Cadet Rousselle  –  André Hunebelle  –  1954

Fiche générale

Affiche
  • Titre original : Cadet Rousselle
  • Pays de production : France
  • Genre : Aventure humoristique
  • Durée : 105 mn
  • Production : PAC
    Société Nouvelle Pathé Cinéma (SNPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur : André Hunebelle
  • Interprètes : François Périer
    Bourvil
    Dany Robin
    Christine Carrère
    Madeleine Lebeau
    Corinne Marchand ...
  • Scénario : Jean Halain
    Jean-Paul Lacroix
  • Adaptation : Jean Halain
  • Dialogues : Jean Halain
  • Directeur de production : René Thévenet
    Charlotte Choquert (secrétaire de production)
  • Chef opérateur : Marcel Grignon
    Billy Villerbue (opérateur)...
  • Compositeur de la musique : Jean Marion
  • Monteur : Jean Feyte
  • Chef décorateur : Lucien Carré
    Jean Gallaud (assistant)...
  • Costumier : Mireille Leydet
    Andrée Guilbot (habilleuse)

Production

  • Titre original : Cadet Rousselle
  • Pays de production : France
  • Production : PAC
    Société Nouvelle Pathé Cinéma (SNPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Directeur de production : René Thévenet
    Charlotte Choquert (secrétaire de production)

Fiche artistique

  • Réalisateur : André Hunebelle
  • Scénario : Jean Halain
    Jean-Paul Lacroix
  • Adaptation : Jean Halain
  • Dialogues : Jean Halain
  • Scripte : Madeleine Lefebvre
  • Interprètes : François Périer Bourvil
    Dany Robin Christine Carrère
    Madeleine Lebeau Corinne Marchand
    Giani Esposito Noël Roquevert
    Alfred Adam Jacques Dufilho
    J. Parédès G. Génin
    J. Dufilho G. Chamarat
    J. Dynam A Reybaz
    L. Arbessier M. Pérès
    Ch. Bouillaud P. Clérouc
    Jacques Fabbry Les Denivers
    P. Destailles

Fiche technique

  • Chef opérateur : Marcel Grignon
    Billy Villerbue (opérateur)
    Guy Suzerki (assistant-opérateur)
    Marcel Gilot (assistant-opérateur)
  • Compositeur de la musique : Jean Marion
  • Ingénieur du son : René C. Forget
    Zan (recorder)
    Guy Maillet (perchman)
  • Monteur : Jean Feyte
  • Chef décorateur : Lucien Carré
    Jean Gallaud (assistant)
    Olivier Giradr (assistant)
  • Costumier : Mireille Leydet
    Andrée Guilbot (habilleuse)
  • Son : Western Electric (procédé sonore)
  • Chorégraphie : Igor Gsousky
  • Décors : région de Nemours
  • Maquilleur : Marcel Bordenave
    Yvonne Barrie (assistante maquilleuse)
    Odette Rey (coiffeuse)
  • Photographe de plateau : Henri Thibault
  • Régisseur : Roger Boulais (régie générale)
    André Retbi (adjiont)
    Roger Bar (régie extérieurs)
    Georges Fontenelle (régisseur extérieurs)
  • Assistant réalisateur : Jacques García

Résumé et notes

  • Genre : Aventure humoristique
  • Durée : 105 mn

RÉSUMÉ

Quelques années avant la Révolution, on baptise des triplés dans un village du Jura: les trois enfants du père Rousselle, dont le "cadet" fera parler de lui. le sens pratique du curé qui s'est chargé de l'éducation du jeune Rousselle a fait de celui-ci un bedeau qui pourrait être excellent si les sages principes du brave homme n'en avaient fait également un garçon épris de justice avec beaucoup trop d'enthousiasme. Ce jeune homme sentimental ne pense qu'à défendre les faibles, et ne se contente pas de discours. Avec lui, le geste précède souvent la parole et il n'hésite pas à se colleter avec les ennemis du bon droit. Aussi le Maire du pays décide-t-il qu'un bedeau tellement agressif, malgré ses bonnes intentions, est un mauvaise exemple pour tous et ne peut pas rester dans la paroisse. Il lui ordonne de quitter le village. En réalité, une raison beaucoup moins désintéressée a dicté sa décision. Sa fille la douce Isabelle, est aimée de Cadet et ne rêve que de lui. Malheureusement pour Cadet le maire a d'autres projets: sa fille épousera un brillant officier, de préférence un héros. Cadet comprend sans plus d'explications que ce n'est pas en restant bedeau qu'il pourra épouser Isabelle. N'ayant ni d'argent ni cheval, il ne peut même pas songer à l'enlever. Il accepte donc de partir, mais promet à Isabelle de revenir couvert de gloire pour mériter sa main. Pour tenter l'aventure, Cadet prend le chemin de Paris. Le curé lui remet trois écus, persuadé que la Sainte-Trinité, bien faite pour veiller sur lui, saura le protéger. Endormi sur le bord de la route, Cadet est surpris dans son sommeil par trois malandrins qui le délestent de ces trois écus, malgré la défense acharnée, et le laissent pour mort en travers du chemin. Des Bohémiens le recueillent dans ce piteux état. Parmi eux se trouvent un brave garçon, Jérôme, et une jolie fille, Violetta. Cadet fait son ami du premier et tombe amoureux de la seconde: on a beau n'avoir qu'une parole, il est bien agréable de la donner plusieurs fois... Malheureusement pour lui, ces baladins ne sont pas des comédiens comme les autres, mais des espions à la solde des royalistes. Cadet se trouve ainsi le complice involontaire de menées dont il ignore tout: porteur d'un message compromettant, il se fait arrêter à Paris avec Jérôme - toujours après une défense acharnée - et passe devant le Tribunal révolutionnaire, qui le condamne. Parce qu'il est l'homme des rencontres, Cadet fait alors connaissance en prison d'une troisième jeune femme, Marguerite, Républicaine fervente, est en réalité une espionne de la police auprès des prisonniers; et si elle fait évader Cadet, ce n'est que pour retrouver la cachette de ses amis. Effectivement, Cadet mène les policiers qui le filent jusqu'au cirque ambulant ou il retrouve Violetta. Et c'est une cavalcade à bride abattue, les argousins à cheval poursuivant la roulotte lancée sur les chemins au triple galop. Cadet, Violetta et Jérôme parviennent à grand peine à échapper à leurs poursuivants... pour tomber au beau milieu d'une bataille. Très excité, Cadet Rousselle prend la tête des opération, remporte la victoire, se fait décorer, regagne Paris, est à nouveau arrêté, s'évade encore, devient brigand, puis colonel d'Empire, et regagne son village... pour retrouver Isabelle, mère de trois enfants. Libéré de ce fait de sa parole vis-à-vis d'elle, il peut enfin épouser Violetta et partir avec elle à la suite de l'Empereur, vers le soleil... d'Austerlitz.

En savoir plus

Pour interpréter le personnage de Cadet Rousselle, François Périer s'est soumis à diverses exigences, dont certaines n'étaient pas particulièrement agréables. S'il accepta de perdre dix kilos en un temps record, c'est avec moins de plaisir qu'il s'adapta aux leçons d'escrime indispensables pour qu'il pût ferrailler dignement. Il se sentait d'autant moins attiré par ce genre d'exercice qu'il avouait à qui voulait l'entendre ne s'être jamais, à sa grande honte, battu en duel... Mais c'est incontestablement l'équitation qui fut son cauchemar. Moi qui n'ai jamais mis les pieds sur un cheval!, disait-il. Sa première séance au manège a été un véritable sketch. En le faisant passer devant le box où se trouvaient les chevaux, le professeur lui a demandé: Lequel choisissez-vous? - Ce n'est pas moi qui en choisirais un, je veux que ce soit lui qui me choisisse!, a déclaré Périer, vaguement inquiet, presque superstitieux... Finalement, comme il passait devant une stalle, le cheval qui s'y trouvait se mit à bâiller. François Périer l'adopta immédiatement, trouvant dans cette attitude un signe de bon augure, et la garantie d'une apathie rassurante. Finalement, François Périer a acquis une compétence suffisante pour rendre des, points aux meilleurs acteurs de western. François Périer devient sportif

Il s'agit du premier film en couleurs produit par Pathé.Tourné aux studios Francoeur et dans la région de Nemours à partir du 26 avril 1954.Première représentation à Paris le 20 octobre 1954 ; présentation corporative le 26 octobre 1954.


Présentation corporative : 26 octobre 1954
  • Sortie : 20/10/1954
Date de la publication électronique : 06 septembre 2010
Sources :

Annuaire du cinéma 1955

Index de la Cinématographie française 1955

Synopsis publicitaire du film (fonds André Bernard, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé)