Amen  –  Costa-Gavras  –  2002

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production : France / Allemagne / Roumanie / Etats-Unis
  • Genre : Drame historique
  • Durée : 130 minutes
  • Producteur : Claude Berri
  • Production : Katharina
    Renn Productions...
  • Numéro de visa : 101305
  • Distribution : Pathé Distribution
    Prooptiki...
  • Réalisateur : Costa-Gavras
  • Interprètes : Ulrich Tukur (Kurt Gerstein)
    Mathieu Kassovitz (Riccardo Fontana)
    Ulrich Mühe (Le docteur)
    Michel Duchaussoy (le cardinal)
    Ion Caramitru (le comte Fontana)
    Marcel Iures (le Pape)...
  • Scénario : Costa-Gavras
    Jean-Claude Grumberg d'après "Le Vicaire" de Rolf Hochhuth
  • Producteur exécutif : Michèle Ray (producteur exécutive)
    KG Production - Paris
    Mediapro Pictures - Bucarest (productions exécutives)
    Andrei Boncea (producteur exécutif Roumanie)
  • Producteur délégué : Roland Pellegrino
    Dieter Meyer
    Pierre Grunstein (producteurs associés)
  • Directeur de production : Yvon Crenn
    Irina Chirita (directrice de production Roumanie)...
  • Directeur de la photographie : Patrick Blossier
  • Chef opérateur : Jérôme Almeras (opérateur steadycam)
    Amandine Lacape (2ème assistant cinéma)...
  • Compositeur de la musique : Armand Amar
  • Monteur : Yannick Kergoat (chef monteur)
    Olivier Gourlay ...
  • Chef décorateur : Ari Hantke
    Maria Miu (chefs décorateurs)...
  • Costumier : Edith Vespérini (chef costumière)
    Minh Truong (assistante chef costumière)...

Production

  • Pays de production : France / Allemagne / Roumanie / Etats-Unis
  • Producteur : Claude Berri
  • Production : Katharina
    Renn Productions
    TF1 films production (coproduction)
    KC Medien (en association avec)
  • Distribution : Pathé Distribution
    Prooptiki
    Concorde-Film
    Pathé
  • Producteur délégué : Roland Pellegrino
    Dieter Meyer
    Pierre Grunstein (producteurs associés)
  • Producteur exécutif : Michèle Ray (producteur exécutive)
    KG Production - Paris
    Mediapro Pictures - Bucarest (productions exécutives)
    Andrei Boncea (producteur exécutif Roumanie)
  • Directeur de production : Yvon Crenn
    Irina Chirita (directrice de production Roumanie)
    Olivier Cchiavassa
  • Participation financière : Canal +
  • Assistant de production : Gisèle Vuillaume (administratrice de production)
    Angeliki Arvanitis
    David Crenn
    Gilda Conon
    Lulian Stefan
    Vladimir Moldoveanu (coordinateurs de production)
    Gabriela Ionescu (secrétaire de production)
    Sabina Aldea
    Oana Prata (assistantes de production)

Fiche artistique

  • Réalisateur : Costa-Gavras
  • Scénario : Costa-Gavras
    Jean-Claude Grumberg d'après "Le Vicaire" de Rolf Hochhuth
  • Scripte : Andra Barbuica (scripte)
    Mariana Lina
    Violeta Rizea (assistantes scripte)
  • Interprètes : Ulrich Tukur (Kurt Gerstein)
    Mathieu Kassovitz (Riccardo Fontana)
    Ulrich Mühe (Le docteur)
    Michel Duchaussoy (le cardinal)
    Ion Caramitru (le comte Fontana)
    Marcel Iures (le Pape)
    Friesrich von Thun (le père Gerstein)
    Antje Schmidt (madame Gerstein)
    Hanns Zischler (Grawitz)
    Sebastian Koch (Hoess)
    Erich Hallhuber (Von Rutta)
    Burkhard Heyl (le directeur)
    Angus Maclnnes (Tittman)
    Bernd Fischerauer (Bishop Von Galen)
    Pierre Franckh (Pastor Wehr)
    Richard Durden (L’ambassadeur Taylor)
    Monica Bleibtreu (madame Hinze)
    Justus von Dohnanyi (baron von Otter)
    Günther-Maria Halmer (le pasteur Dibelius)
    August Zirner (Von Weizsäcker)
    Horatiu Malaele (Fritsche)
    Ovidiu Cuncea (Stephan Lux)
    Markus Hering (Karl)
    Susanne Lothar (Alexandra Baltz)
    Alexander Geringas (Helmut Franz)
    Theodor Danetti (le vieux cardinal)
    Radu Binzaru (Armin Peters)
    Constantin Alexandrov (Le Nonce)
    Heinz Gerhard Lück (le vieux moine)
    Marina Berti (la principessa)
    Michael Mendl (MGR Hudal)
    Niels Hansen (le pasteur Rebling)
    Mathias Köberlin (officier décoré)
    Nina Proll (Helga)
    Marin Moraru (le photographe)
    Hinnerk Schönemann (joueur d’échecs)
    Ion Haiduc (contrôleur)
    Maria Rotaru (la None)
    Dorina Chiriac (berthe Gerstein)
    Cornelia Pavlovici (la mère de Berthe)
    Cornel Ciuperescu (le père de Berthe)
    Robinson Reichel (officier SS Rome)
    Lilly Tukur (Adelheid Gerstein)
    Charles Brian (Arnulf Gerstein)
    Sophie Parea (Baby Gerstein)
    Laurentiu Cizmas (Cadet Gerstein)
    George Ivascu (le tailleur)
    Ion Pavlescu (monseigneur Kaas)
    Constantin Cotimanis (Pruffer)
    Valentin Teodosiu (Hirt)
    Rodica Lazar (Rachel)
    Stefana Zamfirescu (Gudrun)
    Doru Badiu (Gerhard)
    Andreea Macelaru (Ingrid)
    Rudy Rosenfeld (Mosche)
    Costin Anghel (Barcia Trelles)
    Alexandru Repan (1er cardinal)
    Ion Siminie (Major Dom)
    Sandu Mihai Gruia (le cuisinier)
    Florin Kevorkian (le prêtre sténographe)
    Valériu Crisan (Fritz)
    Cristian Leremia (l’abbé)
    Natasa Raab (dame blonde chez Fontana)
    Andriana Andronache (femme à l’église)
    Andrei Finti (1er curé)
    Andrei Boncea (2ème curé)
    Zoltan Butuc (1er prêtre)
    Laurentiu Bobalca (2ème prêtre)
    Nicolae Calugarita (Président de la société des Nations)
    Karina Bobe (1ère Dame)
    Christine Georgescu (1ère Dame âgée)
    Cici Caraman (1ère dame)
    Lucia Maier (2ème Dame)
    Andrei Duban (officier du camp)
    Andrei Gheorghe (officier français)
    Bogdan Uritescu (sergent français)
    Fred Wesson (officier américain)
    Cornel Vulpe (garde suédois)
    Petre Moraru (le procureur)
    Mihai Niculescu (1er civil)
    Mircea Stoain (2ème civil)
    Geo Dobre (3ème civil)
    Viorel Comanici (4ème civil)
    Mihai Calin (5ème civil)
    Marius Galea (le voleur)
    Gabriel Spahiu (le détenu)
    Nicodim Ungureanu (Capo)
    Stefan Potzolli (le pasteur)
    Emil Hostina (sergent)
    Bogdan Florea (le jeune sergent)
    Alexandru Jitea
    Marian Ralea
    Florin Busuioc
    Florin Dobrovici
    Cristian Motriuc (officiers SS)
    Alin Panc (1er lieutenant SS)
    Pavel Bartos (2ème lieutenant SS)
    Dorina Lazar
    Anca Sigartau
    Oana Ioachim
    Tamara Popescu (épouses des officiers SS)
    Nicolae Borza (docteur en chef)
    Adrien Plopeanu (1er docteur)
    Daniel Iordan (technicien)
    Dan Astilean (le chauffeur du camion)
    Mihai Razus (l’officier de la garde Suisse)
    Doru Stan (le chauffeur de Riccardo)

Fiche technique

  • Directeur de la photo : Patrick Blossier
  • Chef opérateur : Jérôme Almeras (opérateur steadycam)
    Amandine Lacape (2ème assistant cinéma)
    Gavrila Dumitru (3ème assistant caméra)
    Sandor Adrian (assistant vidéo)
    Sorin Serghiuta (assistant steadicam)
  • Compositeur de la musique : Armand Amar
  • Directeur musical : Laurent Levesque (direction d'orchestre et piano solo)
    Jean-Paul Minali Brua (Alto solo)
  • Ingénieur du son : Pierre Gamet (son direct)
    Dominique Gaborieau (mixage)
    Bernard Chaumeil (perchman)
    Gelu Costache
    Marian Pana (assistants son)
    Philippe Escanecrabe (co-mixeur)
    Jean-Pierre Lelong (bruiteur)
    Mario Melchiorri (assitant bruiteur)
  • Effets spéciaux : Moise Constantin (effets spéciaux tournage)
    Nicu Petre
    Alin Sebat
    George Petrache
    Aurel Chiorean
    Serban Nicolae (assistants effets spéciaux)
  • Monteur : Yannick Kergoat (chef monteur)
    Olivier Gourlay
    Agathe Cauvin (assistants monteur)
    Michelle Flamand
    Stefan Richter (monteurs dialogues)
    Yorgos Lamprinos
    Benoît Maffone (stagiaires montage)
  • Chef décorateur : Ari Hantke
    Maria Miu (chefs décorateurs)
    Olivier Hoese (assistant chefs décorateurs)
    Mervyn Rowe (chef d'ateliers décor)
    Dana Dinescu
    Doru Badiu
    Baba Novac
    Dan Vraciu
    Paul Dobre
    Adina Popescu (assistants décorateur)
    Carmen Pasula (ensemblier)
    Anda Barbulescu
    Daniel Neamtu
    Mihai Geletu
    Alexandru Adam (maquettes)
    Daniel Alexandru
    Ion Molete (sculpteurs)
    Olivier Drano (chef peintre)
    Viviana Dumitru
    Coralia Nitu
    Veniamin Petre (peintres)
    Costin Nastac
    Ioana Corciova (chefs constructeurs)
  • Costumier : Edith Vespérini (chef costumière)
    Minh Truong (assistante chef costumière)
    Ioana Albaiu (chef habilleuse)
    Florenta Pauna
    Eli Calin (assistants costumière)
    Laurentiu Bobalca
    Claudia Stavrositu (fabrication de costumes)
  • Son : Dolby SRD / DTS
  • Monteur son : Francis Warnier (monteur son)
    Nicolas Moreau
    Hélène de la Morinerie (assistants monteur son)
    Osman & Marie-Paule Ragheb (post synchronisation Munich)
    alain Levy (post synchronisation Paris)
  • Décors : Tourné en Roumanie et à Rome
  • Maquilleur : Thi-Loan Ngyuen (maquilleuse)
    Kassovitz Mathieu
    John Nollet (coiffeurs)
    Benoît Lestang (effets spéciaux maquillage)
    Gabriela Cretan (assistante maquilleuse)
    Jeni Lita (coiffeuse)
    Angela Tugui (assistante coiffeuse)
  • Régisseur : Luliana Pana
    Caminschi Razvan
    Mihai Mitrea
    Calin Furtunescu
  • Chef machiniste : Yves Vandersmissen (chef machiniste)
    Remus Tanase
    Viorel Sarbu
    Marian Ene
    Razvan Paslaru
    Dumitru Costica
    Catalin Stoica (machinistes)
  • Assistant réalisateur : Alain Olivieri (1er assistant réalisateur)
    Cristian Ciurea
    Theodor Halacu-Nicon
    Anatol Eduard Reghintovschi
    Laurentiu Maronese
    Radu Jude
    Adrian Sitaru
  • Conseiller artistique : Sandy Whitelaw (coach)
  • Supervision post-production : Florence Masset (administratrice post-production)
    Catherine Athon (coordinatrice post-production)
  • Procédé image : Format 1.85
  • Laboratoire de mixage : Eclair Numérique
  • Chef électricien : Rachid Madaoui
  • 1er électricien : Florin Nicolae
  • 2ème électricien : George Nicolae
  • Electriciens : Octavian Andreescu
    Daniel Balteanu
    Nicolae Vasile
    Catalin Nicolae

ITALIE

  • Perchman : Maurizio Miani
  • Prestataire de services : Film Production Consultant
  • Directeur de production : Barbara Petrelli
  • 1ère assistante réalisateur : Julie Gavras
  • Assistants réalisateurs : Anne Abitbol
    Yael Fauthoux
  • Régisseurs : Carla Colaci
    Andrea Grazzani
    Paolo Vella
  • Administratrice de production : Mathilde Germi
  • Casting figurants : Antonio Spoletini
    Silvano Spoletini
  • Ingénieur du son : François Walledish
  • Chef décorateur : Emita Frigato
    Maria Rita Cassarino (assistante chef décorateur)
  • Assistante costumière : Fabia Brunori
  • Coiffeur : Ferdinando Merolla
  • Chef électricien : Stefano Marino
  • Electricien : Maurizio Broglio
  • Chef constructeur : Roberto Ricci
  • Camions : Cinetecnica s.r.l.
  • Equipement effets spéciaux : G & A Cinematografica

EFFETS VISUELS

  • Superviseur des effets visuels : François Vagnon
  • Producteurs des effets visuels : Christian Guillon
    Luc Augereau

Equipe l'E.S.T.

  • Infographistes : Alexandre Bon
    David Fraçois Glouck
    Jean-François Theault
  • Matte paintings : Justine Gasquet
    Véronique Ziberfain
  • Coordinatrice de production : Mathilde Germi
  • Techniciens d'exploitation : Jean-Christophe Sanchez
    Basile Maffone

    ÉQUIPE MIKROS

    • Coordinateurs de productions : Sophie Denize
      Kilou Picard
    • Superviseurs de la 3D : Nicolas Rey
      Hugues Namur
    • Infographistes 3D : Stéphane Richez
      Sophie Valayre
    • Matte painting : Christophe Courgeau
    • Infographistes : Charly Boudriot
      Thibaut Granier
      Stéphane Gaillot

    ÉTALONNAGE NUMERIQUE

    • Étalonnage : Julius Friede
    • Conformation : Nicolas Criqui
    • Assistants : Modi Barry
      Mathieu Toulet
    • Exploitation 2K : Billy
    • Palette graphique : Valérie Flouquet
      Stéphane Praux
    • Scan et shoot : Philippe Reinaudo
      Gérard Soirant
      Alain Chene
      Mourad Rennou
      Rosana D'Andrea
      Arassou Kichenassamy
      David Montoya
      Christophe Keichinger

    TRUCAGES NUMERIQUES

    • Production : Frédéric Moreau
    • Infographiste : Morgan Varona
    • Etalonnage film : Bruno Patin

    MUSIQUE ORIGINALE

    • Editée par : Renn Productions
    • Enregistrée à : Studio Davout
    • Mixage : par Jean-Christophe Messonier à Femios

    Résumé et notes

    • Genre : Drame historique
    • Durée : 130 minutes

    RÉSUMÉ

    1936. Pendant une séance plénière de la SDN, un homme se suicide pour dénoncer le sort des juifs en Allemagne. Quelques années plus tard, le docteur Gerstein, protestant, engagé contre le nazisme, informe les évêques luthériens des rumeurs concernant l'élimination des "improductifs" dont sa nièce vient d'être victime dans un asile et il est rapidement mis fin à cet "euthanasie". En raison de ses compétences (il a conçu un programme pour éliminer les agents du typhus par un gaz toxique), il est muté dans la SS. Lors d'une inspection à l'Est, il découvre dans un camp l'usage qu'il est fait du gaz. Horrifié, il est cependant contraint de donner des conseils techniques pour en améliorer l'efficacité. Mais il essaie, en vain, d'alerter les autorités protestantes. Il se tourne alors vers le Vatican, mais le nonce refuse de l'écouter. Cependant, il convainc un jeune jésuite, le Père Riccardo Fontana... D’après le synopsis publicitaire du film

    En savoir plus

    Prix et distinctions : Festival de Berlin 2002 (sélection officielle, en compétition)

    Extraits du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    "Amen. est un film de nationalité française à 100%. L'anglais a été la langue unificatrice entre nos acteurs allemands, français, roumains, italiens et américains." Costa-Gavras

    INTERVIEW DES SCENARISTES PAR DAN FRANCK

      
                      

    DAN FRANCK : On ne sort pas plus indemne de votre film que des livres de Primo Levi. Ce sont des œuvres. Pourtant, vous tournez le dos à toutes les recettes du genre : pas de sentimentalisme, pas de dramatisation, une retenue qui confine à la pudeur, un propos terrible sur les camps, mais on ne voit pas les camps, on ne voit pas les victimes, on ne voit pas les horreurs, seulement des trains vides, portes ouvertes sur des paysages aérés, des pestilences qu’on imagine… Il appelle une question, elle-même susceptible d’être posée aujourd’hui à propos de tous les drames du monde, ce qui prouve combien l’éthique du film nous concerne tous : qui savait et qu’a-t-on fait ?''

      
                      

    COSTA GRAVAS : Tout le monde savait.

      
                      

    DAN FRANCK : Les deux principaux protagonistes du film, Gerstein et Ricardo, sont issus de ce terreau. L’un vient d’une SS criminelle et l’autre d’une Eglise complice car silencieuse. Ils rompent tous deux avec leurs systèmes respectifs en tentant d’alerter le Vatican et les Alliés. Cette lutte qui n’empêche pas la machine finit presque par être une action pour eux-mêmes, une dénonciation pour eux-mêmes. Est-ce que cela veut dire qu’en sauvant « leur âme », ils ont sauvé en partie l’autre ?

      
                      

    COSTA GRAVAS : Pour Gerstein tout ce qu’il entreprend se retourne contre lui. Lorsqu’il dit, pour empêcher l’usage, qu’il est dangereux de transporter le Zyklon B, on met à sa disposition des ambulances de la Croix-Rouge épargnées par les bombardements alliés. Quand il essaie de saboter le gaz à destination des camps, on s’en sert quand même et le résultat est que les gens mettent plus longtemps à mourir. Autrement dit, même du bien peut naître le mal. Cependant ce « bien » garde le pouvoir de nous dire qu’au pire d’elle-même, l’humanité ne cesse pas.

      
                      

    JEAN-CLAUDE GRUMBERG : Gerstein et Riccardo incarnent ce sur quoi nous comptons pour nous-mêmes. Dans une situation aussi peu productive d’espoir, quelqu’un malgré tout fait passer sa conscience avant sa sécurité. Car, au final, la complicité, c’est la peur. L’indifférence, c’est la peur.

      
                      

    COSTA GRAVAS : Nous voulions un personnage qui fasse passer sa conscience avant ses intérêts propres et que ce personnage ne soit pas juif. De plus, qu’il soit allemand et, mieux encore, SS. C’est dire que la résistance est possible, même en Allemagne, même chez les SS. C’est parce que Gerstein a existé que les autres n’ont pas raison.

      
                      

    DAN FRANCK : C’est « Le Vicaire » de Rolf Hochhuth, mais en même temps, on a le sentiment que vous n’en avez gardé que l’essence.

      
                      

    COSTA-GAVRAS : Hochhuth a eu l’immense talent de briser une sorte de loi du silence, et dans son pays même, l’Allemagne. Nous avons bénéficié de son œuvre et de connaissances historiques supplémentaires. Et notre média n’est pas le même. Au théâtre, tout passe par des mots. Au cinéma, il faut inventer autre chose. (…) Claude Berri nous a parlé du « Vicaire » et, au-delà de la pièce, nous avons découvert « Gerstein et l’ambiguïté du bien » décrit dans le livre de S. Friedlander. La difficulté de la lutte, de l’action contre un système qui détruit toute l’humanité. Le film repose sur trois piliers fondateurs qui existent dans l’œuvre de Hochhuth : le personnage réel de Kurt Gerstein, protestant fervent, dont nous suivons le parcours et l’action sans toutefois faire sa biographie ; Riccardo, personnage de fiction, composite de différents prêtres catholiques ; et, enfin, le troisième personnage, l’Histoire et son auxiliaire, le cynisme incarné par le docteur qui survivra à tout et à tous. Comme l’Histoire.

      
                      

    JEAN-CLAUDE GRUMBERG : Le docteur, c’est la science dévoyée, la médecine au service de la mort. Plutôt qu’un idéologue comme Goebbels, le docteur est acteur et observateur, cynique, méphistophélique. La continuité dans le mal, préfiguration de la modernité, l’ombre qui reste présente dans notre civilisation.

      
                      

    COSTA-GAVRAS : Nous avions décidé, dès le début que nous ne montrerions ni les camps, ni l’extermination car sa vérité n’est pas atteignable au cinéma. Ce que nous voulions, c’était regarder les visages des témoins, décrypter leurs rictus, leurs moindres mouvements et leurs actions. Un jour, à la fin de l’écriture de la scène de rencontre entre Gerstein et le baron suédois, nous est venue l’idée du passage du train. J’ai pensé tout d’abord à l’image d’un train plein, portes fermées, et Jean-Claude a suggéré celle d’un train vide. Cette image du train, portes ouvertes, qui passe alors que Gerstein tente de convaincre, nous a paru juste face à son impuissance et à l’horreur. Au moment de tourner, j’ai décidé qu’ils devaient passer sans cesse. Portes ouvertes, portes fermées, trains vides, trains pleins.

      
                      

    JEAN-CLAUDE GRUMBERG : Ce qui signifie que la machine fonctionne. Pendant que certains tergiversent, que d’autres réfléchissent, que les dirigeants se demandent si cela est vraiment possible, que les soldats se battent, que les avions bombardent, que Roosevelt se fait réélire, que le Pape a peur du communisme, et bien, les trains continuent de rouler. (…) Ce n’est pas le personnage qui est le sujet du film, c’est l’Histoire. Les personnages servent à éclairer le sujet. Pour un acteur, le rôle de Gerstein est un vrai rôle, mais en même temps, on ne le sert pas, on n’écrit pas des scènes d’émotion, il n’existe que lié à l’action principale qui le dépasse et qui dépasse même le projet du film.

    INTERVIEW DES ACTEURS PAR ANNE ABITBOL

    ULRICH TUKUR

    Quelles ont été vos premières impressions après avoir lu le scénario et après avoir vu le film ?

    J’ai dû faire au moins une douzaine de films en rapport avec l’histoire récente de l’Allemagne. Et quand j’ai reçu le scénario, ma première réaction a naturellement été quelque chose du genre « Encore un ?! » J’ai toujours eu le sentiment que l’histoire allemande ne peut ni ne doit être réduite à ces douze années, de 1933 à 1945, bien qu’elles soient clairement le point culminant d’un enchaînement d’évènements qui avaient commencé bien avant, dès le XIXème siècle. Mais en lisant le scénario, je me suis vite rendu compte que Costa-Gavras et Jean-Claude Grumberg avaient écrit quelque chose de vraiment passionnant. Ca avait très peu à voir avec mon souvenir du « Vicaire ». Ils y révélaient l’histoire palpitante d’un jeune homme intègre qui a vu l’enfer et a été happé par celui-ci. Le personnage de Gerstein m’a immédiatement fasciné et j’avais l’impression de regarder quelqu’un que je connaissais. Je me suis procuré toute la littérature disponible et dans la bibliothèque poétique «L’Espion de Dieu » de Pierre Joffroy, j’ai fait une découverte bizarre. Lorsque j’étais étudiant en allemand, anglais et histoire, j’ai vécu cinq ans à Tubingen dans une vieille maison qui n’était pas loin de la rivière Neckar, à Gartenstrasse 24. La famille Gerstein a occupé la même maison dans les années 1940 et était locataire de l’appartement en dessous de ma chambre! Une fois que j’ai été absolument certain qu’il me fallait jouer ce rôle, il me restait à convaincre Costa-Gavras de cette incontestable nécessité ! Six mois après avoir fini de tourner en Roumanie et en Italie, Michèle Ray Gavras m’a demandé de voir le film à Paris. Bien sûr, j’avais un peu peur, mais j’étais aussi impatient de voir de quelle manière mes sentiments et expériences sur le tournage avaient été intégrées dans le montage que j’allais découvrir. Costa avait créé un film qui m’a fait vite oublier que j’y jouais et j’ai été totalement absorbé par l’histoire et les personnages. Et lorsque j’ai quitté la salle de projection, j’avais non seulement eu le sentiment d’avoir été le témoin d’une approche très inhabituelle et différente de l’holocauste, mais j’avais aussi eu la gorge nouée durant deux heures.

    MATHIEU KASSOVITZ

    Mathieu Kassovitz acteur ça donne quoi?

    Je connais Costa depuis longtemps, ses fils habitent mon immeuble. Il a vu tous mes films depuis mon premier court métrage et tous ceux où je joue. Mais il m’a quand même étonné parce que, d’habitude, on me propose toujours le même genre de rôle de héros romantique où il n’y a pas grand-chose à faire à part être là. Un prêtre, c’est un rôle fort en lui-même. Comment marcher, comment porter la soutane. Il faut être précis avec soi-même et avec ce qu’implique le personnage.

      
                      

    Le Mathieu Kassovitz de « La Haine» et le Costa-Gavras de « Z » et de « L’Aveu », ça donne quoi?

      
                      

    Un grand film ! Môme, mon père m’a montré ses film et ce que j’ai fait a été influencé par des films comme « Z » ou « L’Aveu ». des films forts, profonds, où l’on touche à des sujets importants, primordiaux. Mais il faut des couilles pour faire un film comme celui-ci. Ce n’est pas comme « La Haine » qui parlait de la brutalité policière, là on parle des fondements de notre société. Lorsqu’il touche à la religion et au silence de ces hommes, à la responsabilité, à notre morale, qu’elle soit religieuse ou pas, aux choix de chacun et à notre capacité à résister et à agir, c’est notre identit même que Costa explore. Il accepte aussi de se mettre en danger, de sortir de son environnement, de son confort, de faire un film sans stars.

      
                      

    Vous avez été très ému, lors de votre première projection du film en copie de travail… Puis, de votre portable, vous avez appelé Ulrich Tukur pendant une demi-heure…

      
                      

    En général quand tu vois pour la première fois un film dans lequel tu joues, tu te regardes… mais là, je me suis oublié, j’ai oublié Costa, j’ai oublié Bucarest. J’étais ému, par le traitement du sujet, par cette pudeur tellement plus violente. J’ai ressenti cette colère contre notre passivité actuelle, contre notre capacité à s’arranger avec l’horreur. J’ai appelé Tukur parce qu’il explose dans le film, parce que je ne voyais que lui, parce qu’il m’a impressionné, j’étais jaloux de ses talents d’acteur… On a douté parfois à Bucarest sur notre responsabilité de faire un film comme celui-là… Alors, je voulais lui dire aussi qu’on avait eu raison.

    ULRICH MÜHE

      
                      

    Connaissiez-vous la pièce avant de rencontrer Costa ?

      
                      

    En tant que comédien de théâtre, je connaissais très bien la pièce de Hochhuth. L’histoire spectaculaire de sa représentation, vilipendée à l’Ouest, ignorée à l’Est, illustre parfaitement le climat qui régnait dans l’Allemagne de l’après-guerre, confrontée à son passé monstrueux.

      
                      

    Parlez-nous un peu de votre personnage.

      
                      

    Le « docteur » n’est pas un personnage, il est l’incarnation de tous les maux du monde.

      
                      

    Quel est le sujet essentiel du film à vos yeux?

      
                      

    Y a-t-il une différence entre la religion et l’idéologie ? Non ! Les deux nous promettent de meilleurs lendemains. Dans le fond, l’une et l’autre sont une affaire de fondamentalisme… Dès lors qu’elles se sentent menacées, elles sont prêtes à la violence dans sa forme la plus brutale. Quand l’humanité réussira-t-elle enfin à se débarrasser de toutes ses histoires à dormir debout?

    COSTA-GAVRAS :

      
                      

    « Amen » est une adaptation très libre de la pièce « Le Vicaire », de Rolf Hochhuth. Les problèmes d’adaptation que nous avons eu à résoudre avec Jean-Claude Grumberg étaient le choix des personnages et leurs espaces. La pièce se concentrait sur l’affrontement moral entre le Pape, personnage central de la pièce, et le jeune prêtre. (…). Nous avons réduit la présence du Pape aux seuls évènements historiques que nous avons pu vérifier, et qui concernent son attitude face à la déportation des Juifs, des Juifs romains en particulier. Nous avons gardé les deux autres personnages de la pièce : l’officier allemand, personnage historique, et le prêtre, sorte de composite de plusieurs personnages historiques, des prêtres, des Polonais, un Belge et un Français, dont l’attitude a été similaire face à la tragédie des Juifs. Ils ont pris position, dénoncé la déportation et l’extermination, et ils ont laissé leur vie dans les camps. Leur vie personnelle et leur action, ainsi que les faits hiostoriques auxquels ils ont été confrontés et dont ils ont été les témoins, nous on permis de changer constamment de lieux et de donner de l’espace au récit. Le temps du déroulement de l’histoire du film, nous l’avons laissé à l’intelligence et à la culture du spectateur. L’action se déroule avant la guerre, se poursuit pendant la guerre, pour se terminer à la fin de la guerre. Suggérer, laisser le spectateur compléter l’action ou les sentiments par lui-même, c’est créer une relation intime entre lui et l’œuvre. Enfin, c’est compter sur son intelligence. Suggérer, c’est aussi montrer l’ « immontrable ». Le sujet du film, c’est la résistance et le silence. La Résistance envers et contre tout et tous, au risque même de sa vie. Il y a des sous-thèmes : la veulerie, l’indifférence, le racisme. Souvent déguisés. Face à la tragédie du peuple juif, les autorités politiques et spirituelles ont prétendu ne pas avoir vu, ne pas avoir su et ne pas avoir cru. Ce qui m’a toujours intéressé, c’est ce qui n’a pas été traîté au cinéma, ni vu au cinéma. Je me sens davantage attiré par les victimes que par les héros. Les victimes du ou des pouvoirs, à tous les niveaux où ils s’exercent.


    • Sortie : 27 Février 2002
    Date de la publication électronique : 06 septembre 2011
    Sources :

    Matériel publicitaire du film, Collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Pathé 1990-2010, Editions Xavier Barral, p.375 à 378, Collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; L'annuel du cinéma 2003, Tous les films 2002, Editions les fiches du cinéma 2003