L'Africain   –  Philippe de Broca  –  1983

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production : France
  • Genre : Comédie, aventure
  • Durée : 101 minutes
  • Producteur : Claude Berri
  • Production : Renn Productions
  • Distribution : A.M.L.F.
  • Réalisateur : Philippe de Broca
  • Interprètes : Catherine Deneuve (Charlotte)
    Philippe Noiret (Victor)
    Jean-François Balmer (Planchet)
    Joseph Momo (Bako)
    Vivian Reed (Joséphine)
    Jacques François (Patterson)...
  • Scénario : Gérard Brach
    Philippe de Broca
  • Producteur exécutif : Pierre Grunstein
  • Producteur délégué : Claude Berri
  • Directeur de production : Michel Nicolini
    Colette / Montel Suder (administratrices de production)
  • Directeur de la photographie : Jean Penzer
    Yves Agostini (cadreur)
  • Compositeur de la musique : Georges Delerue
    Georges Gershwin
  • Monteur : Henri Lanoe
    Sylvie et Wampfler Pontoizeau (assistants monteurs)
  • Chef décorateur : François de Lamothe
    Jean-Claude Bourdin (assistant décorateur)...
  • Costumier : Sylvie Gautrelet
    Ursula Rodel (styliste de Melle Deneuve)...

Production

  • Pays de production : France
  • Producteur : Claude Berri
  • Production : Renn Productions
  • Distribution : A.M.L.F.
  • Producteur délégué : Claude Berri
  • Producteur exécutif : Pierre Grunstein
  • Directeur de production : Michel Nicolini
    Colette / Montel Suder (administratrices de production)
  • Assistant de production : Janou Shammas
    Alain Houze (stagiaire)

Fiche artistique

  • Réalisateur : Philippe de Broca
  • Scénario : Gérard Brach
    Philippe de Broca
  • Scripte : Hélène Sebillotte
  • Interprètes : Catherine Deneuve (Charlotte)
    Philippe Noiret (Victor)
    Jean-François Balmer (Planchet)
    Joseph Momo (Bako)
    Vivian Reed (Joséphine)
    Jacques François (Patterson)
    Jean Benguigui (Poulakis)
    Gordon Heath (le ministre)
    Raymond Aquilon (le commandant)
    Gisèle Charpentier (la matronne)
    Pierre Michael (le PDG)
    Maxime Dufeu (un cadre)

Fiche technique

  • Directeur de la photo : Jean Penzer
    Yves Agostini (cadreur)
  • Compositeur de la musique : Georges Delerue
    Georges Gershwin
  • Directeur musical : Georges Delerue
    Renn Musique (Editions musicales)
  • Ingénieur du son : Jean Labussière
    Pierre Davoust (assistant au son)
    Jacques Maumont (mixage)
    Daniel Couteau (bruitage)
    Gilbert Crozet (doublage)
  • Effets spéciaux : Tony cascades avion : Dyer
    Tony Abercrombie Dick
    Marc Epstein
  • Monteur : Henri Lanoe
    Sylvie et Wampfler Pontoizeau (assistants monteurs)
  • Chef décorateur : François de Lamothe
    Jean-Claude Bourdin (assistant décorateur)
    Georges Bouillette (chef constructeur)
    François Marcepoil (décorateur exécutant)
  • Costumier : Sylvie Gautrelet
    Ursula Rodel (styliste de Melle Deneuve)
    Christianne Fageol (habilleuse de Mlle Deneuve)
    Yvette Bonnay (habilleuse de M. Noiret)
  • Son : Jacques Maumont (mixage)
    Daniel Couteau (bruitage)
    Gilbert Crozet (doublage)
  • Monteur son : Renée Deschamps
    Janine Oudoul
  • Chorégraphie : Patrick cascadeurs: Cauderlier
    Charles Cattiez
    Pierre Gernez
  • Maquilleur : Jackie Reynal (chef maquilleuse)
    Jean-Pierre Berroyer (chef coiffeur)
  • Casting : Margot Capelier
  • Photographe de plateau : Georges Pierre
  • Régisseur : Jean-Louis Godfroy
    Véronique Colucci
  • Chef machiniste : Michel Gellier
    André Nove (chef électricien)
  • Dresseur animalier : Tor Allan (conseiller animaux)
    Simon Trevor (réalisateur animalier 2ème équipe)
  • Assistant réalisateur : Bernard Bolzinger
    Frédéric Blum (assistant à la mise en scène)
    Aimable Sabushi (assistant à la mise en scène)
  • Procédé image : Panavision

Résumé et notes

  • Genre : Comédie, aventure
  • Durée : 101 minutes

RÉSUMÉ

Parce que Charlotte en a ras l'attaché-case de vendre les Bermudes, Tahiti ou les Seychelles clés en mains à ses clients, elle va leur offrir l'aventure, les crocodiles, les Pygmées et la forêt d'Afrique centrale. Du jamais vu, de l'inexploré. Enfin, presque. Elle va planter le Club, ses cases, son auditorium et son self, près des Grands Lacs, parce que, en temps de crise, ils veulent quoi les G. M. ? Avoir l'impression de vivre du dangereux, du dépaysant, du vierge. Charlotte part avec son collègue Planchet. A eux les grands espaces sauvages où la main de l'homme n'a jamais mis le pied. A eux la prospection enivrante. A eux les moustiques. Mais que vois-je, demande Charlotte ? Des trafiquants d'ivoire un peu escrocs dont l'immonde Poulakis. Ou un ministre noir qui s'inquiète, candide : "Mettre le club à proximité des tribus pygmées ? N'y a-t-il pas là un risque d'acculturation ?". Et qui d'autre, par dessus le marché ? Victor, son ex-mari, qui pilote un coucou pour gagner son manioc. La dernière fois qu'elle l'avait vu, c'était rue Lepic, ils sont en froid, en instance de désamour et de divorce. S'il est très ému de la voir, il n'en pense pas moins : "Elle avait toute l'Afrique pour installer ses cantines, il faut qu'elle vienne piétiner mes plates bandes". Elle, du tac au tac : "Je n'ai pas fait 5 000 kilomètres pour t'emmerder, mais ce pays ne demande qu'à décoller". C'est ce que fait Victor : il décolle et la laisse tomber, elle et son Planchet qui a beau être cadre, mais ne sait pas nager (au propre comme au figuré) et passe son séjour africain tendrement enlacé à une bombe insecticide. Mais Victor a beau jouer au petit dur, c'est un grand doux. Et puis, il aime toujours Charlotte, qui roule pour son agence. Il va donc la rechercher, la perdre, la retrouver, lui sauver la vie une ou deux fois, elle va réciproquer, ils vont faire mine de n'être motivés que par la tendresse, il va lui dire : "Moins on se voit, mieux on se porte...". Charlotte, par le plus étourdissant des hasards, a dans son propre sac les papiers du divorce, ne manque que sa signature. C'est bizarre, Victor n'a pas de stylo sous la main... Elle va les rencontrer, ses Pygmées, Charlotte, qui se rend compte qu'on ne peut tout de même pas imposer la nuisance à des gens si aimables, le voisinage des grands sauvages blancs bouffeurs de steaks-frites. Elle se rend compte que l'expansion, la rentabilité, il n'y a pas que ça dans la vie. Victor, anesthésié d'amour pour elle, allait lui laisser planter ses petites horreurs de béton dans l'Afrique qu'il aime, sans additifs, sans colorants ni agents de sapidité. Alors, Charlotte s'en va. Au moment où la voiture démarre, elle crie à Victor :

"Si un jour tu passes par Paris, tu pourras toujours m'en faire un"

"Un quoi ?"

"'Fille ou garçon, ça m'est égal"

D’après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

  • Sortie : Mars 1983
Date de la publication électronique : 28 juin 2011
Sources :

Fiches du cinéma, Tous les films 1983, Editions Chrétiens-Médias, 1984, p.25 ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé