La Débandade  –  Claude Berri  –  1999

Fiche générale

  • Pays de production :France
  • Genre : Comédie dramatique
  • Durée : 100 minutes
  • Producteur :Heintz Dill (production Suisse)
  • Production :Katharina
    Renn Productions...
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Réalisateur :Claude Berri (réalisateur et metteur en scène)
  • Interprètes : Claude Berri (Claude)
    Fanny Ardant (Marie)
    Claude Brasseur (Paul Edouard)
    Alain Chabat (Le spécialiste)
    Danièle Lebrun (Myriam)
    Brigitte Bémol (Agnès)
    Véronique Berléand Vella (Julie)
    Olga Grumberg (Nathalie)...
  • Scénario :Claude Berri
    Tonino . D'après l'oeuvre d'Eemile Cioran Benacquista (collaboration)
  • Adaptation :Claude Berri
    Arlette Langmann
  • Dialogues :Claude Berri
    Tonino Benacquista (collaboration)
  • Producteur exécutif :Pierre Grunstein
    Claude Fenioux (directeur financier)
  • Producteur délégué :Claude Berri
  • Directeur de production :Jean-Marc Deschamps
  • Directeur de la photographie : William Lubtchansky
    Manuel A.F.C. Téran
  • Chef opérateur : Jean-Pierre Toraille (cadreur)
    Irina Lubtchansky ...
  • Compositeur de la musique : Bruno Coulais
    Musique brésilienne et techno composée par Slim Pezin. Musique produite et réalisée par Renn Productions
  • Monteur : Hervé de Luze (chef monteur)
    Elise Fiévet ...
  • Chef décorateur : Olivier Radot (chef décorateur)
    Dominique Castan ...
  • Costumier : Cristine Guégan
    Françoise Le Téllec (habilleuse)...

Production

  • Pays de production :France
  • Producteur :Heintz Dill (production Suisse)
  • Production :Katharina
    Renn Productions
    France 2 cinéma
    Heintz Dill (production Suisse)
    Louise Production (production Suisse)
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Producteur délégué :Claude Berri
  • Producteur exécutif :Pierre Grunstein
    Claude Fenioux (directeur financier)
  • Directeur de production :Jean-Marc Deschamps
  • Participation financière :Canal +
    Centre National de la Cinématographie (CNC)
  • Assistant de production :Nicole Heitzmann
    Christel Girard Bonnard (administration)
    Cathy Dutheil (secrétaire de production)

Fiche artistique

  • Réalisateur :Claude Berri (réalisateur et metteur en scène)
  • Scénario :Claude Berri
    Tonino . D'après l'oeuvre d'Eemile Cioran Benacquista (collaboration)
  • Adaptation :Claude Berri
    Arlette Langmann
  • Dialogues :Claude Berri
    Tonino Benacquista (collaboration)
  • Scripte :Helen Othnin-Girard
  • Interprètes :Claude Berri (Claude)
    Fanny Ardant (Marie)
    Claude Brasseur (Paul Edouard)
    Alain Chabat (Le spécialiste)
    Danièle Lebrun (Myriam)
    Brigitte Bémol (Agnès)
    Véronique Berléand Vella (Julie)
    Olga Grumberg (Nathalie)
    Myriam Mézières (Femme vente)
    Pierre Semmler (Frédérick)
    Nicole Barentin (Monique)
    Christian Boutonnet (Christian)
    Rafael Ortiz (Raphaël)
    Jérôme Hardelay (Marius)
    Marie-Christine Adam (Femme étude)
    Claire Prévost (La serveuse)
    Ronald Docteur Virag (Médecin Doppler)
    André Schoeller (L'expert)
    Pierre Semmler
    Jérôme Hardelay
    Marie-Christine Adam
    Claire Prévost
    Zaza "Marie") Monzini (doublure mains (dessins)

Fiche technique

  • Photographie :William Lubtchansky
    Manuel A.F.C. Téran
  • Chef opérateur :Jean-Pierre Toraille (cadreur)
    Irina Lubtchansky
    Marion Befve (assistantes opérateur)
  • Compositeur de la musique :Bruno Coulais
    Musique brésilienne et techno composée par Slim Pezin. Musique produite et réalisée par Renn Productions
  • Ingénieur du son :Didier Lizé (ingénieur du son)
    Laurent Lévy
    Judith Guittier (bruitage)
    Eric Ferret (enregistrement bruitage)
    Lionel Le Bras (perchman audi)
    Michel Kharat
    Michel Klochendler
    Gérard Lamps
  • Monteur :Hervé de Luze (chef monteur)
    Elise Fiévet
    Stéphanie Gaurier
    Béatrice Herminie
    Sylvie Lager (assistantes monteuses)
  • Chef décorateur :Olivier Radot (chef décorateur)
    Dominique Castan
    Alain Tchillinguirian (assistants décorateurs)
    Eric Bourges (chef constructeur)
  • Costumier :Cristine Guégan
    Françoise Le Téllec (habilleuse)
    Claude Berri est habillé par Lanvin
  • Son :Dolby SR
  • Monteur son :Michel Filippi
    Isabelle Filippi
    Katrina Héaulme (Post-synchronisation)
  • Décors :Filmé en extérieurs à Paris et Genève
  • Maquilleur :Sophie Harvey (chef maquilleuse)
    Jean-Max Guérin (chef coiffeur)
  • Casting :Gérard Moulévrier
  • Photographe de plateau :Etienne George
    Jean-Marie Leroy
  • Régisseur :Alain Mougenot
    Nicolas Borowsky
    Hubert Mixe
    Vincent Fauvel
    Cécile Messika
    Christophe Henry
  • Chef machiniste :André Atellian
    Benoît Bayle
    Dominique Fourny (machinistes)
    Jim Howe
    Loïc Le Pechon
    Olivier Cazzitti (électriciens)
  • Dresseur animalier :Patrick Pittavino (dresseur chat)
  • Assistant réalisateur :Christophe Vassort
    Pascal Roy
    Thomas Parnet
  • Conseiller artistique :Nathalie Rheims
  • Supervision post-production :Jackline Tolianker
  • Atelier photographique :Champagne
    Central Color
  • Laboratoire de mixage :Studio Davout (enregistrement)
    Studio Guillaume Tell (mixage)
  • Chanson du film :interprétée par Claude Berri "La Débandade"
  • Ce film a été réalisé avec le concours d'Aéroports de Paris.

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Durée : 100 minutes

RÉSUMÉ

Claude et Marie sont mariés depuis quinze ans. C'est un couple qui s'aime. Un soir, en faisant l'amour, Claude se rend compte que son érection n'est plus ce qu'elle a été. Et pourtant, le désir est toujours là... D’après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

ENTRETIEN AVEC CLAUDE BERRI, dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé:


Après plusieurs films adaptés de romans ou inspirés de récits, c’est la première fois avec La Débandade que vous revenez à votre cinéma autobiographique


Je ne dirais pas autobiographique mais plutôt personnel. Claude, c’est moi et ce n’est pas moi. Bien sûr, certains éléments autobiographiques m’ont servi de base à l’écriture du scénario, mais dans ce film, je ne raconte pas exactement ma vie. J’ai voulu m’amuser avec un problème qui concerne beaucoup de couples et d’hommes, qui à partir d’un certain âge ont malgré tout conservé leur soif de désir, leur soif de jeunesse.


Pourquoi cette envie de revenir à un film personnel ?


Depuis longtemps j’y pensais. J’étais sensible à ceux qui m’y poussaient, mais je n’avais pas de vraie motivation. Ma vie de cinéaste-producteur, d’amateur d’art, n’offrait que peu d’intérêt pour un film. L’étincelle est venue au printemps 1998, avec l’apparition de cette rumeur sur cette fameuse pilule. Je sais que l’on va beaucoup parler d’elle, je le regrette. Pour moi, le viagra dans le film n’est qu’un ressort de la comédie. Sans lui, je n’aurais pas pu scénariser, mais ce n’est pas mon sujet principal. Les difficultés d’érection, le désir, sont des thèmes éternels que la littérature a traités bien avant moi. A l’exception – peut-être – du Bel Antonio le cinéma s’en est peu emparé jusqu’ici. A partir du moment où j’ai commencé à me documenter, à lire des ouvrages (La sexualité masculine de Dr Sylvain Mimoun ; Le sexe de l’homme du Dr Ronald Virag) sur le sujet traitant des méthodes thérapeutiques existantes – avant viagra – j’ai tellement ri que j’ai pensé tenir suffisamment d’éléments pour écrire. Et bien sûr écrire de « l’intérieur », en étant concerné. Mais avant tout il fallait que je m’amuse de Claude. Et sans complaisance. Je voudrais que l’on regarde La Débandade comme ces comédies à l’italienne des années soixante-dix que j’ai tant aimées.


Si morale il y a, quelle morale souhaiteriez-vous que l’on retienne de votre film ?


Chacun devra la ressentir, selon sa propre sensibilité. Je vous cite une phrase de Bachelard : « L’homme est la création du désir, non une création du besoin ».


Pourquoi avez-vous interprété votre propre rôle dans « La Débandade » ?


Je n’interprète pas mon rôle – mais celui de Claude. J’ai trouvé plus honnête de le jouer moi-même. Je retrouvais ainsi la saga de mes premiers films. Et puis, pour être franc, cela m’amusait de le jouer. Dans Le Cinéma de Papa, je m’évertue à paraître vingt ans, quand j’en avais déjà trente-cinq. C’est la première fois que je joue un rôle de mon âge. Dans La Débandade, le « non-dit » est important. Je pense l’avoir exprimé.


  • Sortie : 06/10/1999
Date de la publication électronique :02 August 2011
Sources :

Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Spotting list, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé