La Part du pauvre  –  1909

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 2813
  • Genre : Scènes dramatiques
  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Eugénie Nau
    Louis Ravet
    la petite Weinrich.
  • Scénario :J.H. Rosny

Production

  • Production :Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Scénario :J.H. Rosny
  • Interprètes :Eugénie Nau
    Louis Ravet
    la petite Weinrich.

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scènes dramatiques
  • Métrage : 155 m ; 508.4 f.
  • Code télégraphique : Guenille

RÉSUMÉ

Nous sommes à la campagne le jour des Rois. Une bande de malfaiteurs jette la terreur dans le pays, pillant les fermes isolées, attaquant de préférence les femmes, les vieillards et les enfants. Un vagabond, en quête d’un morceau de pain et d’une grange pour dormir à l’abri de la neige qui couvre la terre, frappe à la porte d’une maison isolée, habitée par deux femmes et une petite fille. Mais les paysannes, affolées par les bruits qui courent, referment impitoyablement la porte sur l’incon­nu, qui ne peut être qu’un malfaiteur. Une colère brusque envahit l’homme. Il lève le poing vers ces mauvais cœurs en s’éloignant et tombe dans la neige, épuisé, grelottant sous la morsure du froid. La faim, une faim harcelante, la faim qui fait sortir les loups du bois et les jettent sur les hommes, déchire ses entrailles. Au loin paraît un enfant, une petite fille, chargée d’un gros pain et d’une galette. Doucement, elle s’approche de l’homme, frappée de son visage crispé par la souffrance, et pose sur la main rugueuse sa petite main compatissante. Le chemineau, à la vue du pain, jette de côté des regards avides ; l’enfant sentant son petit cœur se fondre devant cette détresse, tend à l’homme la galette des Rois et lui en donne la meilleure part, la part du Pauvre. L’affamé se jette dessus voracement, puis sa faim apaisée, le vagabond solitaire, habitué aux rebuffades, le déshérité que personne n’a jamais aimé dans sa vie errante, saisit la petite main secourable et y dépose un baiser reconnaissant. L’enfant guide alors son protégé vers la grange où elle l’installe sur une botte de paille où il s’étend et s’endort, réchauffé par le bien-être que donne le sentiment de l’abri. Vers le milieu de la nuit, un craquement de pas au dehors l’éveil­le en sursaut : des silhouettes glissent dans l’ombre. Bientôt, le grincement insolite d’un outil dans la serrure frappe son oreille. Il comprend le danger qui menace ces paysannes qui tantôt l’ont chassé sans pitié. Pour se venger, il lui suffit de ne pas agir, de ne pas bouger. Il se recouche sur sa paille et cherche le sommeil. Mais la vi­sion de la blonde et douce fillette qui soulagea sa misère, se dessine à ses yeux, en même temps que des cris de lutte et d’agonie s’échappent de la ferme. Il se lève d’un bond, court à la maison et de ses bras vigoureux, disperse et terrasse les malfaiteurs. Des paysans, attirés par les cris, accourent à son aide et achèvent de réduire les agresseurs. On entoure, on remercie, on félicite le vaga­bond, qui, blessé pendant la lutte, trouvera dans la chau­mière un abri temporaire et, peut-être, un foyer définitif.

En savoir plus

Annoncé dans Kinéma n°5, 22.3.1909

Sortie  : Le Cirque d’Hiver, Paris, 26.3 au 1.4.1909

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet |p 177

Date de la publication électronique :14 October 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004