La Tour de Nesles  –  1909

Fiche générale

  • Numéro de film : 2981
  • Genre : Drame
  • Production :Le Film d’Art
  • Édition : Pathé frères
  • Interprètes : Henry Krauss (Buridan)
    René Alexandre (Gaultier d’Aulnay)
    Andrée Mégard (Marguerite de Bourgogne)
  • Adaptation :Drame en 21 tableaux
    adapté d’après la pièce d’Alexandre Dumas (1832) par F. Gaillardet

Production

  • Production :Le Film d’Art
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Adaptation :Drame en 21 tableaux
    adapté d’après la pièce d’Alexandre Dumas (1832) par F. Gaillardet
  • Interprètes :Henry Krauss (Buridan)
    René Alexandre (Gaultier d’Aulnay)
    Andrée Mégard (Marguerite de Bourgogne)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Métrage : 380 m ; 1246.4 f.
  • Code télégraphique : Impératif

RÉSUMÉ

Le prologue met en scène Marguerite de Bourgogne et son amant Buridan, complotant tous deux l’assassinat du duc de Bourgogne, père de Marguerite qui a surpris le secret de leurs amours. Buridan tremble et hésite devant le crime. Mais Marguerite, impérative, montre son père, couché dans un lit à colonnes où se dessine sa belle et noble figure et tend brusquement le poignard à Buridan qui, pris de vertige, se jette sur le duc et le poignarde. Le duc se soulève, ouvrant sur Buridan affolé et sa fille sombre et tragique, des yeux dilatés par l’épouvante et retombe mort. Liée à Buridan par le crime, Marguerite cherche à se débarrasser de son complice, de même que, pour échapper au déshonneur, elle fait poignarder les deux enfants qu’il lui a donnés. Mais Landry, chargé de cette mission, se contente de les exposer dans un coin sombre du parvis Notre Dame après les avoir marqué l’un et l’autre d’une croix au poignet. Après vingt ans d’absence, Buridan qui est allé guerroyer, regagne Paris. Durant ce long intervalle, Marguerite est devenue Reine de France ; les deux enfants exposés jadis sont deux beaux cavaliers, Philippe et Gaultier d’Aulnay, que nous retrouvons avec Buridan à la taverne d’Orsini. Au fond, par une large baie, on aperçoit, baignée par la Seine, la lourde et sombre masse de la Tour de Nesle où, suivant la légende, Marguerite attirait des passants de son choix pour s’y livrer à la débauche et les faire ensuite jeter dans le fleuve… Entre une vieille duègne, qui s’ap­proche de Philippe et de Buridan, leur dit quelques mots tout bas, en leur montrant la Tour, et leur remet une clé. Dans la salle des fêtes, à la Tour de Nesle, autour d’une table somptueuse, Marguerite et ses deux sœurs, Jeanne et Blanche, masquées toutes trois, en compagnie de Philippe d’Aulnay, Buridan et Hector de Chevreuse, se livrent à une scène de débauche. Philippe essaie d’arracher le loup de Marguerite qui résiste. Enfin, le masque tombe : les trois hommes demeurent stupéfaits et interdits en reconnaissant la reine de France ! Marguerite, furieuse, ordonne à Landry de poignarder les trois seigneurs. Celui-ci obéit, quant à Philippe d’Aulnay et Hector de Chevreuse, mais en reconnaissant Buridan, Landry, atterré, le laisse fuir. Déguisé en nécromancien, Buridan parvient à pénétrer auprès de la reine qui est avec Gaultier, son favori. Buridan révèle à celui-ci l’assassinat de son frère. Le jeune homme crie vengeance à la reine qui lui désigne Buridan pour l’assassin. L’inculpé, jeté en prison, charge Landry de lui rapporter un coffret caché dans sa chambre et contenant la corres­pondance de Marguerite et la preuve de ses crimes. Cette preuve, Landry la portera au roi de France Louis le Hutin et Buridan sera vengé. Cependant, Marguerite vient, pour le narguer, voir Buridan dans sa prison. Il lui rappelle ses crimes et l’avertit que demain, s’il n’est pas remis en liberté les lettres révélatrices seront aux mains du roi. Marguerite, vaincue, donne l’ordre de délivrer le prisonnier, mais prise d’une idée diabolique, elle lui joue la comédie de l’amour, lui donne un rendez-vous et les clefs de la Tour. Buridan, libéré, retrouve Gaultier, son rival, à la taverne d’Orsini. Gaultier est très exalté, très amoureux de la reine. L’autre, lui montrant la Tour de Nesle par la baie vitrée, lui fait signe que Marguerite lui a donné rendez-vous là-bas. Le jeune homme doute. Buridan lui montre la clé. “Veut-il prendre sa place  ? Oui !” Et il lui donne la clé. Ainsi, le jeune homme va tomber dans le piège tendu par la reine à Buridan. Mais, à ce moment, celui-ci apprend par Landry le secret de la naissance de Gaultier. Affolé, il se dirige à toutes jambes vers la Tour de Nesle : trop tard ! Gaultier, pris pour Buridan, vient d’être frappé par ordre de la Reine. Buridan entre comme un fou et apprend à Marguerite que Gaultier était leur fils. La reine recule, épouvantée, criant grâce, tandis que Buridan s’agenouille en serrant dans ses bras le cadavre de son fils.

En savoir plus

Annoncé dans Kinéma n° 25, 9.8.1909

Sortie  : Pathé Grolée, Lyon, 20.8.1909

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet |p 199

Date de la publication électronique :14 octobre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004