Alexandre  –  Oliver Stone  –  2005

Fiche générale

Affiche
  • Autre titre : Alexander
  • Pays de production : Etats-Unis / France / Royaume-Uni / Allemagne / Pays-Bas
  • Genre : Film Historique / Epopée
  • Durée : 170 minutes
  • Production : Pathé
    Intermedia films...
  • Numéro de visa : 108 725
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Réalisateur : Oliver Stone
  • Interprètes : Anthony Hopkins (Ptolémée âgé)
    David Bedella (Scribe)
    Jessie Kamm (Alexandre enfant)
    Angelina Jolie (Olympias)
    Val Kilmer (Philippe)
    Fiona O"Shaughnessy (Nurse)...
  • Scénario : Oliver Stone
    Christopher Kyle
    Laeta Kalogridis
  • Producteur exécutif : Matthias Deyle
  • Producteur délégué : Thomas Schuhly
    Jon Kilik
    Iain Smith
    Moritz Borman
  • Directeur de production : Sarah Bradshaw
  • Directeur de la photographie : Rogrido Prieto
  • Compositeur de la musique : Vangelis
  • Monteur : Nordberg
    Yann Herve ...
  • Chef décorateur : Jan Roelfs
  • Costumier : Jenny Beavan (chef costumière)

Production

  • Autre titre : Alexander
  • Pays de production : Etats-Unis / France / Royaume-Uni / Allemagne / Pays-Bas
  • Production : Pathé
    Intermedia films
    IMF (en association avec)
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Producteur délégué : Thomas Schuhly
    Jon Kilik
    Iain Smith
    Moritz Borman
  • Producteur exécutif : Matthias Deyle
  • Directeur de production : Sarah Bradshaw

Fiche artistique

  • Réalisateur : Oliver Stone
  • Scénario : Oliver Stone
    Christopher Kyle
    Laeta Kalogridis
  • Conseiller historique : Robin Lane Fox
  • Interprètes : Anthony Hopkins (Ptolémée âgé)
    David Bedella (Scribe)
    Jessie Kamm (Alexandre enfant)
    Angelina Jolie (Olympias)
    Val Kilmer (Philippe)
    Fiona O"Shaughnessy (Nurse)
    Paolo Connor (Alexandre jeune)
    Patrick Carroll (Héphaïstion jeune)
    Peter Williamson (Néarque jeune)
    Morgan Christopher Ferris (Cassandre jeune)
    Robert Earley (Ptolomée jeune)
    Aleczander Gordon (Perdiccas jeune)
    Christopher Plummer (Aristote)
    Gary Stretch (Cleitos)
    John Kavanagh (Parménion)
    Nick Dunning (Attale)
    Marie Meyer (Eurydice)
    Colin Farrell (Alexandre)
    Jared Leto (Héphaïstion)
    Elliot Cowan (Ptolémée)
    Joseph Morgan (Philotas)
    Ian Beattie (Antigone)
    Jonathan Rhys Meyers (Cassandre)
    Denis Conway (Néarque)
    Neil Jacson (Perdiccas)
    Garrett Lombard (Léonnatos)
    Raz Degan (Darius)
    Erol Sander (Prince perse)
    Stéphane Ferrara (Chef des Bactriens)
    Franciso Bosch (Bagoas)
    Annelise Hesme (Stateira)
    Toby Kebbell (Pausanias)
    Rosario Dawson (Roxane)
    Feodor Atkine (Père de Roxane)
    Bin Bunluerit (Roi indien)
    Jaran Ngamdee (Prince indien)

Fiche technique

  • Photographie : Rogrido Prieto
  • Directeur artistique : James Lewis
    Stuart Rose
  • Compositeur de la musique : Vangelis
  • Directeur musical : Budd Carr (superviseur musical)
    Nick . Orchestre et choeurs enregistrés aux Studios Guillaume Tell Raine (orchestrations)
  • Ingénieur du son : Jean-Paul Mugel
  • Effets spéciaux : John Scheele (superviseur)
    Pierre alias "Buf" Buffin
    The Moving Picture Company (effets visuels)
    Dubois Digital
    Mikros Image (effets visuels additionnels)
  • Monteur : Nordberg
    Yann Herve
    Alex Marquez (chefs monteurs)
    Montage Films Thauvin (montage négatif)
  • Chef décorateur : Jan Roelfs
  • Costumier : Jenny Beavan (chef costumière)
  • Son : Dolby SRD / DTS / SDDS
  • Chorégraphie : Piers Gielgud
  • Décors : Extérieurs à Marrakech et Essaouira (Maroc) Saraburi et Ubon Rachatani (Thaïlande)
  • Maquilleur : Jeremy Woodhead (chef maquilleur)
    Jan Archibald (chef coiffeur)
  • Casting : Hopkins Smith & Barden
    Lucinda Syson C.D.G. (casting)
    Berenice Percival (casting Grande-Bretagne)
    Rebecca Roper
    Jean Rice (casting Irlande)
    Juliette Ménager
    Joule Studio (casting France)
  • Photographe de plateau : Jaap Buitendijk
  • Dresseur animalier : Gill Raddings (coordination dressage animaux)
  • Assistant réalisateur : Simon Warnock
  • Conseiller artistique : Ricardo Cruz (entraîneur équitation)
  • Supervision post-production : Chantal eghali Feghali (supervision
    Cyril Contejean (supervision post-production France)
    Auditoriums de Boulogne (studios de post-production)
  • Procédé image : Scope
  • Laboratoire : Eclair
  • Supervision : Vincent Arnardi
    Paul Massey
    Alek Goose
    Chris David
    Bruno Tarrière (supervision enregistrement et mixage)
    Dominique Vidal (superviseur séquence Gaugamèle)
    Olivier Cauwet (superviseur séquence Babylone)
    Jérémie Brudieux (superviseur séquence Alexandrie)
    Laurens Ehrmann (superviseur séquence Hindu-Kush)
    Olivier Dumont (superviseur séquence Pella)
    Olivier Pron (superviseur animation)
  • Images crées sur ordinateur : Mental Ray
    Mental Images GmbH & CO. KG. Berlin

DEUXIEME EQUIPE

  • Premier assistant réalisateur : Peter Bennett
  • Directeur de la photographie : Jonathan Taylor

MAROC

  • Directeurs de production : Karim Abouobayd
    Al Burgess
    Cindy Irving
  • Directeur artistique : Stéphane Cressend
  • Premier assistant réalisateur : Mohamed Nesrate

THAÏLANDE

  • Superviseur de la production : Santa Pestonji
  • Directeur artistique : Lek Chunsutiwat
  • Premier assistant réalisateur : Abhijati Jusakul

 

Résumé et notes

  • Genre : Film Historique / Epopée
  • Durée : 170 minutes

RÉSUMÉ

«L’histoire est belle : jeune homme héroïque, prince dynamique qui se débat entre deux parents aux caractères dominateurs, et, quand il succède à son père, réalise, enfin, nombre de ses rêves. J’aurais tendance à dire qu’il fut le plus grand idéaliste du monde et vécut en conséquence la chute la plus grande. Brillant chef militaire qui ne connut jamais une seule défaite, il risqua bien des fois sa vie et demeura cependant un visionnaire d’une remarquable générosité d’esprit qui chercha à modeler sa vie sur les grandes figures mythologiques d’Héraclès, Dionysos, Achille et, selon moi, Prométhée. De ces exemples il tira son énergie et sa destinée monumentales. J’ai choisi de raconter la vie compliquée d’Alexandre en deux récits "parallèles" dans lesquels le jeune Alexandre existe côte à côte avec l’Alexandre plus âgé. Une des grandes ironies de son existence tient à ce que les expériences tragiques de sa jeunesse viendront parfois hanter sa vie d’adulte » Oliver Stone, dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

En savoir plus

Notes extraites du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Une bande originale signée Vangelis

Pour filmer les suites de la terrible et grandiose bataille de Gaugamèle, Olivier Stone a recouru à une technique habituelle chez lui : diffuser sur le plateau, entre les scènes, une musique susceptible de donner le ton et l’humeur requis aux acteurs et à l’équipe. Sur ses films précédents, il utilisait souvent une musique provisoire. Mais pour « Alexandre », qui est l’un de ses héros personnels, Vangelis a écrit la musique du film sans pouvoir, étant donné la distance, visionner la moindre scène. Plongeant au cœur de l’héritage musical grec et macédonien, Vangelis n’a pas seulement écrit avec son célèbre synthétiseur mais aussi pour des instruments anciens tels les cornemuses (qui bien qu’associées à la musique celtique sont probablement nées au nord de la Macédoine, dans la Bulgarie d’aujourd’hui), les tambours, les luths et les lyres. « Il y a tout un mélange d’influences musicales dans les mélodies et les rythmes, où se fondent les cultures qu’Alexandre a rencontrées, en Perse, en Afghanistan, en Egypte et en Inde, explique le superviseur de la musique, Budd Carr. Quand on dépeint le IVème siècle avant Jésus Christ, impossible d’aller piocher dans une collection de CD ! Olivier a toujours intégré de la musique dans ses scénarios et on trouve dans le film plusieurs scènes où des groupes de musiciens jouent en Macédoine, en Perse, en Bactrie et en Inde. Avec le décorateur, nous avons fait des recherches sur la musique et les instruments de cette époque. Nous avons découvert dans la Grèce d’aujourd’hui des artisans qui fabriquent des répliques d’instruments antiques ; ce sont eux que l’on voit et que l’on entend dans le film. »

Avant le tournage - Des paysages, du Maroc à la Thaïlande

Peu d’aspects du tournage d’ «« Alexandre » allaient être aussi éprouvants que la reconstitution de l’environnement historique et géographique où se déroulèrent les évènements de la vie du jeune roi, sur plus de trente ans de l’histoire de l’Antiquité et dans plusieurs parties du monde. Jan Roelfs, le chef décorateur, a été l’un des premiers à intervenir sur la préparation du film. Avec son équipe, Roelfs devait recréer le monde antique avec autant d’imagination que d’authenticité. Il en résulte des reconstitutions aussi précises que possible. « Alexandre » nous imposait de trouver des paysages correspondant à la Macédoine, la Perse, la Bactriane, la Sogdiane, l’Hindu Kush et l’Inde. Un incroyable puzzle à assembler, en sachant que les paysages choisis devaient être très reconnaissables, sous peine de se mélanger et de se confondre tous. » (Jan Roelfs). Pendant les repérages, Stone et Roelfs passèrent beaucoup de temps à la recherche de sites appropriés, avant d’arrêter leur choix sur le Maroc et la Thaïlande et sur les studios londoniens de Pinewood et Shepperton, où seront tournés les intérieurs. Le Maroc était idéal pour les énormes besoins d’extérieurs du film. Ce que le pays avait à offrir en termes de paysages, de main-d’œuvre et d’atmosphère rappelant les époques concernées, en faisait le lieu idéal pour reconstituer une grande partie de la vie d’Alexandre. « On ne pouvait pas se permettre de parcourir les dizaines de pays et les milliers de kilomètres du voyage d’Alexandre, explique Roelfs. C’est pourquoi nous avons choisi le Maroc, pour représenter les extérieurs de différents pays traversés par Alexandre. Dans les environs de Marrakech, nous avions des déserts, des plaines, des montagnes, de la chaleur et de la neige à une heure et demie les uns des autres. Avec Essaouira, nous tenions notre Macédoine : l’océan et la végétation variée. Il nous fallait un fleuve en Inde et nous n’avons rien trouvé d’assez exotique au Maroc. Nous avons donc cherché ailleurs et trouvé un endroit époustouflant dans la province d’Ubon Ratchathani, sur le Mékong, en Thaïlande. La Thaïlande nous a aussi permis de résoudre le problème de la bataille avec les éléphants dressés. »

En outre, bien avant le début du tournage, Stone et son directeur de la photo, Rodrigo Prieto, étaient partis filmer à Malte et dans l’Himalaya des images de fond pour les effets visuels : à Malte, le port d’Alexandrie et le célèbre phare qui fut l’une des sept merveilles du monde et en Inde, des images qui serviront notamment de décor au voyage d’Alexandre à travers les étendues neigeuses de l’Hindu Kush.

Le tournage

L’équipe a fonctionné comme une "armée" qu’il fallait adapter au fur et à mesure des besoins en matériel et en main d’œuvre. Au total, quelques deux mille personnes ont consacré leur savoir-faire à ce film, non seulement dans les cinq pays où « Alexandre » a été tourné, mais dans plusieurs autres encore comme l’Inde, le Pakistan et l’Italie où des artistes et artisans talentueux ont créé une multitude d’objets, d’articles et d’accessoires.

La bataille de Gaugamèle

Une vaste zone désertique non loin de Marrakech allait servir de cadre à la recontitution de la bataille de Gaugamèle, où les quelques 50.000 soldats d’Alexandre ont eu raison du demi-million d’hommes de l’armée de Darius III, le Grand Roi. La zone désertique d’environ 4 km de rayon retenue par Oliver Stone et Jan Roelfs pour la bataille de Gaugamèle a exigé beaucoup de préparation. Il a fallu retirer des milliers de pierres et de rochers pour la rendre plus conforme au modèle original, mais aussi pour des raisons de sécurité. « D’ailleurs, fait remarquer Roelfs, l’histoire ne fait que se répéter, car Darius avait lui aussi fait débarrasser le champs de bataille de Gaugamèle de toutes ses pierres, pour faciliter le passage des chars de son armée. Nous n’avons fait que suivre méticuleusement son exemple. » Le camp de base du film sur le site choisi pour Gaugamèle était gigantesque, composé d’une véritable armada de camions de matériel, de caravanes servant de loges et d’immenses tentes pour les costumes, le maquillage et le coiffure, ainsi que d’écuries pour les chevaux et d’étables pour les autres animaux, de parkings pour les chars et les divers véhicules antiques. Sans parler du campement militaire de l’armée royale marocaine, dont la participation était de plusieurs centaines d’hommes (dont de nombreux cavaliers) et d’unités de soutien pour la production.

Les tourbillons de poussière, le bruit et les cris, le tonnerre des sabots et l’odeur du crottin imprégnèrent le tournage de la bataille. Robin Lane Fox allait, comme promis par Oliver Stone, participer à la charge immortelle d’Alexandre contre le centre de l’armée perse qui mit Darius en déroute. « Mon rêve devenait réalité, explique l’historien. Ce que j’avais écrit dans la biographie d’Alexandre trente ans auparavant revivait sous mes yeux. Ce fut un moment absolument fantastique. Oliver et son équipe ont pris grand soin d’équiper les combattants en respectant la vérité historique. Il en résulte une bataille réellement terrifiante, d’une vérité et d’une authenticité absolues. Mais mes reins en ont pris un coup ! »

Le directeur de la photo, Rodrigo Prieto, a filmé la bataille de Gaugamèle avec deux équipes caméra complètes et jusqu’à huit caméras. Stone et Prieto avaient mis au point la totalité du schéma visuel du film. « Nous voulions faire ressentir le passage du temps au cours du film, et l’évolution émotionnelle des personnages, explique Pietro. Nous avons décidé de donner à chacune des périodes de la vie d’Alexandre, que nous explorions, un aspect visuel différent. (…) Oliver voulait donner le sentiment qu’on est vraiment présent, qu’on peut éprouver et sentir les lieux de l’époque. Nous avons donc abordé le travail de l’image d’une façon très subjective. Toutes les décisions de style devaient être en harmonie avec les sentiments d’Alexandre. »


  • Sortie : 05 Janvier 2005
Date de la publication électronique : 20 septembre 2011
Sources :

Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; ; L'annuel du cinéma 2006, Tous les films 2005, Editions les fiches du cinéma