Passeurs d'or  –  E. G. De Meyst  –  1948

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production :France et Belgique
  • Genre : Film d'action
  • Durée : 80 mn
  • Production :Les Films E. G. de Meyst
    Société Nouvelle Pathé Cinéma (SNPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur :E. G. De Meyst
  • Interprètes : Ginette Leclerc
    Alfred Adam
    Pierre Larquey
    Raymond Cordy
    Betty Stern
    André Le Gall ...
  • Scénario :Marcel Roy
  • Adaptation :Pierre Gaspard-Huit
  • Dialogues :Pierre Gaspard-Huit
  • Directeur de production :Marcel Jauniaux
  • Directeur de la photographie : Maurice Delattre
  • Compositeur de la musique : Robert Pottier
  • Monteur : Jef Bruyninck
  • Chef décorateur : Achille Maertens

Production

  • Pays de production :France et Belgique
  • Production :Les Films E. G. de Meyst
    Société Nouvelle Pathé Cinéma (SNPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Directeur de production :Marcel Jauniaux

Fiche artistique

  • Réalisateur :E. G. De Meyst
  • Scénario :Marcel Roy
  • Adaptation :Pierre Gaspard-Huit
  • Dialogues :Pierre Gaspard-Huit
  • Interprètes :Ginette Leclerc Alfred Adam
    Pierre Larquey Raymond Cordy
    Betty Stern André Le Gall
    Charles Gontier Jos Gevers
    Berthe Charmal Georges Jamin
    H. Daix Nossen
    M. Mendelson F. Vendel
    E. Willy J. Ramon
    V. Guyau R. Herdé
    A. Mile A. Guise
    J. Rouma F. Joubert
    LambretteP. Nuyttens
    A. de Coster R. D'Haese
    P. Ferdi Frausen
    T. Croisier

Fiche technique

  • Photographie :Maurice Delattre
  • Compositeur de la musique :Robert Pottier
  • Trucages :Rauzena (bruiteur)
  • Monteur :Jef Bruyninck
  • Chef décorateur :Achille Maertens
  • Maquilleur :Oustry
  • Laboratoire :Laborcine (Bruxelles)
    Laboratoire Pathé-Cinéma (Joinville-le-Pont)
    GTC

Résumé et notes

  • Genre : Film d'action
  • Durée : 80 mn

RÉSUMÉ

Courtrai sur la nuit une puissante voiture américaine stationne devant la façade de l'hôtel « A l’Ecu d’or ». Santucci à l’intérieur de l'auto, s’impatiente visiblement tendis que Garcia fait les cent pas que le chauffeur somnole. Pendant ce temps, dans son bureau, Van den Breucke, le directeur de l’hôtel, dissimule avec Noguarre des pièces d’or dans un plastron de toile. Soudain, la porte s'ouvre, un homme (Mareuil) fait irruption dans la pièce ; revolver, braqué sur Van den Breucke, il met Noguarre know-out d’un magistral coup de poing et s’empare du plastron rempli d’or. Après une nouvelle bagarre avec Garcia, il arrive à s’enfuir dans son auto. Garcia, monte dans la voiture qui se lance à la poursuite de l’inconnu. Après une chasse mouvementée la voiture américaine rejoint celle de Mareuil. Une rafale de mitraillette, un pneu crevé l’auto poursuivie sort de la route et s’arrête brutalement. Mareuil, saute et cherche à gagner le sous-bois, Santucci tire sur le fuyard qui reste étendu. Garcia et Santucci chargent le corps dans leur auto et récupèrent le plastron aux dollars tandis que la voiture reprend toute sa vitesse. La barrière de bois qui garde la frontière belge est enfoncée ; celle de la frontière française vole en éclats. Les gendarmes se lancent à la poursuite des fraudeurs. Dans un virage, profitant du ralentissement, Santucci et Garcia poussent le corps de Mareuil dans le fossé. Les gendarmes à moto passent à coté sans rien voir. Deux hommes sortent d’un épais fourré où ils s’étaient dissimulés : « Gueule-en-Or » et le vieux Jeff. Ce sont des contrebandiers qui passent du tabac. Ils suivent le fossé qui les dissimule un peu et butent sur le corps de Mareuil ; comme il n’est pas mort, ils le chargent sur leurs épaules pour le planquer en Belgique chez le père Maës. Ce dernier tiens un estaminet dans lequel se réunissent les contrebandiers, au milieu desquels évolue le brigadier des douanes, Roussel, qui est pour eux, hors du service, un camarade. Un remous se produit parmi les buveurs quand apparaît Josée, une fille superbe à la démarche sensuelle et au langage libre : c'est la maîtresse de Gueule-en-or qui arrive quelques instants après et demande à Grand-Duc, de rentrer chez lui faire le guet, puis il emmène Josée. Il la conduit dans la cachette des contrebandiers où est étendu Mareuil toujours sans connaissance ; Josée décline le rôle d’infirmière et fait venir Francine, la fille du cabaretier, elle prodigue ses soins au blessé qui reprend connaissance. Le cabaret se vide peu à peu ; quand il ne reste plus que Maës, Francine, Gueule-en-Or, et le vieux Jeff, le père Maës signale le danger que peut présenter pour eux ce blessé inconnu, Francine répond qu’il sera rétabli sous trois jours. Rassuré le père Maës distribue alors aux contrebandiers les parts leur revenant sur le tabac écoulé en fraude. A quelques jours de là, les douaniers viennent faire une perquisition au Cabaret du père Maës. Un des douaniers se dirige vers la grange, Josée qui a vu le manège, entre à l’intérieur de la grange par le côté opposé. Avec la crosse de son pistolet il sonde le couloir en planche qui traverse la remise, il se trouve soudain en présence de Josée, le dos appuyée à l’endroit exacte de la planque ; moyennant quelques privautés le douanier ne poursuit pas plus loin le sondage. Dans sa cachette Mareuil a suivi tout le manège et admiré la présence d’esprit de Josée, mais cela ne l’empêche pas, quelques instants après, de repousser les avances de la belle fille. C’est qu’il a pour Francine un tendre et pur sentiment. Le lendemain, une puissante voiture américaine s’arrête devant le cabaret du père Maës ; Santucci y boit une consommation quand Josée entre. L’un et l’autre laisse voir un étonnement sans borne de cette rencontre. Santucci et Josée qui avaient vécu, travaillé ensemble s’étaient perdus de vue à la suite de l’internement de Josée, compromise dans une affaire de drogue. Ce dernier n’oublie pas le motif de la visite à Maës : recruter des passeurs d’or. Réunis et interrogés les contrebandiers hésitent ; une intervention chaleureuse de Josée décide les plus jeunes et aussi Gueule-en-Or à travailler dans cette branche, dangereuse, mais rémunératrice. Mareuil qui a aperçu la voiture américaine et reconnu les occupants, part le soir même après avoir conseillé aux gars de laisser de laisser tomber les trafiquants d’or… Son avis n'est pas suivi. Profitant de l'absence de Gueule-en-Or, Josée est allée retrouver Santucci qui a repris sur elle toute son influence. Grâce à elle, les contrebandiers sauf le vieux Jeff travaillent maintenant pour Santucci et touchent de grosses primes. Santucci convoque les contrebandiers et les prie de ne pas passer de tabac le prochain vendredi ayant, ce jour-là, une grosse affaire il doit être le seul en piste. Ils tombent d'accord pour que le tabac se passe le mercredi. Et le mercredi les contrebandiers tombent au milieu des douaniers qui en arrêtent la plus grande partie ; Jeff est tué accidentellement par le brigadier Roussel désespéré de sa maladresse. Ce même jour à la même heure Santucci et Garcia ont passé la frontière en toute sécurité. Au cabaret, les passeurs de tabac trouvent Mareuil qu’il leur révèle qu’ils ont été donnés par Santucci et Garcia, Roussel confirme ses dires car, s'il a tiré, c'est parce avait averti que les passeurs d’or opéreraient cette nuit-là. Les gars décident de se venger, c’est Mareuil qui leur donne la conduite à tenir. Les complices de Santucci et Van den Breucke en France ont été arrêtés ; se sentant traqués, les deux gangsters ont décidé de partir le soir même, en sauvant, si possible, le stock d'or. José a réussi à convaincre Santucci qui devait l'emmener avec lui. Gueule-en-Or qui a su capter toute la confiance de Santucci vient lui établir son itinéraire. Les contrebandiers ont placé en travers des différents chemins que doivent prendre les autos : filets métalliques, arbres herses et câbles d’acier. Soigneusement dissimulé chacun est à son poste. Dans la nuit arrive Josée, elle pend au cou de Gueule-en-Or et essaye vainement de la faire rentrer, il refuse et va regagner son embuscade. Les voitures, conduites par les complices, arrivent à toute vitesse et se fracassent dans les obstacles. Les occupants sont tués ou maîtrisés rapidement. Santucci et Van den Breucke qui devaient passer les derniers, comprennent le danger ; jouant leur dernière chance ils foncent à toute vitesse. Soudain devant eux surgit Josés. Josée qui n'était pas au rendez-vous que lui avait fixé Santucci qui, pour cette raison le soupçonne de l'avoir trahi. Sans s'arrêter il tire sur elle et la tue, continuant sa course folle vers le barrage qui veut forcer, mais la herse arrête sa voiture. Santucci saute à terre et décharge son révolver en direction des douaniers ; il est déterminé à vendre chèrement sa peau. Au moment où il va tirer sur Gueule-en-Or qui rampe dans sa direction, Mareuil le maîtrise en lui tordant le bras. Au bureau des douanes Santucci et ses acolytes sont fouillés. Mareuil découvre dans les cigares de Santucci les diamants qu’en tant que policier privé il recherchait pour le compte d'un diamantaire belge auquel ils avaient été volés. Santucci profitant d’un moment d'inattention tente de s’échapper, mais Roussel d’une rafale de mitraillette tue le gangster, vengeant ainsi le vieux Jeff. Mareuil épousera Francine. Gueule-en-Or, l’affiare terminée, retourne vers l’endroit où il avait laissé Josée ; i rencontre Grand-Duc, comprend qu’un malheur est arrivé. Il se précipite comme un fou et aperçoit le cadavre de sa bien aimée, il le prend dans ses bras et part droit devant lui, tandis qu’en leit-motiv s’entend la chanson de Josée. D'après le synopsis publicitaire du film.

En savoir plus

  • Pierre Gaspard-Huit est crédité comme conseiller technique.
  • La présentation corporative est donnée le 14 septembre 1948, la première représentation parisienne le 6 octobre au Caméo et à l'Empire.

  • Sortie : 06/10/1948
Date de la publication électronique :23 juin 2010
Sources :

Index de la Cinématographie française 1948-1949. Comptes de production du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Synopsis publicitaire du film