Pollux - Le manège enchanté  –  Jean Duval / Franck Passingham / Dave Borthwick  –  2005

Fiche générale

Affiche
  • Autre titre : The Magic Roundabout
  • Pays de production :France / Grande-Bretagne
  • Genre : Animation
  • Durée : 85 minutes
  • Production :Films Actions
    SPZ Entertainment...
  • Numéro de visa : 100449
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Réalisateur :Jean Duval
    Franck Passingham
    Dave Borthwick
  • Interprètes : AVEC LES VOIX FRANCAISES DE : Henri Salvador (Pollux)
    Vanessa Paradis (Margote)
    Dany Boon (Ambroise)
    Michel Galabru (Zabadie)
    Gérard Jugnot (Sam)
    Valérie Lemercier (Azalée)...
  • Scénario :Paul Bassett Davies (scénario)
    Raoff Sanoussi
    Stéphane Sanoussi (co-scénaristes)
    Tad Safran (dialogues additionnels)
  • Adaptation :Jean-Pierre. D'après les personnages originaux de Serge Danot et avec la participation de Martine Danot. Carasso
  • Producteur délégué :Laurent Rodon
    Pascal Rodon
    Claude Gorsky
  • Directeur de production :Pierre-Marie Fenech
  • Chef opérateur : Béatrice Desperrier (éclairages)
  • Compositeur de la musique : Mark Thomas
    Dominic Gibbs (coordinateur musical)
  • Monteur : Mathieu Morfin

Production

  • Autre titre : The Magic Roundabout
  • Pays de production :France / Grande-Bretagne
  • Production :Films Actions
    SPZ Entertainment
    Bolexbrothers (production)
    UK Film Council (en association avec)
    Pathé Renn Production
    France 2 Cinéma
    Pricel
    Pathe Pictures (en coproduction avec)
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Producteur délégué :Laurent Rodon
    Pascal Rodon
    Claude Gorsky
  • Directeur de production :Pierre-Marie Fenech
  • Participation financière :Société Générale
    Natexis Banques Populaires
    Canal +
    Ciné Cinéma
    Simon Fawcett
    Malik Isaad
    Julian Lyons (directeurs financiers)

Fiche artistique

  • Réalisateur :Jean Duval
    Franck Passingham
    Dave Borthwick
  • Scénario :Paul Bassett Davies (scénario)
    Raoff Sanoussi
    Stéphane Sanoussi (co-scénaristes)
    Tad Safran (dialogues additionnels)
  • Adaptation :Jean-Pierre. D'après les personnages originaux de Serge Danot et avec la participation de Martine Danot. Carasso
  • Scripte :Abigail Louise Kirkbride (coordinatrice storyboard)
    Jean Duval (superviseur du storyboard)
    Rhiannon Owen (participation au storyboard)
  • Interprètes :AVEC LES VOIX FRANCAISES DE : Henri Salvador (Pollux)
    Vanessa Paradis (Margote)
    Dany Boon (Ambroise)
    Michel Galabru (Zabadie)
    Gérard Jugnot (Sam)
    Valérie Lemercier (Azalée)
    Eddy Mitchell (Flappy)
    Elie Semoun (Zébulon)
    Tom AVEC LES VOIX ANGLAISES DE : Baker (Pollux)
    Jim Broadbent (Brian)
    Lee Evans (Train)
    Joanna Lumley (Ermintrude)
    Ian McKellen (Zebedee)
    Kylie Minogue (Florence)
    Bill Nighy (Dylan)
    Robbie Williams (Dougal)
    Ray Winstone (Sam)
    Daniella Loftus (Coral)

Fiche technique

  • Chef opérateur :Béatrice Desperrier (éclairages)
  • Directeur artistique :Lilian Fuentefria
    Claude Gorsky
    Laurent Rodon
  • Compositeur de la musique :Mark Thomas
    Dominic Gibbs (coordinateur musical)
  • Directeur musical :Lydia Martinico
  • Ingénieur du son :Frédéric Echelard
    Manu Mertens (ingénieurs du son)
    Isabelle Brannens (direction artistique du son)
    Bruno Ehlinger
    Eric Trujillo
  • Effets spéciaux :Vincent Fortin
  • Monteur :Mathieu Morfin
  • Son :Dolby SR SRD
  • Assistant réalisateur :Rhiannon Owen
  • Supervision post-production :Guillaume Parent (directeur)
    Mike Solinger (superviseur)
    Samantha Welland (coordinatrice)
    Josselyne Bucciali (responsable)
  • Laboratoire :Eclair
  • Animation :Frédéric Bonometti (directeur technique de l'animation)
    Graham D.Clark (directeur technique adjoint de l'animation)
    Cécile Piolot
  • Directeurs de plateau :Isabelle Brannens
    Claude Gorsky
  • Layout :Sylviane Rey (directrice du Layout)
    David Coucharière (superviseur du Layout)
    Cécile Piolot
  • Modélisation :Jean-Marc Ariu (directeur de la modélisation)
  • Textures :Renaud Delcuze (directeur de textures)
  • Éclairage et rendu :François Hogue (directeur de l'éclairage et du rendu)
    Pierre-Luc Boily
    Bernard Lebel (directeurs techniques de l'éclairage et du rendu)
    William Grégoire
    Jean-Sébastien Ouellet
    mathieu Tetrault (superviseurs de l'éclairage et du rendu)
  • Matte Painting :Dominique Boidin (directeur du matte painting)
  • Compositing :Philippe Jarland (directeur de compositing)
  • Développement du logiciel :Matthew Daw
  • Infrastructure informatique :Habib Ouadah (responsable informatique)
    Fabrice Philibert-Caillat (administrateur réseau)
  • Action synthèse :Pascal Rodan (directeur du studio)
  • Superviseur du transfert numérique sur film :Daniel Borenstein
  • Résumé et notes

    • Genre : Animation
    • Durée : 85 minutes

    RÉSUMÉ

    C’est une journée calme et paisible comme beaucoup d’autres au Bois Joli. Les oiseaux gazouillent, les couleurs sont belles, chacun rit et chante. Il y a l’imperturbable chien Pollux, qui ne s’intéresse qu’à deux choses dans la vie : les bonbons et Margote ; la vache Azalée, persuadée d’être une grande cantatrice ; l’escargot Ambroise, timide et secrètement amoureux d’Azalée et le nonchalent et paresseux Flappy le lapin, qui passe le plus clair de son temps allongé. Soudain, une terrible catastrophe provoquée par la gourmandise de Pollux s’abat sur le Manège Enchanté, retenant Margote prisonnière des glaces. Le bondissant magicien Zébulon essaie de rassurer ses amis mais il sait que la situation est grave. Il rassemble cette petite bande effrayée, et leur raconte une très vieille histoire. Autrefois alors que le monde était dur et froid, ses ancêtres rencontrèrent un méchant sorcier nommé Zabadie. Ils l’enfermèrent dans la glace sous le Manège Enchanté où il devait rester prisonnier. Mais cet épouvantable accident a brisé le sortilège libérant ainsi le mauvais esprit. Maintenant libre, le redoutable sorcier a trois jours pour mettre la main sur trois diamants qui lui permettront de diriger la planète d’une poigne de glace. L’heure est donc venue pour notre troupe d’intrépides – Pollux, Azalée, Flappy et Ambroise – de passer à l’action et de mettre la main sur les diamants avant Zabadie. C’est le début d’une quête semée d’embûches. Le compte à rebours pour sauver le monde des griffes du méchant sorcier est désormais lancé. Nos héros réussiront-ils ? Margote et ses amis seront-ils sauvés ? Le monde sera-t-il libéré ? D’après le synopsis publicitaire du film

    En savoir plus

    Extraits du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

    Bref historique de la série et parcours de son créateur :

    Le 5 octobre 1964, les téléspectateurs de l’ORTF découvrent l’univers chatoyant du Bois Joli et son « Manège Enchanté ». Cette série, entièrement réalisée avec des marionnettes, animées image par image (stop-motion), est une première du genre. Ce nouveau programme créé par Serge Danot, succède au fameux « Bonne nuit les petits ». A la maison la couleur n’existe pas encore… ni Pollux ! Le chien, devenu le personnage emblématique de la série, apparaît, en effet, à partir du septième épisode. Le succès de la série est immédiat et ne cessera de croître au fil des saisons. Son créateur, Serge Danot, n’a alors que trente-trois ans. Autodidacte, il a appris le métier au studio des Cinéastes Associés, où il était d’abord engagé comme… balayeur ! Après la réalisation de spots publicitaires, c’est chez lui à Malakoff, près de Paris, qu’il conçoit le pilote du « Manège Enchanté ». Tel le Gepetto de Pinocchio, il s’invente alors un univers et des personnages tout droit sortis de son imagination. Les programmateurs de l’ORTF, immédiatement séduits par le concept, lui commandent une série de treize épisodes. Serge Danot créé ensuite son propre studio dans la tannerie paternelle près de Nantes : La Feuillée, et s’entoure de collaborateurs. C’est le début d’une belle aventure qui continue encore aujourd’hui, et ce, malgré la disparition de son père fondateur en 1990.

    Le Manège enchanté en 3D : un rêve devenu réalité :

    Réaliser et produire en France un film d’animation en 3D relève de l’exploit. Si les animateurs français font partie des plus doués au monde, bénéficiant d’une formation universitaire pointue, l’absence de structures et de projets les contraint à s’envoler vers les Etats-Unis pour rejoindre les prestigieux studios Disney, Pixar ou encore DreamWorks. Lors de cette fuite des cerveaux outre-Atlantique, Laurent et Pascal Rodon décident de prouver que la France peut elle aussi se donner les moyens de produire un film d’animation en 3D. Ils créent ainsi en 2000 à Marseille leur propre studio : Action Synthèse (…) et se lancent dans la folle aventure de « Pollux-le Manège Enchanté », leur premier long métrage.

    Un travail de titan, une réalisation 100 % française :

    De l’écriture du scénario, en passant par la réalisation du story-board, puis de l’animation jusqu’au rendu final, quatre ans ont été nécessaires pour mener à terme l’aventure de Pollux en 3D. Après quinze ans passés chez Disney, Jean Duval signe avec Pollux et le Manège Enchanté, sa première réalisation. Un défi qu’il a relevé haut la main, aidé par une équipe soudée et motivée. « Réaliser un film d’animation est un travail de longue haleine. Mais chaque étape vous procure son lot de satisfactions. Au fur et à mesure que les différentes couches se superposent, vous voyez le film prendre forme peu à peu. C’est jubilatoire. » En tout, une centaine de personnes ont participé à la réalisation du film et 400 ordinateurs ont été nécessaires pour calculer chacun des plans du film : 1.139 au total. Une seule image peut contenir jusqu’à 17 couches différentes et demander entre 12 heures et 7 jours de calcul à l’ordinateur : en tout plus de 100.000 images dans le film. Le travail d’animation et de rendu a nécessité 33 mois de travail, soit une moyenne de 35 plans par semaine. L’ensemble de la production de ce film s’est étalée sur quatre ans.

    Un casting sur mesure et prestigieux, couronnement de l’aventure :

    « Enregistrer les voix est une étape très intimidante mais surtout très gratifiante, précise le réalisateur Jean Duval, vous vous retrouvez à diriger des acteurs en chair et en os. Il faut être précis et souple, car les voix vont ensuite conditionner l’animation. Si vous ne parvenez pas à obtenir le ton juste, cela peut avoir des incidences sur le reste du tournage. » Claude Gorsky, producteur chez Films Action, confie : « On a d’abord dressé une liste idéale sans trop y croire. Et au final, tout le monde a répondu présent. On n’a pas eu vraiment besoin de les convaincre, l’affection qu’ils avaient pour Pollux était tellement forte. Tout a fonctionné au coup de cœur. » Enfin, cerise sur le gâteau, Henri Salvador s’est lui-même proposé pour composer et interpréter deux des chansons titres.


    • Sortie : 02/02/2005
    Date de la publication électronique :19 September 2011
    Sources :

    Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; L'annuel du cinéma 2006, Tous les films 2005, Editions les fiches du cinéma