Mauvaise Passe  –  Michel Blanc  –  1999

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production :France / Grande-Bretagne
  • Genre : Drame
  • Durée : 100 minutes
  • Production :Renn Productions
    Pathé Productions Ltd...
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Réalisateur :Michel Blanc
  • Interprètes : Daniel Auteuil (Pierre)
    Stuart Townsend (Tom)
    Liza Walker (Kim)
    Noah Taylor (Gem)
    Frances Barber (Jessica)
    Claire Skinner (Patricia)...
  • Scénario :Michel Blanc (D'après une idée originale de Hanif Kureishi)
  • Adaptation :Michel Blanc
    Nick Love
  • Dialogues :Michel Blanc
  • Producteur exécutif :Annabel Karouby
    Pierre Grunstein
  • Producteur délégué :Claude Berri
    Romain Bremond (producteur associé)
  • Directeur de production :Sally French
  • Directeur de la photographie : Barry Ackroyd
  • Compositeur de la musique : Barry Adamson
  • Monteur : Maryline Monthieux
  • Chef décorateur : Gary Williamson
  • Costumier : Ralph Holes

Production

  • Pays de production :France / Grande-Bretagne
  • Production :Renn Productions
    Pathé Productions Ltd
    France 3 cinéma
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Producteur délégué :Claude Berri
    Romain Bremond (producteur associé)
  • Producteur exécutif :Annabel Karouby
    Pierre Grunstein
  • Directeur de production :Sally French
  • Participation financière :Canal +
    Centre National de la Cinématographie (CNC)
  • Ventes à l'international :UGC International
    Patrick Binet

 

Fiche artistique

  • Réalisateur :Michel Blanc
  • Scénario :Michel Blanc (D'après une idée originale de Hanif Kureishi)
  • Adaptation :Michel Blanc
    Nick Love
  • Dialogues :Michel Blanc
  • Interprètes :Daniel Auteuil (Pierre)
    Stuart Townsend (Tom)
    Liza Walker (Kim)
    Noah Taylor (Gem)
    Frances Barber (Jessica)
    Claire Skinner (Patricia)
    Béatrice Agenin (Catherine)
    Keith Allen (mari de Jessica)
    Ben Whishaw (Jay)
    Barbara Flynn (mère de Kim)
    Anastasia Hille (Steffy)
    Sarah-Jane Potts (Liz)
    Amanda Ryan (Ann)
    Peter Mullan (mari de Patricia)

Fiche technique

  • Photographie :Barry Ackroyd
  • Compositeur de la musique :Barry Adamson
  • Ingénieur du son :Bruno Charier
    Jean Goudier
    Dominique / Rangon Hennequin (mixage)
  • Monteur :Maryline Monthieux
  • Chef décorateur :Gary Williamson
  • Costumier :Ralph Holes
  • Son :SRD
  • Casting :Jina Jay
  • Photographe de plateau :Laurie Sparham
    Etienne George
  • Assistant réalisateur :Richard Hewitt
  • Procédé image :Format 1.85

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Durée : 100 minutes

RÉSUMÉ

Pierre est perdu dans une ville qu’il ne connaît pas. Pierre griffonne des notes sur un carnet. Pierre est seul à Londres. Pierre déchire les notes. Pierre essaie d’écrire un roman. Tom est « escort-boy » pour dames, gigolo, Tom se prostitue. Mais Pierre ne le découvre que plus tard, alors que Tom l’a embarqué à son insu dans une soirée, rétribué par deux clientes. Pierre est surpris. Pierre est choqué. Pierre est flatté. Parce que cela lui fait peur, parce que c’est à l’opposé de la vie dans laquelle il étouffait, parce qu’il ne sait pas jusqu’où il est capable d’aller, Pierre va continuer. Et comme les gens qui ont été trop raisonnables, il va aller trop loin. D’après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

ENTRETIEN AVEC MICHEL BLANC, dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Comment est née l’idée de « Mauvaise Passe » ? Pour tout vous dire, j’avais décidé de ne pas écrire ce film moi-même. Je souhaitais uniquement me concentrer sur la mise en scène (…) J’ai donc réfléchi aux auteurs que j’aimerais rencontrer et j’ai tout de suite pensé à Hanif Kureishi (…) La base était la même que celle qu’il y a aujourd’hui dans Mauvaise Passe puisqu’il désirait raconter l’histoire d’un homme de 45 ans qui, à la suite d’une crise personnelle et parce qu’il ne peut plus bander, quitte sa femme, puis rencontre un jeune Pakistanais de 25 ans, blond décoloré, qui l’entraîne dans l’univers de la prostitution. Malheureusement, après quelques séances de travail en commun, nous nous sommes séparés (…) A suivi un long moment de flottement où je ne savais plus très bien ce que je devais faire, s’il fallait que je continue ou que je m’arrête. Pourquoi vous êtes-vous alors accroché à cette histoire ? Je ne sais pas… Il y avait sans doute quelque chose qui me titillait personnellement dans ce sujet. J’ai essayé en vain de trouver un autre auteur, mais mes recherches n’ont abouti à rien. Alors, je me suis mis à écrire seul. J’ai commencé à me renseigner sur ce qu’était vraiment le métier de gigolo. Il fallait que le film soit extrêmement réaliste, qu’il ne bascule jamais dans la fantaisie, le fantasme ou le poncif. Je voulais raconter quelque chose de très quotidien, d’immédiat (…). Il s’agissait, avant tout, de raconter l’histoire d’un homme qui se cherche à travers quelques femmes qui, elles-mêmes, se cherchent… Mais si Mauvaise passe est un film qui parle de la solitude, de la quête de l’autre et de ce désespoir qui fait que le seul moyen de communication est le sexe, c’est aussi et avant tout l’histoire d’une résurrection. Celle d’un être qui se trouve et accomplit un véritable voyage initiatique. En voulant rattraper le temps perdu, Pierre finit par perdre pied… Oui. Il cherche des sensations fortes. Il veut se faire peur. Il sait qu’à 45 ans, certes, on n’est plus jeune, mais on n’est pas encore vieux. C’est pour ça qu’au début du film, Pierre s’accroche à Tom. Il ne sait pas qui est ce jeune homme de 25 ans, qui l’embarque dans des endroits bizarres et deale de la dope, mais il est fasciné par lui. Tom vit comme il n’a jamais vécu. Il est libre… Pourquoi avoir choisi Daniel Auteuil pour jouer Pierre ? Je l’ai rencontré avant même de commencer à écrire pour savoir si cette histoire l’intéressait. S’il m’avait dit non, je ne me serai pas lancé dans cette aventure. Depuis « Marche à l’ombre » et à travers vos plus grands rôles au cinéma, on sent que vous avez toujours eu un goût pour les personnages marginaux… Oui. Ce sont souvent les personnages qui ont une plus grande forme d’originalité que les autres. Ils m’attirent parce qu’ils ont du courage. Ils n’ont pas peur de ne pas être dans la convention, d’enfreindre les règles… Qu’ils soient victimes ou bourreaux, ils stimulent mon imagination. Ca correspond aussi à un aspect de ma personnalité qui m’inspire plus que mon côté conformiste que je n’aime pas et contre lequel je suis perpétuellement en guerre. Il n’y a quasiment pas de musique dans le film, à part « L’Hymne à l’amour» d’Edith Piaf. Pourquoi cette chanson ? Je l’avais sans cesse en tête en écrivant. Et puis, il y avait une certaine forme de dérision à passer « L’Hymne à l’amour » sur une relation payante… L’identité est au centre de vos films. L’identité est quelque chose qui me tracasse et me fascine. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si j’ai voulu jouer la comédie. Devenir comédien, c’est trouver du plaisir en prenant l’identité de quelqu’un d’autre parce que la vôtre ne vous satisfait pas.


  • Sortie : 17/11/1999
Date de la publication électronique :29 July 2011
Sources :

Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé