The Duchess  –  Saul Dibb  –  2008

Fiche générale

Affiche
  • Genre : Drame historique
  • Durée : 110 minutes
  • Producteur :Michael Kuhn
    Gabrielle Tana
  • Production :Qwerty Films
    Magnolia Mae Productions...
  • Distribution : Pathé Distribution
  • Réalisateur :Saul Dibb
  • Interprètes : Keira Knightley (Georgiana, duchesse de Devonshire)
    Ralph Fiennes (Le duc de Devonshire)
    Charlotte Rampling (Lady Spencer)
    Hayley Atwell (Lady Elizabeth Foster)
    Dominic Cooper (Charles Grey)
    Simon McBurney (Charles James Fox)...
  • Scénario :Jeffrey Hatcher
  • Adaptation :duchesse de Devonshire" de Amande Foreman d'après le livre "Georgiana
  • Directeur de la photographie : Gyula Pados
  • Monteur : Hiro Hirakubo
  • Chef décorateur : Michael Carlin
  • Costumier : Michael O' Connor

Production

  • Producteur :Michael Kuhn
    Gabrielle Tana
  • Production :Qwerty Films
    Magnolia Mae Productions
    Pathé Renn Production (en association avec)
    BIM Distribuzione (en association avec)
  • Distribution : Pathé Distribution

Fiche artistique

  • Réalisateur :Saul Dibb
  • Scénario :Jeffrey Hatcher
  • Adaptation :duchesse de Devonshire" de Amande Foreman d'après le livre "Georgiana
  • Interprètes :Keira Knightley (Georgiana, duchesse de Devonshire)
    Ralph Fiennes (Le duc de Devonshire)
    Charlotte Rampling (Lady Spencer)
    Hayley Atwell (Lady Elizabeth Foster)
    Dominic Cooper (Charles Grey)
    Simon McBurney (Charles James Fox)
    Aidan McArdle (Sheridan)

Fiche technique

  • Photographie :Gyula Pados
  • Monteur :Hiro Hirakubo
  • Chef décorateur :Michael Carlin
  • Costumier :Michael O' Connor
  • Maquilleur :Daniel Philips (chef maquilleur)
    Jan Archibald (chef coiffeur)
  • Casting :Lucy Bevan

Résumé et notes

  • Genre : Drame historique
  • Durée : 110 minutes

RÉSUMÉ

Mariée à 17 ans au riche et puissant duc de Devonshire, Georgiana séduit très vite la haute société par sa beauté éblouissante, son esprit et son appétit de vivre. Pourtant, derrière cette image flamboyante se cache une femme avide d’être aimée, délaissée par un époux – unique homme du royaume insensible à son charme – qui lui préfère sa meilleure amie, Elizabeth Foster, et lui impose un ménage à trois.

Malheureuse et insatisfaite, Georgiana, mène une vie mondaine trépidante. Son élégance, ses extravagances et son goût pour le jeu font sensation, surtout quand elle se lance dans la vie politique au côté du parti libéral. Devenue par son énergie et son charisme l’égérie des Whigs, fêtée par les princes et les ministres, elle soutient le jeune député Charles Grey dont elle s’éprend passionnément. D’après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

Extraits du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé


UNE FEMME FACE A SON DESTIN

Georgia Spencervint au monde à Althorp, en Angleterre, le 7 juin 1757, fille aînée du premier comte Spencer et nièce du troisième duc de Marlborough. Mariée à 17 ans au cinquième duc de Devonshire (1748-1811), elle devint rapidement la reine de la société, tantôt encensée, tantôt critiquée et souvent caricaturée par la presse.Une autre figure emblématique du Royaume-Uni, Diana, princesse de Galles, naquit deux siècles plus tard dans la famille Spencer. Les points communs entre les deux femmes sont troublants. Georgiana inspira au dramaturge Richard Sheridan le personage de Lady Teazle dans « The School for Scandal. » Alliée du politicien Charles James Fox, elle devint l’égérie des Whigs, le parti libéral, soutenant leur cause lors des élections de 1784. Son succès public et ses intrigues politiques et amoureuses cachaient cependant une vie personnelle triste et un mariage malheureux. Le duc de Devonshire était notoirement indifférent au charme de sa femme et lui préférait sa meilleure amie, Lady Elizabeth Foster (1759-1824). Engagée dans une liaison passionnée avec Charles Grey (1764-1845), Georgiana, enceinte, fut exilée par son époux en France afin d’y accoucher discrètement de l’enfant de son amant. A son retour, elle accepta de vivre avec le duc et Elizabeth au sein d’un ménage à trois. Après son décès en 1806, Elizabeth Foster devint la seconde épouse du duc. Charles Grey connut une brillante carrière politique qu’il termina comme Premier Ministre de 1830 à 1834. Le film « The Duchess » est tiré de la biographie de Georgiana écrite par Amanda Foreman, qui obtint le prix Whitbread de la meilleure biographie en 1998. La productrice Gabrielle Tana acheta les droits d’adaptation du livre peu après sa parution : « Je connaissais Amanda bien avant qu’elle n’écrive son livre, et quand je l’ai lu, je me suis dit que cela ferait un film formidable. Par chance, Amanda a aimé ma vision du projet et elle nous a accompagnés tout au long de la création du film. Son apport a été inestimable, car elle connaissait évidemment les personnages mieux que personne. Elle en parlait comme de connaissances intimes intensément vivantes. » Passionnée par Georgiana, Gabrielle Tana aime à souligner que « même si en apparence, elle semble avoir tout ce dont on peut rêver, il apparaît très vite que ce n’est pas le cas. Les privilèges dont elle jouit s’accompagnent d’obligations et de responsabilités, et les choses n’étaient jamais vraiment ce qu’elles semblaient être. Georgiana est restée dans l’Histoire comme une femme originale et intelligente. D’une certaine façon, elle préfigurait les femmes libérées, elle s’est beaucoup investie dans les changements sociaux et la politique. Mais c’était aussi une joueuse compulsive et décadente qui a perdu des millions de livres sterling, une femme pleine de contradictions, donc un sujet très intéressant. »

UNE HISTOIRE INTEMPORELLE

Le livre d’Amanda Foremanraconte toute la vie de Georgiana, mais Gabrielle Tana ne souhaitait pas produire une biographie complète : « Le livre est une fabuleuse biographie, mais nous voulions faire un film à l’histoire dense et intense, avec une vraie trame dramatique. Nous nous sommes donc concentrés sur son couple et une période particulière de sa vie. Bien que l’histoire se déroule au XVIIIe siècle, les parallèles avec notre monde contemporain sont extraordinaires, ce qui en fait une histoire intemporelle et par là même très actuelle. Elle a autant de résonance aujourd’hui qu’hier. C’est surprenant de voir combien les gens ont toujours le même genre de problèmes… C’est cela qui nous a attiré et c’est pourquoi nous pensons que ce film touchera le public d’aujourd’hui. » (…) Les producteurs Gabrielle Tana, de Magnolia Mae, et Michael Kuhn, de Qwerty, ont confié la réalisation du film à Saul Dibb : « Saul nous a dit tout ce que nous avions envie d’entendre : il avait la même approche que nous, il voulait faire un film historique ayant une résonance contemporaine. » Saul Dibb a vu certains parallèles entre cette histoire et son premier film, « Bullet Boy » : « Ces deux films sont des tragédies sur de jeunes gens qui, se trouvant à un moment crucial de leur vie, s’efforcent de se libérer du carcan social qui contrôle leur existence. (…) Il s’agissait de l’histoire complexe et sombre d’une femme prisonnière d’un mariage arrangé. C’était puissant sur le plan émotionnel et autre chose qu’une vision nostalgique de l’Angleterre de l’époque – un piège dans lequel tombent beaucoup de films historiques. » Le réalisateur voulait rester le plus proche possible du cœur émotionnel de l’histoire : « J’ai choisi le seul point de vue de Georgiana, en me concentrant étroitement sur son histoire et son parcours afin d’amener le spectateur à se mettre à sa place. Je voulais faire quelque chose d’intime. Je viens du cinéma documentaire, et ce qui m’intéressait, (…) c’était de rendre ce monde irréel le plus réel possible, de me débarrasser de tout ce qui pouvait s’interposer entre le spectateur et les personnages, d’épurer les choses au maximum, dans le langage, les décors, les costumes ou le maquillage, pour juste représenter des êtres humains au cœur de relations complexes.»


LES ACTEURS ET LEURS PERSONNAGES

Keira Knightley avait lu le livre d’Amanda Foreman alors qu’elle était encore en train de tourner son film précédent, et il lui avait beaucoup plu : « Le scénario aussi était vraiment très intéressant, et il comportait ce rôle féminin très fort. Quand on vous propose quelque chose de cette qualité, il est hors de question de refuser ! J’ai déjà fait des films adaptés de livres, mais jamais encore d’une biographie. Le livre est d’une richesse telle qu’on aurait pu en faire plusieurs films très différents. Le scénario était très habile et s’attachait à un fil conducteur précis : l’histoire d’un mariage malheureux. N’importe quelle actrice, je crois, aurait aimé jouer Georgiana, c’est un personnage extraordinaire, curieux et plein de vie. » Pour le réalisateur, le casting était évidemment très important : «Il était absolument vital de trouver des acteurs possédant naturellement l’étrange alchimie qui liait le duc et la duchesse. Lorsque Keira et Ralph ont joué pour la première fois ensemble pour les essais caméra, ils ont tout de suite trouvé la vérité de leurs personnages, j’ai éprouvé un frisson d’excitation. Ils forment un couple étrange, et c’était toute l’idée du film. » Saul Dibb poursuit : « Keira partage certaines caractéristiques avec Georgiana. Elle est brillante, très belle, et c’est une célébrité. Elle a une certaine vulnérabilité, mais elle est aussi ouverte et passionnée. Elle est cultivée et elle a pleinement compris les idées et les arguments de Georgiana. Il était peu facile de trouver quelqu’un qui rassemble toutes ces qualités, difficile aussi de trouver une comédienne qui puisse se sentir proche d’une belle jeune femme très riche de l’Angleterre d’il y a deux siècles. C’était le plus grand défi du film. Comment faire oublier aux spectateurs leurs idées reçues sur ce qu’était la vie à cette époque et les amener à s’identifier à une existence tellement différente de la leur, à éprouver de la sympathie pour une personne confrontée à des problèmes tels que ceux de Georgiana ? C’était une vraie gageure. » (…) Ralph Fiennes incarne le duc de Devonshire. Les producteurs ont dû insister pour qu’il accepte le rôle, comme le raconte Gabrielle Tana : « Nous sentions que Ralph était le duc, tout simplement. Au départ, lui n’avait pas envie de faire un autre film historique mais nous étions très déterminés ! » Saul Dibb explique : « Pour Ralph Fiennes, il était très important que le duc soit un personnage complet. (…) Il trouvait le scénario très bien écrit et pensait qu’il y avait beaucoup de possibilités chez ce personnage, mais il voulait savoir s’il aurait la liberté d’essayer des choses afin de l’emmener au-delà de l’image d’un homme froid et énigmatique. C’est justement ce doute qui faisait de lui l’acteur idéal pour le rôle. Il a toujours évité ce qui était évident, dans chaque scène, dans chacun de ses choix, afin d’apporter plus de nuances, plus de subtilité et de profondeur à son personnage. » Pour Ralph Fiennes, « Le duc est un homme complexe lié par les codes de conduite de son époque. A vrai dire, j’étais las des films en costumes, mais j’ai aimé l’histoire de celui-ci. J’aimais bien le personnage du duc, mais je pensais qu’il fallait en faire quelqu’un d’un peu plus complexe à travers l’interprétation pour ne pas voir en lui seulement un être froid, austère, dénué de sentiments et assez cruel, mais un homme de son temps. Le duc tient à certaines valeurs et nous devons comprendre ces valeurs et ne pas les juger a priori. » Au sujet de la relation entre le duc et la duchesse, Ralph Fiennes explique : « Georgiana est une jeune femme ouverte, émotionnellement disponible, qui épouse un homme plus âgé à la suite d’un mariage arrangé. Le duc éprouve probablement certains sentiments pour elle, mais il est tenu à un code de comportement et à certaines convictions qu’il croit importants. (…) » Les deux acteurs ont beaucoup travaillé ensemble pour rendre toute la complexité des relations de leurs personnages. Keira Knightley explique : « Ni Ralph ni moi ne voulions qu’il soit évident au premier regard que ce mariage n’allait pas marcher. Si l’on étiquetait dès le départ le duc comme le méchant et Georgiana comme la gentille, alors l’histoire serait beaucoup moins intéressante. Il s’agit davantage de la coexistence de deux personnalités qui ne s’accordent pas et ne se comprennent pas. (…) » Saul Dibb explique comment les autres comédiens ont été choisis. « Pour la duchesse, le duc et Lady Spencer, nous voulions trois acteurs emblématiques, parce qu’ils représentent des personnages symboliques de leur époque. Cela me semblait logique de choisir des comédiens qui avaient un certain statut pour les jouer. Charlotte Rampling a une présence impressionnante, légèrement troublante, et je trouve aussi qu’elle et Keira ont une prestance et une grâce assez similaires. Pour Bess et Grey, nous voulions des acteurs de la nouvelle génération, pas forcément des visages connus. J’avais déjà travaillé avec Hayley Atwell sur la minisérie « The Line of Beauty » et j’avais le sentiment qu’elle serait parfaite pour jouer Bess.(…)» Hayley Atwell se souvient avoir été émue à la lecture du scénario : « J’ai adoré cette histoire, et davantage encore parce qu’elle est vraie. Bess aurait pu facilement être vue uniquement comme une femme calculatrice et sournoise, mais j’ai lu un livre intitulé « Elizabeth and Georgiana », et j’y ai découvert des choses à vous briser le coeur. Bess était une femme très complexe qui avait des problèmes et essayait de survivre dans la société de l’époque. Tout ce qu’elle désirait, c’était qu’on lui rende ses enfants, et elle était prête à tout pour cela. » Amanda Foreman a conseillé les acteurs quand ceux-ci en éprouvaient le besoin : « Mon implication dans le film s’est faite en deux temps. D’abord, j’étais présente au cas où les acteurs voulaient en savoir plus sur l’enfance de leurs personnages, ou ce qu’ils éprouvaient à tel ou tel moment de leur vie. Ensuite, j’agissais comme référence pour ce qui concernait le XVIIIe siècle d’une manière plus générale : comment on marchait, comment on parlait, comment on se comportait en société... » (…) Keira Knightley a pu consulter certaines archives liées à Georgiana et voir des objets lui ayant appartenu qui sont conservés à Chatsworth House, la propriété ancestrale des ducs de Devonshire : « J’ai eu beaucoup de chances. Lorsque nous tournions à Chatsworth, l’actuelle duchesse de Devonshire m’a montré des lettres, des bijoux et des peintures, et toutes les notes des créanciers de Georgiana qui montraient à quel point elle était endettée. Elle est morte terrifiée à l’idée que son mari ne découvre l’ampleur de ses dettes, parce qu’elle était convaincue qu’il allait divorcer ou la renvoyer. Mais quand elle est décédée et qu’il a su combien elle devait, il a dit « C’est tout ? »… C’est assez tragique. Il y avait quelque chose de très triste chez cette femme, je crois qu’elle était victime d’elle-même, de sa propre innocence. Elle a été aussi victime de ceux qui l’ont utilisée pour leur propre profit, tout en sachant exercer un certain pouvoir à une époque où les femmes en avaient très peu. » Ralph Fiennes s’est beaucoup documenté sur l’époque et le sujet afin d’étoffer son personnage. « J’ai lu le fantastique livre d’Amanda Foreman, mais le duc restait assez énigmatique. J’ai alors trouvé d’autres livres sur lui et Bess Foster, et j’y ai appris plus de choses. C’était un homme très renfermé, qui maîtrisait ses sentiments et ses émotions, qui ne montrait jamais rien en public. Mais les gens qui le connaissaient savaient qu’il était incroyablement bien informé et qu’il avait des connaissances exceptionnelles. Quand il y avait débat, son opinion était toujours celle à laquelle tout le monde se ralliait. »

LA OU TOUT S’EST PASSE

« The Duchess » a été filmé durant neuf semaines à l’automne 2007. L’histoire se déroule dans trois lieux principaux : la maison londonienne des Devonshire, leur château de Chatsworth à la campagne, et Bath. Plusieurs lieux et divers superbes manoirs ont été utilisés pour figurer les propriétés des Devonshire. Le film a également été tourné à Kedleston Hall dans le Derbyshire, au Bristol Old Vic Theatre, aux Bath Assembly Rooms, à Holkham Hall, Norfolk, à Osterley Park, au Greenwich Naval College et à Somerset House à Londres. Certaines scènes ont été filmées à Chatsworth, où vivent l’actuel duc et son épouse. Tourner dans certains des lieux historiques les plus spectaculaires de Grande-Bretagne a aidé les acteurs à se plonger dans le contexte. Plusieurs siècles d’histoire leur ont donné une bonne appréciation du profil de leurs personnages et de leur parcours. Ralph Fiennes explique : « Travailler dans les lieux réels et être entouré par la texture même de l’Histoire est quelque chose de fantastique. L’architecture, les pièces, les étagères, les couloirs, les peintures, les jardins, les plafonds, le paysage… Partout, vous baignez dans l’Histoire. Vous dire que vous êtes sur les lieux mêmes où ces gens ont vécu fait travailler votre imagination. C’est une question d’instinct. Chatsworth est un héritage de famille, et il faut s’efforcer de comprendre ce que cela implique d’hériter de tant de terres, de gens même, de serviteurs… C’est une mentalité radicalement autre que la nôtre aujourd’hui. Se trouver dans les lieux réels fait une vraie différence. » Keira Knightley ajoute : « Evoluer dans ces manoirs, dans les vraies pièces, vous donne une bonne idée des conditions de vie. Le froid, par exemple, est omniprésent. Ça n’est jamais pareil en studio. Ici, on a plus le sentiment de comprendre qui étaient ces gens, comment ils vivaient, quelle était leur réalité. » La productrice Gabrielle Tana souligne : « Nous avons tourné dans ces extraordinaires propriétés, et on avait vraiment le sentiment de recréer quelque chose, de le revivre pour de bon. Ces personnes ont réellement marché dans ces couloirs, ces événements se sont vraiment produits dans ces pièces. » La plus grande difficulté en matière de décors a été de recréer Devonshire House, la résidence londonienne de la famille, car celle-ci n’existe plus. Les intérieurs ont été tournés à Kedleston et Holkham Halls, et l’extérieur à Somerset House à Londres. Saul Dibb explique : « Nous avons pris très tôt la décision de tourner en décors réels. Ces lieux avaient une grande importance dans notre histoire et nous les avons choisis avec beaucoup de soin. Devonshire House était connu pour être une sorte de forteresse d’aspect austère, un peu comme une prison. Nous avons recréé cette impression en utilisant plusieurs maisons. La première est Kedleston Hall, qui possède une extraordinaire salle de bal et un style très particulier, que nous avons mélangé avec Holkham Hall, dans le Norfolk. Même si ces deux bâtiments ont été dessinés par des architectes différents, le style est le même et je crois que l’architecte qui a créé Holkham avait vu Kedleston et voulait faire quelque chose dans le même genre. Nous avons créé ainsi cette garçonnière stricte, imposante et magnifique pour le duc. »


Date de la publication électronique :17 October 2011
Sources :

Matériel publicitaire de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé