Tess  –  Roman Polanski  –  1979

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production : France
    Grande Bretagne
  • Genre : Drame
  • Durée : 150 minutes
  • Producteur : Claude Berri
    Timothy Burril (coproducteur)
  • Production : Renn Productions
    Burrill Productions (Londres)
  • Numéro de visa : 49738
  • Distribution : A.M.L.F.
    Columbia Pictures
  • Réalisateur : Roman Polanski
  • Interprètes : Nastassia Kinski (Tess)
    Peter Firth (Angel Clare)
    Leigh Lawson (Alec d'Urberville)
    Rosemary Martin (Mme Durbeyfield)
    John Collin (John Durbeyfield)
    Richard Pearson (le Vicaire de Marlott)...
  • Scénario : Roman Polanski
    Gérard Brach
    John Brownjohn
  • Adaptation : d'après le roman de Thomas Hardy "Tess d'Urberville"
  • Dialogues : Roman Polanski
    Gérard Brach ...
  • Producteur exécutif : Pierre Grunstein
  • Producteur délégué : Claude Berri
  • Directeur de production : Paul Maigret
  • Directeur de la photographie : Geoffrey Unsworth
    Ghislain Cloquet
  • Chef opérateur : Jean Harnois
    François Lauliac (1er assistant opérateur)...
  • Compositeur de la musique : Philippe Sarde
    Carno Savina (chef d'orchestre)
  • Monteur : Pierre Mcintyre (chef monteur)
    Arielle Noyer (assistante monteuse)
  • Chef décorateur : Pierre Guffroy
  • Costumier : Anthony Powell

Production

  • Pays de production : France
    Grande Bretagne
  • Producteur : Claude Berri
    Timothy Burril (coproducteur)
  • Production : Renn Productions
    Burrill Productions (Londres)
  • Distribution : A.M.L.F.
    Columbia Pictures
  • Producteur délégué : Claude Berri
  • Producteur exécutif : Pierre Grunstein
  • Directeur de production : Paul Maigret
  • Assistant de production : Jeannie Stone

Fiche artistique

  • Réalisateur : Roman Polanski
  • Scénario : Roman Polanski
    Gérard Brach
    John Brownjohn
  • Adaptation : d'après le roman de Thomas Hardy "Tess d'Urberville"
  • ?uvre de référence : Tess d'Urberville
  • Dialogues : Roman Polanski
    Gérard Brach
    John Brownjohn
  • Conseiller historique : Andrea Potter (documentaliste)
  • Scripte : Sylvette Baudrot
  • Interprètes : Nastassia Kinski (Tess)
    Peter Firth (Angel Clare)
    Leigh Lawson (Alec d'Urberville)
    Rosemary Martin (Mme Durbeyfield)
    John Collin (John Durbeyfield)
    Richard Pearson (le Vicaire de Marlott)
    Carolyn Pickles (Marian)
    Suzanna Hamilton (Izz)
    Caroline Embling (Retty)
    Geraldine Arzul (Liza enfant)
    Stephane Treille (Abraham enfant)
    Elodie Warnod (Modesty enfant)
    Patsy Rowlans (la logeuse)
    Pascale de Boysson (Mme Clare)
    David Markham (le Révérend Clare)
    Arielle Dombasle (Mercy Chant)
    Josine Comellas (Mme Crick)
    Dicken Ashworth (le fermier Groby)
    Sylvia Coleridge (Mme d'Urberville)
    Tony Church (le pasteur Tringham)
    Brigid Erin Bates (Emma jeune fille)
    Jeanne Biras (Amie d'Emma)
    Patsy Smart (la gouvernante)
    John Bett (Felix Clare)
    Tom Chadbon (Cuthbert Clare)
    Ben Reeks (un enfant)
    Lesley Dunlop (une servante de Mme d'Urberville)
    Jean-Jacques Daubin (l'intendant)
    Jacob Weisbluth (Paysan au bal)
    Peter Benson (le propagandiste)
    Jacques Mathou (le moissonneur)
    Véronique Alain (la moissonneuse)
    Fred Bryant (le fermier Crick)
    John Barrett (un laitier)
    Ann Tirard (ouvrière agricole)
    Gordon Richardson (le pasteur du mariage)
    Jimmy Gardner (le colporteur)
    Reg Dent (le charretier)
    John Gill (le logeur)
    Forbes Collins (le nouveau locataire)
    Keith Buckley (un facteur)
    John Moore (un facteur)
    Graham Weston (le gendarme)
    Jack Stephens (le buveur dans la taverne)
    Lina Roxa (la gardienne)
    Marilyne Even (jeune fermière)

Fiche technique

  • Directeur de la photo : Geoffrey Unsworth
    Ghislain Cloquet
  • Chef opérateur : Jean Harnois
    François Lauliac (1er assistant opérateur)
    Eric Brach (2ème assistant opérateur)
  • Directeur artistique : Jack Stephens
  • Compositeur de la musique : Philippe Sarde
    Carno Savina (chef d'orchestre)
  • Ingénieur du son : Jean-Pierre Ruh
  • Effets spéciaux : Eurotitres
  • Monteur : Pierre Mcintyre (chef monteur)
    Arielle Noyer (assistante monteuse)
  • Chef décorateur : Pierre Guffroy
  • Costumier : Anthony Powell
  • Monteur son : Peter Horrocks (monteur son)
    Jeremy Hume (assistant monteur son)
  • Chorégraphie : Sue Lefton
  • Maquilleur : Didier Lavergne (chef maquilleur)
    Paul Le Marinel (assistant maquilleur)
  • Casting : Mary Selway (casting Angleterre)
    Deborah McWilliams (assistante casting Angleterre)
    Catherine Vernoux (casting France)
  • Photographe de plateau : Bernard Prim
    Christian Simonpietri
    Guidotti
    Léonard de Raemy
  • Régisseur : Alain Depardieu
  • Chef machiniste : André Thiery
  • Assistant réalisateur : Thierry Chabert (1er assistant réalisateur)
  • Procédé image : Comopt Scope
  • Laboratoire : Eclair
  • Laboratoire de mixage : Jean Nény
    Alex Pront

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Durée : 150 minutes

RÉSUMÉ

En Angleterre, au XIXe siècle. John Durbeyfield, un paysan, découvre qu'il descend d'une grande famille, les d'Urberville. Il envoie Tess, sa fille aînée, chez Alec d'Urberville, un riche cousin, dont le père parvenu a, en réalité, racheté le nom illustre. Tess séduite par Alec met au monde un enfant qui meurt en bas âge. Fuyant son destin elle rencontre un fils de pasteur, Angel Clare. Il s'éprend d'elle et l'épouse. Le soir de ses noces, Tess lui avoue son passé. Il refuse de lui pardonner et l'abandonne pour aller au Brésil. Un an plus tard, Angel retrouve Tess devenue maîtresse attitrée d'Alec. Tess désespérée, tue son séducteur pour suivre son mari qu'elle n'a jamais cessé d'aimer passionnément.

D'après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

Prix et distinctions : César du Meilleur Film Français 1979 ; César du Meilleur Réalisateur 1979 ; César de la Meilleure photographie à Ghislain Cloquet 1979 ; César des Meilleurs Décors à Pierre Guffroy et Jacks Stevens 1979 ; César des Meilleurs Costumes 1979 ; Golden Globe du Meilleur film Etranger, Association de la Presse Etrangère à Hollywood 1980.

Le chef d'oeuvre de Roman Polanski a été restaurée par Pathé et ressortira en salle le 5 décembre 2012.

Extraits du matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

  • Grâce à Claude Berri qui engage sur le film une somme très importante, Polanski aura bénéficié des plus gros moyens jamais mis en France à la disposition d'un cinéaste. Cinq milliards d'anciens francs pour vingt mois de travail, dont huit de tournage (Le Nouvel observateur, 29/10/79).
  • Tourné en Bretagne, Normandie et région Parisienne et aux Studios de Joinville.

ENTRETIEN AVEC ROMAN POLANSKI :

Tess pose un problème d’interprétation très difficile à résourde. Il faut que la comédienne qui incarne l’héroïne ait un talent exceptionnel, et en même temps qu’elle soit très jeune (17 ou 18 ans au maximum). Je connaissais Nastassia Kinski. Je l’avais rencontrée à Münich en 1975. Elle m’avait aussitôt frappé par son « aura », par sa présence. Cet hiver-là, le journal Vogue m’ayant confié la responsabilité de son numéro de Noël, je lui consacrais un reportage. Son seul problème était celui de la langue anglaise. C’est pouquoi elle a fait un séjour de six mois aux Etats-Unis, à la fois pour se perfectionner en anglais et pour prendre des cours de comédie chez Strasberg. Nous l’avons envoyée faire un « stage » de plusieurs semaines dans le Dorset, où se déroule l’action du roman. Là, elle a appris à se familiariser avec le dialecte que l’on parle dans ce comté et avec les mœurs des paysans. Le problème du film était de réduire un volume de cinq cents pages à un script de longueur normale. Et cela sans rien enlever d’essentiel, en conservant à l’histoire toute sa densité. Gérard Brach et moi avons beaucoup travaillé. Pour être sûrs de ne commettre aucune erreur de détail, aucun anachronisme, nous nous sommes adjoints la collaboration d’un scénariste anglais, John Brownjohn, dont l’aide s’est révélée précieuse. Gérard a l’habitude de dire que, dans une adaptation, il ne faut jamais refuser ce qui paraît le plus difficile, et que l’important est de bien marquer (cinématographiquement) le passage d’un sentiment à un autre, d’un « état » à un autre. Il a parfaitement raison. Et ce fut notre règle d’or pour « Tess d’Uberville ». Depuis « Le couteau dans l’eau », ce que j’ai toujours cherché, c’est à créer de l’émotion. Tous mes films ont répondu à une nécessité intérieure. Jusqu'à Tess, j’avais l’impression de n’avoir pas encore réalisé le film qui correspondait exactement à mes sentiments profonds. Tess est "mon"film, le film, en tous cas, de ma maturité (…). Depuis longtemps je suis un amoureux de la Bretagne. J’y ai trouvé d’admirables paysages qui correspondent parfaitement à l’atmosphère de l’histoire. La nature jouera un rôle important dans mon film, une nature mystérieuse, un peu secrète, qui refuse le clinquant et le tape-à-l’œil . J’ai également filmé de nombreuses séquences en Normandie et dans la région parisienne (…). En prenant en charge un tel film, Claude Berri a fait preuve d’une amitié fraternelle et d’un courage inouï. Pour monter l’affaire, il a abandonné ses projets personnels et, avec un dévouement et une obstination inlassables, s’est mit en quête du financement. Cela n’a pas été toujours facile, mais des copains que j’ai gardés aux Etats-Unis, Francis Coppola, Georges Lucas, nous ont donné un sérieux coup de main. Je peux dire que « Tess » est né de l’amitié et de l’enthousiasme.


  • Sortie : 31 octobre 1979
Date de la publication électronique : 22 mars 2010
Sources :

Catalogue de la Production Cinématographique, Française, 1979, Tome I, publications du Service des Archives du Film et du Centre National de la Cinématographique, sous la direction de Nicole Schmitt, Thien-Huong Huynh-Dinh, Marie-Ange L'Herbier, Daniel Fromont, Alain Lameyre ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Nouvel Observateur, 29 octobre 1979