Carmen  –  Gerolamo Lo Savio  –  1909

Fiche générale

Affiche
  • Titre original : Carmen
  • Numéro de film : 3162
  • Genre : Scènes dramatiques
  • Production :Il Film d’Arte Italiana
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Gerolamo Lo Savio
  • Interprètes : Vittoria Lepanto (Carmen)
    Dante Capelli (Don José Navarro)
    Alberto Nepoti (Remendado)
    Ninchi (Escamillo)
  • Adaptation :D’après la nouvelle de Mérimée (1844)

Production

  • Titre original : Carmen
  • Production :Il Film d’Arte Italiana
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Gerolamo Lo Savio
  • Adaptation :D’après la nouvelle de Mérimée (1844)
  • Interprètes :Vittoria Lepanto (Carmen)
    Dante Capelli (Don José Navarro)
    Alberto Nepoti (Remendado)
    Ninchi (Escamillo)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scènes dramatiques
  • Métrage : 285 m ; 934.8 f.
  • Code télégraphique : Ionique

RÉSUMÉ

Don José Navarro, un basque, est enrôlé dans le régiment de cavalerie d’Almanza. Il est de service à la fabrique de tabac de Séville dans laquelle 4 ou 500 femmes sont employées à la fabrication de cigares. Lorsque la cloche sonne indiquant la reprise du travail, il les regarde passer. L’une d’entre elles une très belle fille connue sous le surnom de la Carmencita se pavane sous le regard des hommes. Don José n’en fait pas cas et, vexée, elle l’interpelle en lui demandant de lui donner la chaîne qu’il est en train de façonner avec du fil de laiton. Il refuse. Alors, elle lui jette à la figure la fleur qu’elle avait à la bouche sous les rires de tous. Lorsque tout le monde est parti, Navarro ramasse la fleur et la met dans sa poche. Deux, trois heures après l’incident, un concierge pénètre dans le poste disant qu’une des cigarières vient d’être blessée. Don José avec ses hommes se rend à la fabrique où il trouve une femme pleurant sur le sol et reconnaît Carmen au milieu de ses amies. Lorsque la femme voit les soldats, elle accuse Carmen. Don José arrête Carmen. En cours de route, elle lui demande où il l’emmène. Il répond  : “en prison”. Elle le prie et le harcèle pour qu’il lui rende sa liberté. Et, à un moment, dans une rue étroite, elle lui donne une poussée. Il tombe obligeamment à terre et elle s’enfuit. Navarro est rétrogradé et va en prison pour un mois. Un jour, un gardien lui apporte un pain de la part de son cousin. En fait, c’est Carmen qui le lui envoie. Il y trouve une lime et deux piastres avec un mot l’invitant à la retrouver chez Lillas Pastia. Navarro s’enfuit et retrouve son amour à la taverne. Carmen le persuade de se joindre à une troupe de contrebandiers. Il accepte par amour pour elle. Mais Carmen accepte les hommages d’autres admirateurs ce qui rend Navarro jaloux. En particulier ceux d’un matador nommé Escamillo. Navarro questionne Carmen qui lui répond qu’en effet elle aime Escamillo et, arrache de son doigt une bague que José lui a donné. Alors Navarro ne se contrôlant plus la poignarde puis reste là, les bras ballants comme transformé en pierre, le regard fixé sur le corps de celle qu’il a si passionnément aimée.

En savoir plus

Compte rendu : M.P.W. 22.1.1910

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet |p 225

Date de la publication électronique :15 October 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004