
  • Réalisateur :Claude Zidi
  • Interprètes : Pierre Richard (Pierre Durois)
    Jane Birkin (Jackie Logan)
    Danièle Minazzoli (Danièle)
    Claude Pieplu (Hubert Dubois)
    Jean Martin (le proviseur)
    Vittorio Caprioli (Vérone)
    Julien Giomar (Albert Renaudin)
    Isabelle Ceaux (une nénette)...
  • Scénario :Claude Zidi
    Michel Fabre (collaboration)
    Pierre Richard (collaboration)
  • Adaptation :Claude Zidi
    Michel Fabre (collaboration)...
  • Dialogues :Claude Zidi
    Michel Fabre (collaboration)...
  • Producteur délégué :Bernard Artigues
  • Directeur de production :Henri Brichetti
    Danielle Vaugon (secrétaire de la production)...
  • Directeur de la photographie : Henri Decae
    Yves Rodallec (cadreur)...
  • Compositeur de la musique : Vladimir Cosma
  • Monteur : Robert Isnardon
  • Chef décorateur : Michel de Broin
    Jacques Bufnoir (assistant)
  • Costumier : Magali Fustier
    Jacqueline Planet (habilleuse)

Production

  • Pays de production : France
  • Production : Renn Productions
    Les Films Christian Fechner
    Films 7
    Simar
  • Distribution : A.M.L.F.
  • Producteur délégué : Bernard Artigues
  • Directeur de production : Henri Brichetti
    Danielle Vaugon (secrétaire de la production)
    Bernard Marescout (administrateur)
    Jean Brun (administrateur)

Fiche artistique

  • Réalisateur : Claude Zidi
  • Scénario : Claude Zidi
    Michel Fabre (collaboration)
    Pierre Richard (collaboration)
  • Adaptation : Claude Zidi
    Michel Fabre (collaboration)
    Pierre Richard (collaboration)
  • Dialogues : Claude Zidi
    Michel Fabre (collaboration)
    Pierre Richard (collaboration)
  • Scripte : Sylvie Koechlin
  • Interprètes : Pierre Richard (Pierre Durois)
    Jane Birkin (Jackie Logan)
    Danièle Minazzoli (Danièle)
    Claude Pieplu (Hubert Dubois)
    Jean Martin (le proviseur)
    Vittorio Caprioli (Vérone)
    Julien Giomar (Albert Renaudin)
    Isabelle Ceaux (une nénette)
    Catherine de Keuchel (une nénette)
    Isabelle Gautier (une nénette)
    Bruno Balp (Grégoire)
    Jean-Marie Proslier (le conducteur stop)
    Clément Harari (Harry Welsinger)
    Henri Guybet (Patrick)
    Anna Gaylor
    Manuel Pluton
    Jean-Pierre Renault
    Jacky Vernon
    Robert Klein
    Harry Welsinger
    Marcel Labbaye
    Serge Wagner
    Charles Dalin
    Michel Baubat
    Jacky Le Brec
    Rémy Pie
    Dan Vieru
    Joëlle Baland
    Stepahn Gudju

Fiche technique

  • Photographie : Henri Decae
    Yves Rodallec (cadreur)
    Alain Diderjean (assistant opérateur)
    Michael Oguntke (assistant opérateur)
  • Compositeur de la musique : Vladimir Cosma
  • Ingénieur du son : Bernard Aubouy
    André Naudin (bruiteur)
    Jean-Louis Uguetto (perchman)
  • Effets spéciaux : Christian Bourqui
  • Monteur : Robert Isnardon
  • Chef décorateur : Michel de Broin
    Jacques Bufnoir (assistant)
  • Costumier : Magali Fustier
    Jacqueline Planet (habilleuse)
  • Son : Panavision Cinémascope
  • Maquilleur : Jean-Pierre Eychenne
    Jane Birkin (coiffures)
  • Photographe de plateau : Jean-Louis Atlan
  • Régisseur : Jean-Marie Durand (régisseur général)
    Bernard Vaillant
    Jean-Pierre Fayer
  • Assistant réalisateur : Lionel Bernier
    Anne Pampuzac
  • Laboratoire : Eclair

Résumé et notes

  • Genre : Comédie
  • Métrage : 2684 mètres
  • Durée : 1h38

RÉSUMÉ

Elle, c'est Jackie Logan, une authentique altesse royale que des revers de fortune ont amenée à prendre un pseudonyme pour devenir vedette de cinéma, et l'une des célébrités mondiales les plus intensément traquées par les journalistes de la presse à sensation. Lui, c'est Pierre Durais, un jeune homme de 30 ans, professeur d'histoire dans une petite ville du Midi dont son père, le bouillant Dr. Durais, est le maire intransigeant et contesté. A priori, rien ne devrait les rapprocher, et sans doute ne se seraient-ils jamais rencontrés si les hasards de la production cinématographique n'avaient voulu, un jour, que Jackie vienne tourner un film dans les environs de la paisible cité où Pierre exerce son métier de professeur. Garçon sage, sérieux, et d'autant plus apprécié de son père que c'est lui, la plupart du temps, qui lui rédige ses discours officiels, Pierre mène, apparemment, une vie très rangée, ne se permettant pour seule fantaisie, - et encore la cache-t-il soigneusement au Dr. Durais, - que de faire également bénéficier de ses talents de nègre son ami Patrick, fils du principal rival électoral du maire, et journaliste titulaire de la page spectacles dans le plus grand quotidien de la région, Comme on s'en doute bien, l'arrivée d'une équipe de cinéastes, et, Surtout, de Jackie Logan, dans la localité, est pour Patrick, l'occasion d'un redoublement d'activités, car la star excite d'autant plus la curiosité malsaine de la presse à sensation qu'on ne lui connaît pas d'amant en titre et Patrick n'est évidemment pas le dernier à vouloir percer le mystère de sa vie privée. La villa de la vedette est certes bien gardée, mais, à reporter vaillant, rien d'impossible, Patrick parvient à s'y introduire un matin, et, si son intrusion ne lui apporte pas d'éléments nouveaux quant à l'existence d'un probable amant de Jackie, elle lui permet au moins de prendre quelques photos joliment dénudées de la star surprise au bain, et de grappiller divers éléments d'information qu'il s'empresse de communiquer à son ami Pierre afin que ce dernier lui rédige en sous-main un de ces articles croustillants dont il a le secret. Pour, le jeune professeur, la journée s'annonce d'autant plus chargée, ce jour-là, que, outre l'article à écrire pour Patrick, il s'est vu confier par son père - alors en pleine campagne électorale - le soin de lui rédiger un important discours dans lequel le rigoriste Maire entend bien fustiger une fois de plus le scandaleux relâchement des mœurs de l'époque, qui est en fait son cheval de bataille favori. Surcroît de travail, à peine Pierre a-t-il mis les pieds dans le pensionnat de jeunes filles où il exerce, que son directeur lui remet un volumineux paquet de copies à corriger d'urgence, copies d'autant plus importantes que ce sont des copies de baccalauréat qu'une brusque maladie a empêché l'autre professeur d'histoire de l'établissement, correcteur d'Académie, à ses heures, de corriger comme prévu. Sans être un bourreau de travail, Pierre Durois n'est cependant pas le genre d'homme à rechigner à la tâche, aussi, après avoir rapidement expédié son cours du matin devant ses élèves quelque peu dépassés par la vitesse à laquelle il leur a fait son exposé, il se met en mesure d'accomplir simultanément sa triple besogne de nègre de journaliste, rédacteur de discours et correcteur de copies. A l'heure de la récréation, tout est achevé, et le jeune homme peut s'offrir une détente bien méritée dans la cour du pensionnat, en compagnie de la jolie Danièle, le professeur de gymnastique dont il est secrètement amoureux. Mais là où les choses se gâtent c'est quand, après que son père puis Patrick soient passés récupérer leur bien respectif, Pierre s'aperçoit que, alors que la seule chemise qui lui reste devrait contenir le paquet de copies de baccalauréat, elle contient, en fait, le discours électoral du Dr. Durois ! Pendant son absence, ses turbulentes élèves se sont, en effet, amusées à intervertir le contenu de ses divers classeurs, et le jeune professeur sent le cœur lui manquer à l'idée ,que, pour peu que le hasard ait tenu à se montrer particulièrement malveillant, le dossier que détient en ce moment son redoutable père soit celui destiné à Patrick, c'est-ଠdire un dossier contenant, entre autres choses, les photos de Jackie Logan dénudée dont la seule vue - surtout dans la mesure où il pourra penser qu'elles sont la propriété de son fils - peut valoir une sérieuse crise d'apoplexie au respectable Maire. Commence alors, pour l'infortuné professeur, une course poursuite dont les péripéties vont, peu à peu, semer le plus incroyable des désordres dans sa petite vie bien rangée. Car, s'il parvient, sans trop de mal, à récupérer, en pleine séance électorale, le compromettant dossier de photos avant que son père ait pu s'apercevoir de son contenu, et à lui substituer juste à temps le précieux discours qui aurait dû s'y trouver dès le début, il ne lui en reste pas moins à courir après son encore plus précieux paquet de copies qui est, actuellement, dans les mains de Patrick. Certes, avec son ami, Pierre ne court pas les mêmes risques qu'avec son terrible père, mais encore faut-il pouvoir lui mettre la main dessus, et retrouver un journaliste sempiternellement en quête de sensationnel est chose autrement difficile que retrouver quelqu'un dont on connaît parfaitement les déplacements et les divers points de chute.Tout naturellement, donc, la piste de Patrick amène Pierre à débarquer sur les lieux de tournage du film de Jackie Logan, aux environs desquels le jeune journaliste est censé rôder. L'intrusion du professeur sur le plateau est d'autant plus fracassante qu'il y débarque au volant d'une petite 4 CV alors même que star et cinéastes sont en train de tourner la classique scène d'attaque du fortin de cavalerie par les Indiens ! Poursuivi à la fois par les techniciens fous furieux et par deux motards de la police que ses incroyables écarts de conduite entre-temps, ont lancés a ses trousses, l'infortuné professeur ne trouvera finalement son salut qu'en se cachant dans une somptueuse et providentielle caravane garée à proximité des lieux de tournage… Or, il se trouve que cette caravane n'est rien d'autre que la loge ambulante de Jackie Logan, et, à son grand affolement, Pierre sentira bientôt le lourd véhicule s'ébranler et partir pour une destination inconnue avant même qu'il ait eu la possibilité d'en sortir. Et c'est ainsi qu'après un court voyage, le jeune professeur se retrouvera, bien malgré lui, dans la propriété de la star, où son intrusion lui posera, évidemment, plus d'un problème. La situation aura cependant un dénouement plus qu'heureux, car, après de multiples incidents, Pierre finira par passer la plus agréable des soirées en compagnie de Jackie Logan, qui, après l'avoir pris pour un journaliste et menacé de le livrer à la féroce meute de ses gardes du corps, se laissera convaincre de sa parfaite bonne foi et se détendra alors de plus en plus au contact de ce jeune homme si différent de ceux qu'elle a coutume de fréquenter, au point de lui faire spontanément toute une série de confidences dont la moindre suffirait à faire le bonheur du plus obscur des journalistes. La fatigue et l'alcool aidant, la star et le professeur s'endormiront gentiment dans les bras l'un de l'autre, en tout bien tout honneur non sans que l'aimable Jackie ait auparavant gratifié son compagnon' d'un shampooing que le triste état de la chevelure de Pierre, - qui s'était auparavant copieusement englué les cheveux en se renversant involontairement un pot d'huile de voiture sur la tête, dans le garage de la vedette, - avait rendu plus que nécessaire. Au matin, alors que Jackie dort encore, Pierre se réveille en sursaut, assez frais et dispos, mais bien vite affolé en se rendant compte qu'il ne dispose plus que d'une quinzaine de minutes pour arriver à l'heure à son pensionnat. Aussi, sans même prendre le temps de réveiller son hôtesse, le jeune professeur quitte-t-il précipitamment la villa sans que personne - et surtout pas les gardiens ahuris - ait pu le prévenir que, suite au curieux shampooing que lui a administré Jackie la veille, il a, à présent, les cheveux entièrement roses! Cette teinte inhabituelle et particulièrement voyante de chevelure - dont il est toujours inconscient, - vaut d'abord à Pierre d'être pris en stop par un aimable quadragénaire qui, le prenant pour un homosexuel, et homosexuel lui-même, n'hésitera pas en cours de route, à lui faire des propositions d'autant plus choquantes pour le jeune homme qu'il lui sera absolument impossible d'en deviner la raison. Elle lui vaudra ensuite de sidérer complètement tous les gens qu'il croisera en ville, à finir par son proviseur lui-même, une fois arrivé au pensionnat, avant que, enfin averti de la chose par l'aimable Danièle, il trouve le moyen d'y remédier et de redonner à ses cheveux leur teinte naturelle. Ce premier problème réglé, il lui en reste un autre, toujours aussi brûlant; il n'a toujours pas récupéré ses précieuses copies de baccalauréat, et cette récupération est devenue d'autant plus urgente qu'elles lui ont été impérieusement réclamées pour le soir même. Aussi Pierre n'hésite-t-il pas à délaisser sa classe pour partir de nouveau à la recherche de Patrick, qu'il ne trouve malheureusement pas à 'son journal, comme il l'avait espéré. Ce qu'il trouve au journal, par contre, c'est l'article qu'il a écrit lui-même la veille sur Jackie Logan, pour Patrick, et qui est prêt à passer au marbre. La star s'étant montrée bien trop sincère et gentille avec lui pour qu'il n'éprouve pas de gêne à l'idée de laisser paraître sur elle ce ramassis d'élucubrations écrites alors qu'il ne la connaissait pas, Pierre cherche aussitôt à convaincre le directeur du journal de ne pas publier l'article; emporté par sa plaidoirie, il n'hésite pas à avouer naïvement qu'il vient de passer la nuit avec la vedette, et qu'il est donc parfaitement placé pour pouvoir affirmer qu'elle n'a rien à voir avec la nouvelle Messaline dépeinte dans l'article. Révélation qui intéresse évidemment au plus haut point le directeur qui, après avoir tiré le plus de renseignements possible du trop naïf professeur, le renvoie gentiment en l'assurant qu'il n'est effectivement plus question, après tout ce qu'il vient de lui révéler, de faire paraître l'article de Patrick. Et naturellement, quand le journal paraîtra, quelques heures plus tard, la dernière page comportera, en lieu et place du papier de Patrick, la photo de Pierre, accompagnée d'un texte rédigé d'après ses imprudentes confidences, et surmontée du plus fracassant de tous les titres : « Ma folle nuit avec Jackie Logan » par Pierre Durois ! Dès lors, pour le malheureux garçon, la vie deviendra littéralement impossible. Après avoir vainement tenté de rafler tous les exemplaires du journal distribués dans sa ville, il se retrouvera livré en pâture à une meute de journalistes d'autant plus déchainés que, à la plus grande stupéfaction de Pierre, loin de démentir quoi que ce soit, Jackie Logan a tout confirmé, proclamant à la face du monde entier qu'elle était effectivement bien l'amie de cœur du jeune professeur! Pourquoi cette réaction inattendue de la part de la star? Pour la bonne raison que, après avoir été ulcérée d'avoir été aussi ignoblement abusée et trahie par ce soi-disant professeur qu'elle ne peut, à présent que prendre pour un odieux journaliste, Jackie a cependant réfléchi qu'elle pouvait tirer profit de cet état de chose. Faire passer Inoffensif Pierre pour son amant l'arrangerait en effet d'autant plus que cela lui permettrait de mieux cacher la personnalité de son véritable amant lequel est, en fait, un personnage encore plus célèbre qu'elle, puisqu'il s'agit d'un haut diplomate étranger, médiateur de tous les grands conflits mondiaux, et dont la divulgation de sa liaison avec la star risquerait de compromettre sérieusement la carrière! Lancés aux trousses de Pierre, les journalistes ne chercheront évidemment plus d'autre amant à se mettre sous les dents, et le diplomate pourra donc venir tranquillement retrouver sa bien-aimée entre deux médiations en Extrême-Orient ou dans les Emirats Arabes! Ainsi donc porté, du jour au lendemain, au faite de la célébrité, par les circonstances et par la volonté de Jackie Logan, Pierre connaît alors une existence d'autant plus difficile qu'il ne parvient à convaincre personne de sa complète innocence; son père encore moins que les autres. On conçoit que, pour le Dr. Durois, c'est-à-dire pour un politicien en pleine campagne électorale et qui a basé l'essentiel de sa campagne sur la défense de la morale et de la vertu, avoir un rejeton devenu subitement illustre en raison de sa liaison coupable avec une «saltimbanque» et un véritable coup de poignard dans le dos. Avec son énergie habituelle, le fougueux Maire prendra donc aussitôt la décision de kidnapper au plus vite son propre fils, pour le retirer de la circulation le temps de gagner les élections? Et le malheureux jeune professeur devra donc seulement fuir tous les journalistes, mais aussi sa propre famille! Heureusement qu'il trouvera en son ami Patrick - le seul d'ailleurs, qui ne parvienne pas à croire qu'il soit effectivement l'amant de Jackie Logan - une aide appréciable. Patrick lui permettra en effet de s'évader de la clinique paternelle où les amis de Mr. Durois avaient finalement réussi à l'immobiliser, et lui fera comprendre que la seule façon pour lui de se sortir de l'effarant imbroglio dans lequel il se trouve plongé, est d'aller convaincre la star de revenir sur ses déclarations et de dire enfin toute la vérité. Mais bien sûr, Jackie Logan ne se laissera pas facilement approcher, et encore moins facilement convaincre. En fait, il faudra que Pierre se résigne à la kidnapper à son tour, et à devenir son véritable amant pour obtenir enfin d'elle qu'elle consente à démentir publiquement ce qui, entre-temps, est devenu la vérité! Et ce pieux mensonge permettra d'arranger beaucoup de choses, et notamment la victoire électorale du Dr. Durois.

En savoir plus

  • Lieux de tournage : Aix-en-Provence.
  • Edition musicale : Compact

  • Sortie : 09/10/1974
Date de la publication électronique : 11 mars 2010
Sources :
  • Catalogue de la Production Cinématographique, Française, 1974, Tome I, publications du Service des Archives du Film et du Centre National de la Cinématographique, Sous la direction de Nicole Schmitt, Thien-Huong Huynh-Dinh, Marie-Ange L'Herbier, Daniel Fromont, Alain Lameyre ; génériques du dvd