image description

La reprise de Pathé par Chargeurs (1991-1999)

Le groupe diversifié Chargeurs, contrôlé par Jérôme Seydoux, a acquis Pathé Cinéma en août 1990. La combinaison et la complémentarité des activités de communication des deux groupes, permet la constitution et le développement d’un large spectre d’activités couvrant les métiers du cinéma et de la télévision. Ces activités sont fédérées sous le nom de Pathé en 1996 dans un groupe côté en bourse, contrôlé et animé par Jérôme Seydoux, nom qu’on emploiera dans la suite pour désigner cet ensemble, même antérieurement à 1996. lire la suite...

Dès le début des années 1990, Pathé renoue avec la production et la distribution des films, principalement à travers Renn Productions. L’activité d’exploitation est profondément remaniée par la création des multiplexes, cinémas d’un type nouveau, installés à la périphérie des grandes villes. Grâce à des acquisitions, Pathé étend également son influence en Europe.

Avec Renn Productions (détenue par Claude Berri et Pathé à parts égales jusqu’en 1996, puis par Pathé seul), Pathé s’impose au début des années 1990 sur les écrans. Plusieurs films remportent des succès publics et critiques : L'Amant (Jean-Jacques Annaud, 1992), Germinal (Claude Berri, 1993, 12 nominations aux César), La Reine Margot (Patrice Chéreau, 1994), Gazon Maudit (Josiane Balasko, 1995, 4 millions d’entrées) ou Les Trois Frères (Bernard Campan et Didier Bourdon, 1995, 6 millions d’entrées), Didier (Alain Chabat, 1997), Lucie Aubrac (Claude Berri, 1997), Astérix et Obélix contre César (Claude Zidi, 1999), Tout sur ma mère (Pedro Almodovar,1999).

Pathé développe également une activité de producteur en dehors de Renn Productions, avec notamment : Super Mario Bros (Ricky Morton et Annabel Jankel, 1992), Showgirls (Paul Verhoeven, 1994), Lolita (Adrian Lyne, 1996). En outre, un partenariat est noué en France, en mars 1999, avec le producteur Philippe Carcassonne (ex : Augustin, roi du kung-fu de Anne Fontaine, 1999).

Filiale de Renn Productions, le distributeur AMLF détient en 1993 10% du marché français, et jusqu’à 17% en 1995. Pour la seule année 1994, 7 films dépassent le million d’entrées en salles : Un indien dans la ville, The Mask, La cité de la peur, La Reine Margot, Le colonel Chabert.

Parallèlement, Pricel (détenue à 50% par Pathé), et Allied Filmmakers (filiale de Pathé - et Pricel), se spécialisent dans la distribution de films étrangers, dont certains emblématiques comme : Danse avec les loups (Kevin Costner, 1990), La cité de la joie (Roland Joffe, 1992), Le dernier des mohicans (Michael Mann, 1992), Malcolm X (Spike Lee, 1992), Et au milieu coule une rivière (Robert Redford, 1992), Guet-Apens (Roger Donaldson, 1994), The Mask (Charles Russel, 1994), Rapa Nui (Kevin Reynolds, 1994), Sept ans au Tibet (Jean-Jacques Annaud, 1997).

Pathé fait également l'acquisition en 1992 de Guild Entertainment, premier distributeur de films indépendants au Royaume-Uni (Malcolm X, Cliffhanger…) et devient à partir de 1997 également producteur de films anglais (Blair witch project...).

Le circuit de salles de Pathé Cinéma, exclusivement français en 1990, est rationalisé en 1992 grâce à un échange de salles avec Gaumont, à Paris et dans sept villes de province, Pathé prenant plus d’assise en province. Mais c’est sa conception novatrice de la salle de cinéma qui va permettre à la société de développer considérablement la fréquentation des cinémas, en baisse depuis plusieurs années. L'essor du circuit passe par la construction de multiplexes en France, inspirés notamment des Kinépolis belges. Le Pathé Grand Ciel (12 écrans), premier du genre construit en France, ouvre à Toulon en juin 1993. Comparé aux complexes, dont le modèle est désormais dépassé, il inaugure un nouveau type d'exploitation en offrant plus de films et une qualité de services aux spectateurs : salles confortables conçues en gradins, grands écrans, large choix de films à l’affiche, etc. Sur le même modèle, le Pathé Belle-Epine (12 écrans) ouvre à Thiais en septembre. Ce multiplexe est bientôt le second cinéma français en terme de fréquentation. La rénovation complète du Pathé Wepler à Paris est opérée en 1994. Ces investissements dans les salles de cinéma se poursuivent à un rythme soutenu par l’ouverture de nouveaux multiplexes à Avignon, Lyon, Tours, Nantes, Grenoble, Marseille, Strasbourg et Liévin.

1995 est marquée par l’achat au Crédit Lyonnais du circuit de salles néerlandais de la MGM, leader aux Pays-Bas avec 21 cinémas, bientôt rebaptisé PathéCinémas. Un premier multiplexe ouvre dès 1996 dans le centre de Rotterdam ; puis Pathé s’implante à Groningue, et à Amsterdam où il rénove la salle mythique du Tuschinski.

Dans le domaine télévisuel, Pathé participe à hauteur de 20% du capital à la création de Canalsatellite avec Canal+, en 1993, puis à la conversion au numérique de ce bouquet dès 1996. Pathé bénéficie du fort développement de BSkyB et commence à constituer un pôle de chaînes thématiques, diffusées sur le câble et le satellite : Voyage est acquise en 1997, année qui voit aussi la création de Comédie ! aux côtés de Canal+ ; Pathé Sport est lancée en 1998. Le succès de BskyB s’accroît encore avec l’acquisition des droits de la Champion’s League.

La politique de développement menée par Chargeurs va de pair avec la mise en valeur du patrimoine de Pathé : un nouveau centre d'archives est construit à Saint-Ouen et ouvert en août 1993 pour assurer dans les meilleures conditions la conservation et l'exploitation des fonds Pathé. Par ailleurs, la société est au cœur d'une exposition organisée pour le centenaire du cinéma par le Centre Georges Pompidou: "Pathé, premier empire du cinéma", présentée du 26 octobre 1994 au 6 mars 1995.

En juin 1996, les actionnaires de Chargeurs, décident d'opérer une scission de la société en deux entités, dont l'une reprend le nom de Pathé, et regroupe l'ensemble des actifs antérieurement détenus par Chargeurs dans la communication. La société, qui, depuis des décennies, n'était plus qu'un élément parmi d'autres au sein de groupes diversifiés, recouvre sa pleine indépendance.

En 1998, Pathé demande à Margaret Youngblood (Landor Associates) de proposer une nouvelle identité visuelle de la société. Basée sur des valeurs d’indépendance, d’innovation et d’intégrité, la nouvelle identité de Pathé se compose du coq Charlie et d’une charte graphique conférant une image de marque dynamique et moderne, conforme au nouvel essor de la société.

En 1999, l'entrée de Vincent Bolloré au capital de Pathé est à l'origine d'une réorganisation profonde. Après divers épisodes, elle aboutira à la fusion de Pathé dans Vivendi, puis au rachat des activités anciennement détenues par Pathé (à l’exception des participations dans BSkyB et Canalsatellite) par une société entièrement contrôlée par Jérôme Seydoux reprenant le nom de Pathé. La nouvelle société Pathé est désormais détenue à 100 % par Jérôme Seydoux.

A l’issue de cette réorganisation, Pathé, désormais affranchie des contraintes du marché boursier, est devenue une société véritablement opérationnelle, qui contrôle la quasi-totalité des sociétés dans lesquelles elle est présente et n’a plus de participations minoritaires significatives. Mais les actifs de la société et ses moyens financiers se sont en même temps substantiellement réduits. ...replier le texte