Loup  –  Nicolas Vanier  –  2009

Fiche générale

Affiche
  • Genre : Film d'aventures
  • Durée : 102 minutes
  • Production :MC4
  • Réalisateur :Nicolas Vanier
  • Interprètes : Nicolas Brioudes (Sergueï)
    Pom Klementieff (Nastazia)
    Min Man Ma (Nicolaï)
    Vantha Talisman (Anadya)
    Bernard Wong (Wladim)
    Gurgon Kyap (Mouriak)...
  • Producteur délégué :Jean-Pierre Bailly
  • Directeur de production :Philippe Gautier
  • Directeur de la photographie : Thierry Machado
    Gérard Simon (A.F.C.)...
  • Compositeur de la musique : Krishna Levy
  • Monteur : Serge Bourdeillettes
  • Chef décorateur : Nicolas Contre
  • Costumier : Adélaïde Gosselin (crétrice des costumes)

Production

  • Production :MC4
  • Producteur délégué :Jean-Pierre Bailly
  • Directeur de production :Philippe Gautier

Fiche artistique

  • Réalisateur :Nicolas Vanier
  • Scripte :Valentine Traclet
  • Interprètes :Nicolas Brioudes (Sergueï)
    Pom Klementieff (Nastazia)
    Min Man Ma (Nicolaï)
    Vantha Talisman (Anadya)
    Bernard Wong (Wladim)
    Gurgon Kyap (Mouriak)
    Kaveil Kem (Alexeiv)
    Vassiliev Guerassine (Moujouk)
    Ivan Semionov (Evène)
    Maxim Afanasiev (Evène)
    Georguiy Efimov (Evène)
    Matriona Stroutchkova (Evène)
    Angela Stroutchkova (Evène)
    Vassily Neoustroev (Evène)
    Egor Neoustroev (Evène)
    Larissa Neoustroeva (Evène)
    Tania Neoustroeva (Evène)
    Aliona Aksenova (Evène)
    Antonina Golikova (Evène)
    Nadia Golikova (Evène)
    Veronika Golikova (Evène)
    Lubov Golikova (Evène)
    Alina Golikova (Evène)
    Varia Golikova (Evène)
    Varvara Golikova (Evène)
    Gavril Golikov (Evène)
    Venia Golikov (Evène)
    Dmitriy Golikov (Evène)
    Andrey Stroutchov (Evène)
    Viktor Sleptsov (Evène)
    Vika Baïcheva (Evène)
    Natacha Baïchevan (Evène)

Fiche technique

  • Photographie :Thierry Machado
    Gérard Simon (A.F.C.)
    Laurent Charbonnier
  • Compositeur de la musique :Krishna Levy
  • Monteur :Serge Bourdeillettes
  • Chef décorateur :Nicolas Contre
  • Costumier :Adélaïde Gosselin (crétrice des costumes)
  • Monteur son :Ludovic Escallier
  • Maquilleur :Sylvie Aïd
  • Casting :Sophie Blanchoin
  • Photographe de plateau :Patrick Blin
  • Régisseur :Benoît Charrie
    Philippe Lenfant
  • Chef machiniste :Sylvain Bardoux
    Vincent Blasco
  • Assistant réalisateur :Olivier Horlait
    Denis Imbert
  • Son :Emmanuel Hachette
  • Responsable distribution artistique :Sylvie Brochère
  • Agence photographique :PHOTO 12 (Valérie-Anne Giscard d'Estaing)
  • Chef dresseur des loups :Andrew Simpson
  • Studio de mixage :Piste Rouge
  • Mixage :François Groult
  • Bruitage :Christophe Bourreau
  • Post-production SFX :Nayade
  • Post-producteurs SFX :Pierre Biecher
    Yannick Violin
  • Post-synchronisation :Aler Ego (Hervé Icovic)
  • Production exécutive musique :AIM (Amélie de Chassey
    Delphine Mathieu)
  • Equipe Taïga (directrice de la communication) :Marie Rouvillois
  • Equipe Eliocom (producteur associé) :Christophe Salomon
  • Equipe Eliocom (Assistant de production) :Romain Quaglia
  •  

    Résumé et notes

    • Genre : Film d'aventures
    • Durée : 102 minutes

    RÉSUMÉ

    Sergueï est un Evène, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent dans les montagnes de Sibérie orientale.

    Â l'âge de 16 ans, Sergueï est nommé gardien de la grande harde du clan Batagaï.

    Ce clan - dont le chef n'est autre que son père - est composé de quatre familles et de leur harde de 300 rennes qu'ils conduisent d'un alpage à l'autre au gré des saisons. Dans cette immensité, le loup rôde et menace en permanence les rennes ; unique richesse et fierté des Evènes.

    Dès son plus jeune âge, Sergueï a appris à chasser et abattre les loups sans état d'âme. Jusqu'au jour où sa rencontre avec une louve et ses quatre adorables louveteaux va bouleverser toutes ses certitudes...

    C'est à cet instant que sa vie bascule.

    Pour protéger "ses" loups, Sergueï va transgresser les lois millénaires de son peuple et ainsi trahir son père et son clan. Dans l'insouciance de sa jeunesse, Sergueï va braver l'interdit: le jeune garçon et les louveteaux vont mutuellement s'apprivoiser. Par amour, il partagera ce lourd secret avec la belle Nastazia.

    Mais c'est sans compter que le loup garde son instinct de prédateur...

    En savoir plus

    Extrait du dossier de presse original du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

    Notes de production:

    
    

    Le Nord, champ magnétique de Nicolas Vanier

    
    

    Pendant plus d'un quart de siècle, Nicolas Vanier a arpenté les espaces sauvages des territoires "d'en haut". De ses périples sont nés de nombreux récits, romans et documentaires. L'aventure débute toujours par le respect absolu de sa nature et des peuples qui y vivent. Ses rêves d'enfance ont été bercés par fes récits de Fenimore Cooper et Jack London. Indiens, trappeurs, bêtes sauvages, immensités blanches et hostiles ont stimulé son imagination débordante au rythme de ses voyages. Devenu adulte, Nicolas n'a rien perdu de sa fascination. Un jour, équipé d'un sac à dos, il embarque gare du Nord pour sa première expédition ; Kiruna, en Laponie, au-delà du cercle polaire arctique, est, pour Nicolas Vanier, une vraie révélation ... Après un petit boulot de docker sur le port du Havre, if s'envole pour le Québec et part en canoë de Shefferville à la baie d'Ungava, à l'entrée du détroit d'Hudson, pour y rencontrer les Indiens Montagnais. II s'embarque ensuite pour un périple de 7000 kms qui le mènera du Wyoming au détroit de Béring : voyageant à cheval, avec 24 chiens de traîneau, il découvre le Labrador et ses troupeaux de caribous, la Sibérie et ses Évènes, éleveurs nomades de rennes, la Mongolie et l'océan Arctique. Les grands espaces inspirent ses récits et ses nombreux documentaires. Pour Nicolas, l'homme et la nature ne font qu'un. Le message se veut toujours utile pour que les hommes prennent enfin conscience de leur folie destructrice. ll y eut également les grands défis comme l'Odyssée Blanche, une traversée de plus de 8000 kms de Skagway, en Alaska, au Québec, les grandes courses de chiens de traîneau comme la Yukon Quest, et pour parachever son dernier rêve d'aventurier, J'Odyssée Sibérienne en solitaire du lac Baïkal à Moscou.

    
    

    LOUP, une fiction au cœur de la nature

    
    

    Nicolas Vanier propose pour la première fois une véritable fiction : un hymne à la nature, tourné avec la complicité d'un peuple encore épargné.

    
    

    Dans les conditions du réel

    
    

    Auteur de plusieurs documentaires, récits et romans, Nicolas Vanier tourne avec LOUP une nouvelle page de sa vie d'aventurier. Avec son ami et producteur Jean-Pierre Bailly, qui avait produit LE DERNIER TRAPPEUR, il signe un conte onirique et émouvant qui se déroule sur la terre des Évènes. Une aventure que Nicolas souhaitait sans artifices: "Cette fiction a été tournée dans les conditions du réel. Nous avons travaillé avec les vrais nomades éleveurs de rennes, dans leur cadre de vie. C'est un lieu que je connais puisque j'ai passé pratiquement un an avec les Évènes et leurs troupeaux. Pour le film, j'ai donc sollicité une vingtaine de personnes, avec lesquels j'ai noué des liens d'amitié. Ils sont l'âme de l'histoire. Les quelques comédiens qui sont venus se joindre aux Evènes ont passé un mois à leurs côtés avant le tournage pour se familiariser avec leur mode de vie, apprendre à monter les rennes, à manier le lasso et adopter leurs postures. Par la force des choses, par - 50, ils sont devenus Évènes."

    
    

    Un peuple préservé

    
    

    Au cours de ses premiers voyages dans le Grand Nord, Nicolas Vanier avait été déçu par l'image que les Indiens et les Inuits donnaient dieux-mêmes : "lfs circulent à motoneige, touchent les chèques de leur gouvernement et sont souvent en proie à des problèmes d'alcool. En revanche, quand j'ai rencontré pour la première fois les Évènes, au début des années 90, j'ai eu l'impression de remonter le temps, tant ils étaient à part. Ces hommes ne sont pas motivés par l'appât du gain car ils sont coupés du monde par les montagnes de Verkhoïansk qu'aucune route ne rejoint. Ils vivent en quasi autarcie dans un territoire grand comme la France. Leur nombre doit avoisiner les 2500. Ils mangent rennes, s'habillent rennes, vivent rennes puisqu'ils suivent les troupeaux dans leurs transhumances."

    
    

    L'harmonie avec la nature

    
    

    Pour son premier long métrage de fiction, Nicolas Vanier s'est inspiré de son livre éponyme, Loup. "Les hardes sont regroupées une fois par an dans un village où une organisation se charge de la commercialisation de quelques têtes de troupeau. L'argent recueilli permet aux Évènes d'acheter sel, munitions, thé, etc. Mais ils se croisent également dans l'année. Le film commence d'ailleurs par la visite d'un groupe voisin où naît une histoire d'amour entre le héros, Serguei', et la belle Nastazia." Pour Nicolas Vanier, les Évènes incarnent l'harmonie parfaite entre l'homme et la nature: "Ils sont l'exemple absolu de ce qui peut se faire de mieux en matière de vie durable. Si on revient les voir d'ici un siècle, il y aura autant de rennes, de mouflons et d'animaux sauvages qu'aujourd'hui. Ils font l'inverse de nous qui mangeons la poule au lieu de manger les œufs. Nous prélevons plus que de raison en réduisant le capital des générations futures. Cela paraît banal mais les Évènes ont compris cela depuis longtemps. C'est cette harmonie que j'ai voulu retranscrire dans cette fiction et c'est pour cela qu'ils ont accepté naturellement d'être acteurs de ce film car ils ont conscience du péril qui les menace. Ils parlent par exemple de compagnies russes qui braconnent et dévastent les forêts." Ce qui n'empêche pas les Évènes d'être heureux: "C'est un peuple qui rit de tout, en permanence. Ces hommes ont des rides de bonheur. Ils finissent par ressembler à ce qu'ils sont: des gens heureux. C'est l'un des sens du film. Un peuple qui n’a rien au sens que nous accordons au verbe "avoir", mais qui a tout car les Évènes sont profondément et simplement heureux, ivres de liberté."

    
    

    Des loups en liberté

    
    

    Pour les loups, Nicolas Vanier n'a eu recours à aucun artifice. "Tout au long de mes voyages dans les pays "d'en haut", il m'est arrivé de croiser les seigneurs de ces terres sauvages. Parfois dans des face-à-face qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Je leur voue une véritable admiration. S'ils sont craintifs et ne s'attaquent pas spontanément à l'homme, le traîneau à chiens est en revanche le meilleur aimant à loups. L'attelage est alors considéré comme une meute concurrente sur leur propre territoire. Du coup, les loups s'approchent pour voir de quoi il s'agit ... C'est ainsi que j'en ai vu beaucoup, vraiment beaucoup. Le loup demeure un animal impossible à apprivoiser. Pour le film, nous avons travaillé avec des loups un peu habitués à la présence humaine, mais pas dressés. Toute la complexité du tournage - le subtil équilibre à trouver en permanence - consistait à faire évoluer les loups librement afin qu'ils aient un comportement totalement naturel. C'est la marque de fabrique de mes films ! Il fallait inventer des systèmes, des combines, pour provoquer spontanément des déplacements, des attitudes, des actions qui servaient notre histoire ..."


    • Sortie : 09/12/2009
    Date de la publication électronique :24 October 2011
    Sources :