Astérix et Obélix contre César  –  Claude Zidi  –  1999

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production : France / Allemagne / Italie
  • Genre : Peplum ; comédie
  • Durée : 105 minutes
  • Producteur : Elda Ferri
    Gianluigi Braschi (production italienne)
  • Production : Katharina
    Renn Productions...
  • Distribution : AMLF
    Best Film...
  • Réalisateur : Claude Zidi
  • Interprètes : Christian Clavier (Astérix)
    Gérard Depardieu (Obélix)
    Roberto Benigni (Détritus)
    Michel Galabru (Abraracourcix)
    Claude Pieplu (Panoramix)
    Daniel Prévost (Prolix)...
  • Scénario : Claude Zidi d'après les personnages de Uderzo, Albert et Goscinny, René
  • Dialogues : Gérard Lauzier
  • Producteur exécutif : Pierre Grunstein
  • Producteur délégué : Claude Berri
    Thomas Langmann (producteur associé)
  • Directeur de production : Léonhard Gmür (Munich)
    Patrick Bordier (Paris)
  • Directeur de la photographie : Tony BSC Pierce-Roberts
  • Chef opérateur : Patrick de Ranter
    Jean-Baptiste Thibaud ...
  • Compositeur de la musique : Jean-Jacques Goldman
    Roland Romanelli (JRG et Renn Productions)
  • Monteur : Nicole Saunier
    Hervé De Luze ...
  • Chef décorateur : Jean Rabasse
    Franck Benezech ...
  • Costumier : Sylvie Gautrelet
    Cristine Guegan ...

Production

  • Pays de production : France / Allemagne / Italie
  • Producteur : Elda Ferri
    Gianluigi Braschi (production italienne)
  • Production : Katharina
    Renn Productions
    TF1 Films Production
    Bavaria Film
    Bavaria Entertainment
    Melampo Cinematografica
  • Distribution : AMLF
    Best Film
    Ykmedi
    United International Pictures (UIP)
    Tri Pictures
  • Producteur délégué : Claude Berri
    Thomas Langmann (producteur associé)
  • Producteur exécutif : Pierre Grunstein
  • Directeur de production : Léonhard Gmür (Munich)
    Patrick Bordier (Paris)
  • Participation financière : Canal +
    CNC
  • Assistant de production : Ségolène Fleury-Sliman
    Marie Guillon
    Edith Pavageau
    Christian-Paul Peyron (administration)
    Cathy Dutheil
    Michèle Benhassen (secrétaires de production)
    Claude Davy (attaché de presse)
    Pascal Richez
    Sylvie Ughetto (coordination Déco/Production)
    Philippe Harlez
    Juliette Cheneau
    Marie-Claire Quatrevaux
    Valérie Guilbaud
    Valérie Bertoux
    Elodie Martin (bureau d'étude)
  • Ventes à l'étranger : Jacques-Eric Strauss

 

Fiche artistique

  • Réalisateur : Claude Zidi
  • Scénario : Claude Zidi d'après les personnages de Uderzo, Albert et Goscinny, René
  • Dialogues : Gérard Lauzier
  • Scripte : Lili Gion
    Isabelle Querrioux
    Fabien Lacaf (storyboard)
  • Interprètes : Christian Clavier (Astérix)
    Gérard Depardieu (Obélix)
    Roberto Benigni (Détritus)
    Michel Galabru (Abraracourcix)
    Claude Pieplu (Panoramix)
    Daniel Prévost (Prolix)
    Pierre Palmade (Assurancetourix)
    Laetitia Casta (Falbala)
    Arielle Dombasle (Arielle)
    Sim (Agecanonix)
    Marianne Sagebrecht (Bonemine)
    John Gottfried (César)
    Jean-Pierre Castaldi (Caïus Bonus)
    Jean-Roger Milo (Cétautomatix)
    Jean-Jacques Devaux (Ordralphabétix)
    Hardy Krüger Jr. (Tragicomix)
    Michel Muller (Malosinus)
    Olivier Achard (Anorexix)
    Jacques Delaporte (Alambix)
    Philippe Lehembre (druide forêt 1)
    Jérôme Chappatte (druide forêt 2)
    André Chaumeau (druide forêt 3)
    Paul Rieger (druide forêt 5)
    Pierre Lafont (le vieux druide)
    Gaëtan Blum (Plaintecontrix)
    Jean-Yves Thual (Mathusalix)
    Martial Courcier (la sentinelle Gauloise)
    Jean-Marc Bellu (le légionnaire dans les fourrés)
    Pascal Librizzi (le villageois poisson 1)
    Philippe Beautier (le villageois poisson 2)
    Lionel Robert (le villageois poisson 4)
    Patrick Massieu (Olibrius)
    Herbert Fux (Tiquetdebus)
    Beppe Clerici (Trolleybus)
    Didier Cauchy (Brutus)
    Jean-Marie Paris (l'homme bête)
    Jean-Paul Farré (Hypothénus)
    Laurent Spielvogel (le scribe)
    Mario Luraschi (le cavalier Malosinus)
    Fedele Papalia (le légionnaire fossé)
    Guillaume de Jouvencel (le soldat Tortue 1)
    Xavier Offant (le soldat tortue 2)
    Franck-Olivier Bonnet (le garde porte)
    Patrick Bordier (le cuisinier romain)
    Daniel Del Ponte (le garde des prisons)
    Frank Vockroth (le Héraut)
    Vincent Martin (le centurion Tour de Détritus)
    Arnaud Lesimple (le crieur 1)
    Patrick Le Cornec (le crieur 2)
    Tino Perez (le romain)
    David Nathanson (le centurion)
    Pascualito (légionnaire romain 1)
    Pierre Dumur (légionnaire romain 2)
    Martin Zimmermann (légionnaire romain 4)
    Hans Osner (le bourreau)
    Udo Jolly (l'aide bourreau)
    Hardy Hoosmann (garde de prison 1)
    Dietmar Mössmer (garde de prison 2)
    Tony Gaultier
    Laurent Larcher
    Nicky Marbot
    Stephan Sacquin (les porteurs pavois)
    Marc Amyot
    Loïc Baylacq
    Fabien Coulon
    Jean-François Drea
    Fernand Gegout
    Pascal Herbert
    Sébastien Julhe
    Hervé Mahieux
    Bernard Maitre
    Pascualito
    Patrick Pierron
    David Senioris
    Guillaume Van't Hoff
    Jean-Pierre Venet (les villageois gaulois)
    Anne De Rocquigny du Favel
    Marie-Pascale Grenier
    Nathalie Massa
    Carole Rouland
    Valérie Veril (les villageoises gauloises)
    Sebastien Brun
    Emmanuel Dariès
    Julien Gacon Fournier
    Dimitri Jourde
    Valérie Cadot
    Hatem Laamouri (acrobates)
    Bénedicte Bos
    Alexandra Naudet
    Lydie Nury
    Julie Salgues (danseuses)
    Andréa Ferreol a prêté sa voix au personnage de Bonemine
    Michel Elias a prêté sa voix au personnage de César

Fiche technique

  • Directeur de la photo : Tony BSC Pierce-Roberts
  • Chef opérateur : Patrick de Ranter
    Jean-Baptiste Thibaud
    Kareem La Vaullée (opérateurs steadycam)
    Florent Bazin
    Sébastien Pantecouteau
    Valério Villalba
    Christophe Paturange
    Anne Nicolet
    Ursula Sigon (assistants opérateurs)
    Yves Agostini (cadreur)
    André Marchandet (chef staffeur)
  • Compositeur de la musique : Jean-Jacques Goldman
    Roland Romanelli (JRG et Renn Productions)
  • Directeur musical : David Musique interprétée par London Symphony Orchestra sous la direction de Sneil
    Hubert Bougis (orchestration et arrangements)
    John Timperley (enregistrement et mixage)
    Nat et Mallet Peck (coordinateurs musique)
  • Ingénieur du son : Henri Morelle
    Vincent Arnadi
    Frédéric Dubois
    Thierry Lebon
    Olivier Burgaud (perchman)
    Jacques Thomas-gérard
    Joël Rangon (Ingénieurs du son audi)
    Jean-Louis Le Bras (perchman audi)
    Marianne Roussy (stagiaire son)
  • Effets spéciaux : Pitof
    Jean-Baptiste Bonetto
    Yves Domenjoud
    Olivier Gleyze
    Les Versaillais
  • Monteur : Nicole Saunier
    Hervé De Luze
    Olivier Fontenay (étalonnage)
    Pierre Bourgeois (making off)
    Steve Moreau
    Jean-Christophe Allain (vidéo)
  • Chef décorateur : Jean Rabasse
    Franck Benezech
    Hervé Gallet (1ers assistants décorateurs)
    Eric Delfour
    Cyrille Autissier
    Jean-Denis Rivière
    Pierre Duboisberranger
    Frédéric Bonora
    Jean-Christophe Minfray (assistants décorateurs)
    Véronique Kirk-Melery (ensemblière)
    Philippe Auclaire (chef constructeur)
    Philippe Senie (chef constructeur meubles)
    Jean-Michel Chartier
    Yvon Fremy
    Jean-Pierre Delettre
    François Pernod
    Michel Toubkis (chefs menuisiers)
    Lionel Demante (chef machiniste construction)
    Alain Frentzel
    Claude Perry
    Marie-Pierre Chance
    Marie Desforge
    Vincent Maroutian (chefs peintres)
    Bénédicte Joffre
    Christine Rey
    Marie-Claire Vidal (chefs tapissières)
    Francis Poirier
    Philippe Boutillier
    Gilles Bontemps
    Sylvie de Meurville (chefs sculpteurs)
    Claude Poulain
    Christophe Hervé
    Yvon Moreno (peintres décorateurs)
    Gilbert Kadyszwski
    Patrick Georges (chefs serruriers)
    Thierry Lemaire
    Céline Barray (paysagistes)
  • Costumier : Sylvie Gautrelet
    Cristine Guegan
    Gil Noir
    Annick Redon
    Eric Perron
    Véronique Pouzou
    Gilles Bodu
    Jean-Daniel Vuillermoz
    Germaine Ribel
    Sophie Lebret
    Anne Micolod
    Frédérique Santerre
    Virginie Le Metayer
    Gisele Bertolino
    Arnaud Peltier
    Vladimir Houbart
    Ramesh Sinthurajah
    Pierre Ruff
    Frédéric Chastagner
    Robert Berbegal
    Hakim Ouazad
    José Gomez Rebolo (armes)
    Michèle Pezzin
    Alain Juteau
    Nadja Berruyer
    Valérie Hadida
    Marina Gendre
    Jean-François Rebillard
    Véronique Portebois
    Cécilia Lieury
    Coralie Sanvoisin
    Bernadette Villard
    Nathalie Paillon
    Chantal Glasman
    Isabelle Boiton
    Camille Joste
    Tanya Sayer
    Virginie Fuentes
    Valérie Dansaert
    Brigitte Bouloux (fabrication costumes)
  • Son : Dolby Digital et Digital Sound (mixage)
  • Monteur son : Jérôme Devanne
    Guillaume Battistelli (assitants montage son)
    Fanchon Brule
    Jérôme Lévy
    Pascal Maziere (bruitage)
    Michel Filippi
    Isabelle Filippi
    Jean-Philippe Angelini
    Stephane de Rocquigny (post-synchronisation)
  • Chorégraphie : Véronique Defranoux
  • Maquilleur : Giannetto assisté de Sforza De Rossi (Création Maquillage, Coiffure et Effets Spéciaux)
    Muriel Beaurens (Chef maquilleuse)
    Dominique Colladant (Chef maquilleur SFX)
    Lorella De Rossi
    Giuseppe De Siato
    Françoise Malet
    Sabrina Bernard
    Stéphanie Orillard
    Jean-Christophe Roger
    Elodie Trocelliet (maquillage)
    Sidonie Constantien
    Michel Perrot
    Christine Vizier
    Alessio Pompei (coiffure)
  • Casting : Gérard Moulévrier (directeur de casting)
    Sana El Ghoul (assistante casting)
    Pascale Béraud
    Aude Tiberghien
    Danielle Berthier (casting figuration)
  • Photographe de plateau : Etienne George
  • Régisseur : Francis Barrois
    Nicolas Borowsky
    Catherine Deschamps
    Eric Moreau
    Jean-Franck Gandossi
    Nathalie Louichon
    Emily Zinth de Kentzingen
    Thierry Cretagne
    Laurent Chiomento
    Sacha Redon
    Christian Baudoin
    Fréderique Say
    Stéphanie Deschamps
    Jacques Aucomte
    Yannick Luce
    David Largeaud (Régie d'extérieurs)
  • Chef machiniste : Charlie Freess
    Gil Fontbonne (Chefs machinistes)
    Christian Rivet (machiniste plateau)
    Jean-Yves Freess
    Nicolas Sommermeyer
    Michel Strasser
    Patrick Pamart
    Marc Casi
    Touffik Chih
    Dominique Lepage
    Michel Podik (machinistes)
  • Dresseur animalier : Frédéric Chauvineau (dresseur Idéfix)
    Guy Demazure (serpents et mygales)
    Gerhard Harsch (tigre et panthère)
    Anton Kocka (crocodiles)
    Thierry Leportier (lions)
    Animaux et attelages des Ecuries Hardy (Françoise)
  • Assistant réalisateur : Denis Seurat
    Julien Zidi
    Thomas Parnet
    Pascal Roy
    Fabrice Sanchez
    Céline Martin
  • Conseiller artistique : Michel Le Poix
    Thierry Goblet
    Didier Chantre
    Pascal Moureaux (conseillers militaires)
    Mario Luraschi (conseiller équestre)
    Philippe Guegan (coordination cascades physiques)
    Hélène Cheruy (coach de Laetitia Casta)
  • Supervision post-production : Jackline Tolianker
  • Procédé image : Panavison
    Kodak (pellicule image)
  • Laboratoire : Eclair
    Bavaria Kopierwerk
  • Machinistes (suite) : Olivier Bouyssou
    Stéphane Rouillon
    Jean-Bernard Josko
  • Electriciens : Michel Gonckel (chef électricien)
    Jean-Pierre Voisin
    Rodolphe Gonckel
    Jean Atanassian
    Stephane Cry
    Manuel Gaspar
    Michel Vedie
    Jean-François Drigeard
    Philippe Peyraud
    Jean-Claude Temporelli
    Eric Gies
  • Groupman : Guy Guermouh

TOURNAGE A MUNICH

    • Coproducteur Bavaria Film : Franck, Dieter
    • Coproducteur Bavaria Entertainment : Klooss, Reinhard
    • Directeur de production : Sterr, Peter
    • Régisseur général : Sturm, Hans-Jörg
    • Scripte : Leray, Patricia
    • Directeur de casting : Gmür, Karin
    • Régie du plateau : Haaf, Marco ; Pfab, Dirka
    • Armes : Frank, Guido
    • Maquillage : Niehues, Heiner ; Phillipp, Ruth
    • Décoration : Hantke, Ari
    • Sculpteur : Rowe, Marvyn
    • Peintre : Kaltofen, Ernst
    • Accessoiriste de plateau : Hartmann, Ali
    • Administratrice : Eder-Thomas, Friederike
    • Secrétaire de production : O'Neill, Leona
    • Attachées de presse : Hüttersen, ilona
    • Consultants juridiques : Weltersbach, Armin ; Lauktien, Annette-Tabea
    • Effets visuels numériques : Duboi
    • Producteur exécutif : Simkine, Antoine
    • Directeur technique : Carsoux, Alain
    • Directeur de production : Valton, Edouard
    • Directeur 3D : Rey, Nicolas
    • Production : Sene, Céline ; Giroux, Pascal ; Le Roch, Delphine ; Bouvet, Nicolas ; Riboud, Raphaella
    • Supervision tournage : Domer, Delphine
    • Création Mattes Paintings : Dargent, Stéphanie

     

    Résumé et notes

    • Genre : Peplum ; comédie
    • Durée : 105 minutes

    RÉSUMÉ

    A quoi bon révéler les multiples épisodes du scénario... Ne suffit-il pas de savoir qu'on y retrouve, dans leurs emplois traditionnels, et, disons-le, historiques, Astérix, Obélix, les braves gaulois, les méchants romains et toute la galerie des personnages (y compris Idéfix), imaginés par René Goscinny et Albert Uderzo. Le film n'est jamais qu'un nouveau chapitre de leur longue histoire. Quoique... On y verra Astérix se lancer dans un combat homérique contre Obélix... Obélix livrer Astérix aux Romains... Astérix rendre le pouvoir à un César déchu... Abraracourcix s'emparer du chariot du trésor public romain, mais se le faire voler à son tour... La potion magique se faire supplanter par la Super-Potion-Magique de Mathusalix... Alors? Un "Astérix" à l'envers ? Pas du tout. Tout le monde est vraiment dans son rôle. Mais... c'est trop compliqué à raconter. Il n'y a qu'un film pour y parvenir. D’après le synopsis publicitaire du film

    En savoir plus

    Extraits du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

      
                      

    QUELQUES CHIFFRES

      
                      

    Le film :

    • 21 semaines de tournage
    • 135 000 mètres de pellicule
    • 700 techniciens et ouvriers
    • 60 comédiens = 325 000 heures de travail
    • 1 495 figurants = 9 000 journées de travail
    • 22 000 repas
    • 1 135 mètres carrés de toiture en chaume
    • 6 260 mètres carrés de gazon en rouleaux
    • 600 fournisseurs de matériaux et services
    • 10 400 kilos de peinture, cire, vernis...
    • 800 pièces de costumes créées

    La figuration :

      
                      
    • 420 costumes et accessoires (casques, armures, boucliers...) pour les figurants romains
    • 860 mètres de serge rouge pour les tuniques romaines
    • 61 animaux dans le village (poules, canards, chevaux...)
    • 398 animaux au cirque romains (mygales, crocodiles, serpents...)

    La bande dessinée Asterix :

      
                      
    • 30 albums parus
    • 280 millions d'exemplaires diffusés dans 77 pays en 57 langues
    • 3 500 000 exemplaires vendus du 30ème album La galère d'Astérix
    • 2 millions de visiteurs au Parc Astérix en 1997
    • 7 dessins animés tirés des albums d'Astérix et Obélix
    • 40 000 connexions quotidiennes sur le site internet d'Astérix

    ENTRETIENS

    CLAUDE BERRI (producteur)

    Adapter Astérix est une idée de mon fils Thomas, qui me laissait sceptique. Je connaissais Astérix comme tout le monde, mais pas plus. J’ai toujours été réticent sur les adaptations de bandes dessinées. J’en ai parlé un jour à Jean-Marie Poiré qui, lui aussi, était sceptique. C’est Gérard Depardieu qui a été le détonateur à partir du moment où cela l’amusait de jouer Obélix (…) En reprenant les éléments récurrents –la potion magique, le village, les Romains… - et des gags et des scènes de la BD – les personnages qui volent etc. -, Zidi avait écrit un scénario original qui m’a plu. Et c’est comme ça qu’on a pris le départ (…) J’ai toujours su que ça serait un film très cher. Avec Zidi, on se fixait en théorie un budget qui représentait les trois quarts de ce qu’il a été en réalité : plus près de 180 millions que de 250 millions (…). Je voulais absolument avoir Benigni dans le film. Je ne l’avais vu que dans un film de Fellini et dans celui de Jim Jarmush. Mais un soir, à la télévision, on passait Le Monstre, je croyais n’en voir que cinq minutes et je l’ai vu de bout en bout, j’étais écroulé de rire. Benigni est quelqu’un qui accepte rarement de tourner dans les films des autres. Je suis fier d’avoir réussi à l’amener dans l’aventure. Il est certain qu’ont régné sur le tournage d’ Astérix une excitation et une passion exceptionnelles. Il y a toutes sortes de cinéma et mes goûts sont très éclectiques. Mais ce qu’on appelle LE cinéma, le cinéma populaire, à grand spectacle, motive les gens et leur donne l’impression de faire du cinéma en lettres majuscules. C’est DU CINEMA. Il y a de la figuration, on a du temps, on s’embarque pour des mois et des mois, comme à la grande époque (…) Pour la distribution, nous avons cherché et obtenu les meilleurs interprètes pour les nombreux rôles du village gaulois. Nous avons eu de la chance avec les rôles réservés, du fait de la coproduction, aux Allemands. Evidemment, Marianne Sägebrecht est épatante dans Bonemine, mais Gottfried John, que je ne connaissais pas, s’est révélé d’une superbe autorité dans le rôle de César. C’est peut-être lui qui ressemble le plus au personnage de la BD (…). Nous étions tombés amoureux du village d’Astérix, construit au studio de la Ferté-Alais, et cela nous faisait mal au cœur de le détruire. On se disait : « Si seulement on pouvait le garder pour le prochain ! » Bien entendu, il a fallu le livrer aux bulldozers. S’il y a un autre « Astérix », il ne restera qu’à le reconstruire. C’est ça le cinéma…

    ALBERT UDERZO (co-auteur de la bande-dessinée)

    Il y a eu deux projets d’Astérix au cinéma qui tous les deux n’ont pas été très loin (…). Le premier est venu de Claude Lelouch (…). Le second projet est venu de De Funès qui a eu envie de jouer le rôle d’Astérix. Nous l’avons rencontré, mais il n’y a pas eu de suite non plus. Il voulait jouer le rôle sans porter de moustaches. Mais un Astérix sans moustaches ne veut plus rien dire… Aujourd’hui, c’est Christian Clavier qui prend le rôle : il a une vocation à reprendre des rôles destinés à De Funès. C’est un nerveux qui joue très sec, c’est tout à fait le personnage et il l’a très bien compris. Depardieu, lui, m’a demandé de lui parler d’Obélix. Je lui ai dit : « Ce n’est pas un idiot mais un naïf qui est resté enfant par certains côtés et qui tombe facilement amoureux. » Il s’est mis parfaitement dans la peau du personnage et, quand je suis allé le voir, il m’a dit : « Depuis que je joue Obélix, j’ai des pâquerettes dans la tête ! » C’est une jolie formule pour dire comment il voit le personnage (…) J’ai été épaté par le scénario de Claude Zidi pour le film. Je l’ai lu pour m’assurer que l’aventure où on les lançait respectait mes personnages, mais je ne me suis mêlé de rien. Le cinéma est un métier spécifique qui a ses propres règles. C’est d’ailleurs tout le problème, à la fois le risque et l’excitation de l’entreprise. Elle mélange deux univers, la fantaisie de la BD, le réalisme qu’impose la présence de comédiens reconnaissables, de chair et de sang. Comment le spectateur va-t-il entrer dans cet étrange cocktail ? Le talent de tout le monde, plus les effets spéciaux devraient aboutir à une nouvelle dimension d’Astérix. Pour moi, quand je vois Astérix et Obélix interprétés par des « grosses pointures » comme Clavier et Depardieu, je reconnais nos créatures mais je sais que je ne suis plus maître du jeu.

    CLAUDE ZIDI (réalisateur)

    Mon travail a consisté à relire tous les albums pour bien me pénétrer de cet univers si particulier. J’ai travaillé avec un type épatant, François Meunier, qui avait établi un répertoire complet des personnages, des situations, des lieux, des épisodes, et même des objets figurant dans Astérix. Le fichier constituait un outil formidable et m’a permis d’entrer plus rapidement dans le petit monde de cette bande dessinée. Ainsi ai-je pu me mettre à construire un scénario original qui devait sauvegarder personnages et caractères principaux, les lieux et l’époque, mais innover sur le plan du récit dramatique des épisodes. Ainsi est né Astérix et Obélix contre César auquel j’ai essayé de faire participer à peu près tous les personnages contenus dans la BD. Je crois n’en avoir créé qu’un nouveau : Mathusalix, arrière-grand-père d’Agecanonix, âgé de plus de 200 ans J’ai aussi donné deux comparses au traître Polix : un très maigre (Anorexix) et un autre très alcoolique (Alambix). Nous avons eu la chance de recruter une distribution épatante de joyeux drilles proches de leurs personnages. La vraie difficulté a été pour Idéfix, qui s’est révélé être un chien sans race ni caractéristiques identifiées. J’ai demandé à Uderzo de nous fournir le pedigree de son chien ; il a dit : « Je n’en sais rien, tout ce que je peux dire, c’est que j’ai dessiné un chien… ». Ensuite, les principales décisions initiales ont concerné l’équipe de techniciens et le choix du lieu et du mode de tournage. C’est un choix à la fois technique et artistique. On pouvait construire le village d’Astérix en plein air ou choisir le studio. J’ai préféré cette dernière solution pour avoir un meilleur contrôle de la lumière pour photographier un monde complètement artificiel, recréé à partir de la bande dessinée. Mais aussi parce que, sur les vingt semaines de tournage, il y en avait au moins huit ou neuf de nuit. Je ne me voyais pas passer deux mois à filmer de 9h du soir à 5h du matin sous la pluie, dans le vent, avec des acteurs ayant le torse nu, etc. Cela aurait été infernal. En studio, dans le plus grand studio européen, celui de la Ferté-Alais, nous avons pu tourner tous les jours sans regarder le ciel et contrôler parfaitement nos lumières, de jour comme de nuit. Evidemment, pour faire des effets de plan jour et de soleil dans un studio de 4000 mètres carrés, il fallait des moyens d’éclairage gigantesques. Nous avons raflé tous les projecteurs disponibles en France et au-delà. Tout cela coûte cher. Mais dans tous les domaines, la règle de la production a toujours consisté à donner les moyens de faire le mieux possible. Alors… merci Claude Berri, merci Jérôme Seydoux !

    CRISTIAN CLAVIER (dans le rôle d'Astérix)

    La BD m’a marqué, elle fait partie de ma culture, de mon éducation. Et j’étais évidemment un fan d’Astérix (…) Interpréter des personnages aussi célèbres pose un problème. Il faut à la fois retrouver l’aspect général, physique et moral du personnage de la BD et en donner notre propre interprétation. C’est pourquoi j’ai fait deux mois d’essais pour trouver la tête qui me convenait. Je pars du principe que l’habit fait le moine à partir du moment où vous avez fixé son apparence, son costume, vous avez ouvert la petite porte intérieure qui va vous permettre d’interpréter le personnage. Là, c’est que c’est réussi. C’est dû à la fois au costume, au maquillage, à l’interprétation et à ce que vous avez déclenché dans votre tête pour en arriver à représenter le personnage. C’est une alchimie bizarre où tous les ingrédients jouent (…) reste l’éternel débat : est-ce que les acteurs comiques jouent différemment ? Non, je ne crois pas. Je crois qu’il y a un jeu sincère. Les situations sont comiques, pas les personnages (…) Ce qu’on peut dire, c’est que, souvent, le comique exige de vous une énergie, un rythme, un investissement physique plus grands que d’autres genres (…). Si Obélix est un champion de l’effort musculaire, Astérix qui est son « guide éclairé », son mentor, dépense une énergie, une vigilence, un constant esprit d’initiative qui obligent à rester toujours sur la brèche.

    GERARD DEPARDIEU (dans le rôle d'Obélix)

    Astérix a été ma bande dessinée préférée (…) Il y avait chez Astérix un esprit qui me séduisait et puis, c’était l’Histoire (…). Je n’ai pas interprété Obélix pour jouer dans un film « historique ». Je n’ai pas de message à délivrer, de mission à remplir. Je fais mon métier du mieux que je peux, le plus simplement, comme mon père faisait son métier de tôlier-formeur, avec ce qu’il y a en plus dans notre métier : le verbe, l’émotion, les choses qui nous dépassent, la lumière… et un certain espace à l’intérieur d’un cadre. Astérix n’est pas un cadeau du ciel : c’est une lourde tâche à réussir. Mais que l’on peut faire pour le plaisir (…). J’ai tourné Astérix par instinct, comme quelque chose qui fait partie des chemins que je croise à l’intérieur de moi-même. C’est comme si j’avais flairé la qualité du travail, des gens, la qualité humaine que j’allais trouver : il y a longtemps que je n’avais pas éprouvé une telle joie sur un tournage (…). Le paradoxe avec Obélix, c’est que ce sont les moments de faiblesse qui sont les plus délicats à jouer. Il faut faire oublier la force, en gardant la naïveté. J’ai aimé l’histoire d’amour entre Obélix et Falbala. C’est difficile pour lui de supporter son état amoureux et la faiblesse qu’il entraîne. C’est très beau, ce déséquilibre, ces failles où se glisse l’émotion. J’incarnais une « force de la nature ». Je redeviens un homme comme les autres. Et le boulot du comédien consiste à le garder sympathique, mais en même temps émouvant (…) Christian est un comique, Roberto est un poète, moi, je suis l’ouvrier du spectacle.

    ROBERTO BENIGNI (dans le rôle de Détritus)

    Quand je préparais La vie est belle, j’ai fait passer des essais tout un après-midi à une dizaine de comédiens. A 7 heures, je dis à mon assistant : « C’est fini, on arrête. » Il sort, j’entends des éclats de voix dans le couloir, il revient et me dit : « Il y en a trois qui refusent de partir. Et ils parlent français.» C’était Claude Berri et ses compagnons. Claude m’a dit : « J’ai une proposition à te faire et tu ne peux pas me dire non ! ». Et il m’a parlé d’Astérix. J’ai beaucoup lu Astérix quand j’avais 16-18 ans. Mes amis, ma famille, sont familiers d’Astérix. J’ai même eu le projet d’écrire aux auteurs, dans le temps, parce que j’étais malheureux que les Romains soient toujours battus et je voulais demander qu’une fois, au moins une fois, ce soit eux qui disposent de la potion magique… Bref, Berri me parle d’Astérix, cela m’excite, réveille quelque chose de l’enfance, du plaisir de la vie, la chance d’entrer dans la bande dessinée : un projet émouvant comme celui qu’avait eu Fellini de me faire tourner « Pinocchio ». Tout cela me touche beaucoup, mais je suis en pleine préparation de La vie est belle et incapable de m’intéresser à autre chose et je refuse. « Tu ne peux pas dire non », me répond Claude Berri, « je te donne quatre mois pour changer d’avis ». Quatre mois plus tard, il me téléphone. Je suis en plein tournage et je dis non. « Tu ne peux pas me dire non » répond Berri, « je te donne deux mois de réflexion.» Et la même scène encore, deux mois plus tard. Mon film est terminé. Je suis rassuré. Mais il faut préparer la sortie dans les différents pays. Et une tournée où je présente mon one-man show dans des stades de 30.000 personnes, comme les rock stars. En dépit de mon envie de lui dire oui, je refuse. Et cette fois, c’est définitif : Berri ne peut plus attendre. Il est resté très gentil, très calme, et m’a seulement dit : « Je te comprends, mais je suis désolé car je t’aime beaucoup. » Je suis rentré chez moi. Je n’ai pas dormi de la nuit. J’ai repensé à Astérix, au plaisir nouveau pour moi de jouer Détritus, le méchant du film, au beau scénario de Zidi, à Claude Berri, qui est une sorte d’Astérix à sa manière, dans sa tête et dans son cœur. Le matin, je l’ai appelé. Il a décroché et je lui ai dit : « Bonjour. C’est Détritus. L’homme qui ne peut pas dire non ! » Et nous avons ri et nous étions heureux tous les deux. Après, cela a été le bonheur. Le bonheur de jouer ce salaud de Détritus, ce qui me changeait des bons petits diables que je joue d’habitude. J’ai commencé à le jouer durement, en vrai méchant, puis j’ai pensé qu’on pouvait le faire aussi avec sympathie et une certaine innocence. Depardieu m’a encouragé dans cette voie.

    JEAN RABASSE (les décors)

    J’adore le studio car il a énormément aidé, à mon avis, à ce que l’image de ce village soit entre la réalité et la poésie de la bande dessinée. On maîtrise tellement tous les éléments, on est capable de faire croire aux gens des choses insensées, comme de faire vivre tout le monde dans de petites maisons qui font à peine cinq mètres de large par cinq mètres de long, ce qui est absolument ridicule, mais quand on le voit, on ne se pose absolument pas la question, ça marche (…). Le village est un mélange de deux influences : la bande dessinée et la réalité. Mon boulot était de mélanger tout ça et d’en faire autre chose (…). Pour moi, il a toujours été assez évident que la couleur devait partir de la réalité des matériaux (…). Je savais que Zidi voulait que l’on mette beaucoup de couleurs, et je savais aussi qu’il fallait faire attention de ne pas tomber dans une image kitsch, que la couleur soit là mais qu’elle soit justifiée (...) Un décor ne se fait pas seul, mais avec 200 personnes, et l'image de synthèse réussie ne se fait pas juste avec un technicien devant son ordinateur, c'est plein de compétences, de gens spécialisés chacun dans leur domaine... Jamais je ne voudrai signer un décor tout seul. C'est toujours drôle de voir à quel point on a respecté son idée de départ et à quel point on l'a modifiée en cours de route. La réalité d'un décor vivant, c'est ça.

    SYLVIE GAUTRELET (les costumes)

    Un atelier a été installé à Ivry-sur-Seine. Plus de trente personnes y ont travaillé. Nous avons crée entièrement 200 à 250 costumes, tous différents, qui ont été réalisés intégralement dans cet atelier : dessin, coupe, couture, teinture et reteinture par couches superposées de couleurs. En outre, nous avons fabriqué près de 500 costumes pour les figurants : soldats romains, villageois gaulois, druides, etc. Chaque costume était fabriqué à l’usage d’un figurant défini pour lequel il devenait son uniforme de travail : il en était responsable. Les costumes terminés avaient naturellement l’air tout neuf. Il fallait ensuite les déchirer, les effilocher, en éliminer les franges, casser le cuir et les tissus, repasser ceux-ci, les mouiller les repasser à nouveau, les rechiffoner, les reteindre, les patiner à chaud et à froid avec des râpes ou des limes jusqu’à ce que l’usure leur donne une allure authentique (…) Un personnage, Mathusalix, vieux de plusieurs centaines d’années, a nécessité le costume le plus compliqué. Il s’agissait de montrer qu’à son très grand âge, il relevait déjà du règne végétal et minéral. Nous lui avons taillé sur mesure une combinaison de caoutchouc sur laquelle nous avons fixé une sorte de « tissus de la nature » en attachant de la mousse, des brindilles, de la paille, des coquillages d’huîtres, de moules et d’autres crustacés, des champignons, des pommes de terre, des herbes, des plumes d’oiseaux, etc.

    PITOF (les effets spéciaux)

    Il y a environ 200 plans du film sur 1500 qui ont recours aux effets spéciaux, soit 12% du film. Certains trucages sont déjà avancés, comme le « matt-painting », mais l’image numérique les rend beaucoup plus performants et vraiment indécelables (…). Avec le numérique, quelques dizaines de mygales réelles, vivantes, ont suffi pour en obtenir des centaines par clonage électronique et envahir le corps d’Astérix avec les vrais mouvements des mygales (…) Le vrai problème de l’effet spécial c’est de conserver à l’image son naturel. Le difficile n’est pas d’enregistrer des images d’actes impossibles. C’est que cet impossible paraisse possible et s’intègre au réalisme que suppose la comédie et le style de Claude Zidi (…). C’est aux effets spéciaux à se mettre au service de la mise en scène pour l’appuyer et développer ses possibilités.


    • Sortie : 3 Février 1999
    Date de la publication électronique : 27 juillet 2011
    Sources :

    Spotting list, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé