Le Polygraphe  –  Robert Lepage  –  1997

Fiche générale

  • Durée : 97 minutes
  • Producteur :Bruno Jobin
    Jean-Pierre St-Michel
    Philippe Carcassonne
    Ulrich Felsberg
  • Production :Cinéa
    In Extremis Images...
  • Distribution : Cara m.
    Polygram Distribution
  • Réalisateur :Robert Lepage
  • Interprètes : Marie Brassard (Lucie Champagne)
    Peter Stormare (Christof Haussmann)
    Patrick Goyette (François Tremblay)
    Maria de Medeiros (Claude)
    Linda Lepage-Beaulieu (Nathalie)
    Josée Deschenes (Judith)
    Marie-Chrsitine Le Huu (Marie-Claire)
    James Hyndman (Hans)...
  • Scénario :Robert Lepage
    Marie Brassard
  • Producteur délégué :Madeleine Henrie
  • Directeur de la photographie : Guy Dufaux
  • Compositeur de la musique : Robert Caux
  • Monteur : Emmanuelle Castro
    Jean-François Bergeron
  • Costumier : Luc J. Beland

Production

  • Producteur :Bruno Jobin
    Jean-Pierre St-Michel
    Philippe Carcassonne
    Ulrich Felsberg
  • Production :Cinéa
    In Extremis Images
    Road Movies III
  • Distribution : Cara m.
    Polygram Distribution
  • Producteur délégué :Madeleine Henrie
  • Scénario en collaboration avec :Michael Mackenzie
    Patrick Goyette

 

Fiche artistique

  • Réalisateur :Robert Lepage
  • Scénario :Robert Lepage
    Marie Brassard
  • Interprètes :Marie Brassard (Lucie Champagne)
    Peter Stormare (Christof Haussmann)
    Patrick Goyette (François Tremblay)
    Maria de Medeiros (Claude)
    Linda Lepage-Beaulieu (Nathalie)
    Josée Deschenes (Judith)
    Marie-Chrsitine Le Huu (Marie-Claire)
    James Hyndman (Hans)
    Rebecca Blankenship (Anna)
    Timothy Brown (le pianiste)

Fiche technique

  • Directeur de la photo :Guy Dufaux
  • Directeur artistique :Monique Dion
  • Compositeur de la musique :Robert Caux
  • Ingénieur du son :Claude Hazanavicius
  • Monteur :Emmanuelle Castro
    Jean-François Bergeron
  • Costumier :Luc J. Beland

Résumé et notes

  • Durée : 97 minutes

RÉSUMÉ

Hantée par le meurtre non élucidé de son amie Marie-Claire, qui est morte deux ans auparavant, Judith (Josée Deschenes) décide, pour exorciser son chagrin, d’en faire le sujet de son prochain film de fiction.

Etrangement, Lucie (Marie Brassand), la comédienne choisie pour tenir le rôle de Marie-Claire, se retrouve de plus en plus engagée dans cette troublante affaire.

Elle apprend que son voisin et ami, François (Patrick Goyette), était l’amant de Marie-Claire et découvre qu’il est le principal suspect.

Celui-ci nie l’avoir tuée mais le choc qu’il a éprouvé à la mort de Marie-Claire, ajouté au violent interrogatoire qu’il a ensuite subi, lui fait douter non seulement de sa mémoire mais aussi du témoignage de Claude (Maria de Medeiros), la femme qui l’aime et qui lui a fourni un alibi.

Les coïncidences étranges se multiplient…

Lucie rencontre par hasard un criminologue allemand qui semble lui aussi impliqué dans cette histoire.

Le polygraphe, la machine à détecter les mensonges, est-il l’ultime arbitre de la vérité…

D’après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

Polygraphe : machine à détecter les mensonges. Désigne aussi un auteur qui écrit sur des matières variées.

Extraits du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

EXTRAITS D’ENTRETIEN AVEC ROBERT LEPAGE, REALISATEUR

Le sujet du « Polygraphe », qui tient en plusieurs histoires individuelles imbriquées comme les traditionnelles matriochkas, n’a pas seulement mûri en Robert Lepage pendant sept ans mais a subi une profonde mutation en passant de la scène à l’écran.

« Au début, mon idée était de montrer que les méthodes utilisées au cours d’une enquête policière peuvent empoisonner la vie des gens proches d’une victime de meurtre jusqu’à leur faire douter de leur propre innocence.

Je voyage de plus en plus et je réalise qu’il y a des pays dont le système social est basé sur la méfiance. En Allemagne, par exemple, le mur est tombé et tout le monde parle de réunification mais les gens de l’est et de l’ouest se méfient terriblement les uns des autres. Partout d’ailleurs, les relations humaines ont changé. Maintenant on veut vérifier. Il ne suffit plus aux gens de se regarder droit dans les yeux pour se faire confiance. Ce qu’on fait, ce qu’on dit, se trouve de plus en plus fiché et filtré par la technologie : téléphones, caméras, rayons-X des aéroports… ».


  • Sortie : 30/04/1997
Date de la publication électronique :12 March 2012
Sources :

Matériel publicitaire de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé