Entr'acte  –  Clair / René  –  1924

Fiche générale

  • Genre : Expérimental
  • Durée : 22 minutes
  • Production :Maré
    Rolf de
  • Édition : S.N.A. (Société Nouvelle des Acacias)
  • Réalisateur :Clair
    René
  • Interprètes : Börlin
    Jean ; Fries
    Inge ; Picabia
    Francis ; Ray
    Man ; Duchamp
    Marcel ; Satie
    Erik ; Auric
    Georges ; Achard...
  • Scénario :Picabia
    Francis
  • Adaptation :Clair
    René
  • Directeur de la photographie : Berliet
    Jimmy
  • Compositeur de la musique : Satie
    Erik

Production

  • Production :Maré
    Rolf de
  • Édition : S.N.A. (Société Nouvelle des Acacias)

Fiche artistique

  • Réalisateur :Clair
    René
  • Scénario :Picabia
    Francis
  • Adaptation :Clair
    René
  • Interprètes :Börlin
    Jean ; Fries
    Inge ; Picabia
    Francis ; Ray
    Man ; Duchamp
    Marcel ; Satie
    Erik ; Auric
    Georges ; Achard
    Marcel ; Scize
    Pierre ; Touchagues
    Louis ; de Maré
    Rolf ; Lebon
    Roger ; Mamy
    Jean ; Charensol
    Georges ; de Montparnasse
    Kiki

Fiche technique

  • Photographie :Berliet
    Jimmy
  • Compositeur de la musique :Satie
    Erik
  • Directeur musical :Sauguet
    Henri
  • Assistant réalisateur :Lacombe
    Georges

Résumé et notes

  • Genre : Expérimental
  • Durée : 22 minutes

RÉSUMÉ

En apparence ce n'est qu’une sorte de rêve, sans progression, sans histoire et les images les plus disparates y circulent en Liberté. La seule loi qui les unit est celle d’une association nonchalante et arbitraire. Le cocasse y est poursuivi paresseusement. Voici des allumettes en vrac, des cheveux, des tubes pareils à des cigarettes changés en Parthénon, des taches qui se diluent à la Place de l'Opéra, une danseuse qui se ploie et se détend d'un rythme paresseux, un œuf sur un jet d’eau dans un tir, une cible de tir au pigeon, un enterrement qui ressemble à une noce et dont le corbillard trainé par un chameau, lancé sur une pente sans fin, termine le film sur une poursuite éperdue. Ces images se suivent sans liaison ni explication et semblent éclore, tout naturellement, l'une de l'autre. Leur apparente incohérence permet pourtant de retrouver une sorte de fils d'Ariane assez simple: Tout cela se passe dans l'esprit d’un dormeur engourdi après une soirée passée dans une fête foraine. Vers le milieu du film se produit une brisure ou plutôt une orientation définitive du rêve. L'œuf sur le jet d'eau fait penser au tir, le tir à la mort, la mort à l’enterrement qui devient le thème principal de la fin. L'enterrement burlesque démarre d’abord doucement, gravement, puis la marche s'accélère, le corbillard glisse sur une pente, les pas du cortège s'allongent, puis les gens courent et, de courir deviennent des coureurs, la course devient de plus eu plus rapide, sa vitesse évoque toutes les idées attachées à la vitesse, une route qui s’enfuit rapidement, des croisements, des coups de freins, des tournants, une course cycliste, les montagnes russes de la foire et finalement tout se termine par la culbute et l'évanouissement des personnages jusqu’au prestidigitateur qui se fait disparaitre en se touchant de sa baguette.

En savoir plus

  • Ce film fut réalisé par René Clair pour être projeté pendant l'entracte au Théâtre des Champs-Elysées en 1924, lors des représentations à Paris des "Ballets Suédois".
  • (...) Entr'acte, loin d'être une théorie, une démonstration, est un poème avant toute chose. La liberté de ses images y est savamment ordonnée. (...) c'est en même temps que le premier chef-d'oeuvre de cinéma pur, l'un de seuls chef-d'oeuvre de cinéma pur de toute la période muette (...) Entr'acte réalise donc dans une euphorie des sens et de l'esprit, l'union parfaite du surréalisme et des courses poursuites funambulesques chères à Mack Sennet (...) Dans Jean Mitry (René Clair - Ed. Universitaires)

Date de la publication électronique :20 June 2011
Sources :

Synopsis du film