Les Sept châteaux du diable  –  Zecca / Ferdinand  –  1901

Fiche générale

  • Autre titre : The Devil's Seven Castles (an U.K. and U.S. title)
  • Numéro de film : 688
  • Genre : Féeries & Contes (9me Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Zecca
    Ferdinand
  • Chef décorateur : Albert Colas
  • Costumier : Maison L. Granier

Production

  • Autre titre : The Devil's Seven Castles (an U.K. and U.S. title)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Zecca
    Ferdinand

Fiche technique

  • Chef décorateur : Albert Colas
  • Costumier : Maison L. Granier

Résumé et notes

  • Genre : Féeries & Contes (9me Série)
  • Métrage : 280 m ; 918.4 f.
  • Code télégraphique : Droit

RÉSUMÉ

  1. Le Laboratoire infernal.
  2. Astaroth, génie du feu, présente à Satan la torche diabolique.
  3. Évocation et danse du feu.
  4. La chaudière infernale.
  5. Le Sabbat. Entrée et danse des Sorcières.
  6. Satan crée les Sept Péchés capitaux.
  7. Apparition de Fridolin.
  8. Satan ordonne aux Sept Péchés capitaux d’aller le tenter.

Nous sommes dans le laboratoire infernal. Satan se fait apporter par Astaroth, génie du feu, la torche diabolique, sceptre de sa puissance. Après avoir tracé dans l’air, à l’aide de cette torche, des signes cabalistiques, il fait surgir du sol une immense chaudière et se met en devoir de commencer sa cuisine. Les démons lui apportent des serpents qu’il jette dans sa chaudière. Minuit! c’est l’heure du Sabbat, les sorcières font leur entrée. Après une danse échevelée, Satan les envoie rejoindre les serpents. De ce mélange, il crée les sept péchés capitaux sous l’aspect de jolies femmes qui auront pour mission de descendre sur la terre tenter quelque pauvre diable. Tout d’abord, Satan les fait défiler devant lui. Nous voyons successivement passer  : la Colère, la Paresse, la Luxure, l’Envie, l’Avarice, la Gourmandise et l’Orgueil. Satis fait de son inspection, il a bientôt fait de choisir sa victime qu’il fait apparaître dans le fond. Après l’avoir dévisagée, les sept péchés capitaux partent accomplir leur mission.

9- La chaumière de Fridolin.

10/11/12 -Satan lui apparaît et lui offre, en échange de son âme, les plaisirs et la fortune.

13- Fridolin signe le pacte.Fridolin est la victime expiatoire désignée, jamais elle ne fut mieux choisie. C’est un misérable bûcheron accablé par la misère et parvenu au comble du découragement. Les prévenances de sa douce fiancée Brigitte n’arrivent même pas à le consoler. Il la repousse avec brutalité. Dans son idée, il ne voit que la mort comme suprême délivrance. C’est dans cet état d’esprit que Satan lui apparaît. Après lui avoir fait entrevoir l’amour et la fortune, il lui propose les honneurs en échange de son âme. Fridolin refuse tout d’abord, mais vaincu par le sort, il se décide et signe le livre du pacte apporté par des démons. Aussitôt, Satan transforme la misérable chaumière en un splendide palais et fait disparaître Brigitte qui ne pourrait que le gêner dans ses mauvais desseins.

14- Au Château de l’Envie.

15- Changé en un riche seigneur, Fridolin est choisi comme roi.Fridolin changé en jeune seigneur est ébloui par les richesses accumulées dans ce nouveau lieu. Tout lui fait envie. C’est alors que deux gentilhomme viennent lui proposer la couronne qui doit lui procurer toutes les félicités. Il est emmené par eux.

16- Au Château de l’Orgueil.

17- Entrée de Fridolin et de sa cour.

18- Le Couronnement.

19- Grand défilé des Décorations.

20- Ballet de l’Orgueil.

21- Fridolin désavoue sa fiancée Brigitte.

22/23- Apparition de la fée Isoline, elle remet à Brigitte le talisman qui doit sauver Fridolin. Fridolin fait son entrée. Satan sous les traits d’un grand chambellan fait procéder immédiatement à la cérémonie du couronnement. Nous assistons à un superbe défilé des décorations que les grandes puissances viennent offrir au nouveau roi. L’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, la Russie, la France et l’Angleterre. La fête se termine par un splendide ballet. Mais Brigitte qui n’a pas abandonné l’espoir de retrouver son fiancé perdu, arrive en trouble fête et essaie de s’approcher de Fridolin. Celui-ci, parvenu au sommet des grandeurs et rempli d’orgueil, repousse avec dédain la pauvrette qui, désespérée, tombe à genoux en pleurant. C’est alors que la fée Isoline, sa marraine, qui veille sur elle, lui apparaît et lui remet un rameau d’olivier qui doit lui servir de talisman pour reconquérir son fiancé.

24- Au Château de l’Avarice.

25- Fridolin est dépouillé de ses trésors par des brigands. Les brusques péripéties survenues par suite de son changement de situation amènent fatalement Fridolin à se vautrer dans ses trésors. Aussi, le voyons-nous arriver dans les caveaux du Châ - teau de l’Avarice pour pouvoir jouir de ses richesses. Satan qui ne le perd pas de vue vient le déranger dans ses contemplations. Aidé de ses démons changés en brigands, ils l’obligent, sous menace de mort, à rendre gorge et le volent impitoyablement.

26- Au château de la Colère.

27- Les Métamorphoses de Satan.

28- Explosion et destruction du Château de la Colère.

29- La Dévastation. Furieux, il s’élance à la poursuite de ses ravisseurs jusque sur les terrasses du Château de la Colère. Là, il se trouve encore en présence de Satan. Il sort son épée et essaie de le pourfendre. Sa colère n’a plus de bornes. Mais Satan se dérobe au moyen de multiples métamorphoses et il n’arrive qu’à taper dans le vide. C’est alors que se produit une catastrophe absolument inattendue; tous les forts environnants donnent de leurs mâchicoulis et, dans une formidable explosion, le château est entièrement anéanti. Fridolin a disparu dans le désastre, il ne reste que Satan debout sur ce monceau de ruines. C’est la dévastation.

30- Au Pays de Cocagne, le Château de la Gourmandise.

31- Le Repas de Gargantua.

32- L’Armée des Marmitons. Défilé.

33- Poursuite des Apothicaires.: Fridolin, que l’explosion avait envoyé dans les airs, retombe en plein pays de Cocagne. Il arrive juste au moment où le célèbre Gargantua, le seigneur de l’endroit est en train de prendre son repas. Il assiste au défilé d’une quantité considérable de victuailles qu’une armée de marmitons engouffre dans la bouche de ce mangeur monstre que rien ne peut rassasier. Néanmoins, on s’occupe de servir Fridolin que son voyage dans l’espace a mis en appétit. Excité par la gourmandise, il mange tellement qu’il ne tarde pas à être pris par une indigestion, ce qui nécessite l’arrivée d’une bande d’apothicaires qui se mettent en devoir d’exercer leur office. Fridolin, qui n’entend pas de cette oreille, s’enfuit poursuivi par eux.

34- Au Château de la Paresse.

35- Ballet de la Luxure. Brisé par tant d’émotions et parvenu à dépister les enragés déchaînés à ses trousses, Fridolin arrive enfin au Château de la Paresse où là, du moins, il pourra goûter un repos bien gagné. Il n’est pas plutôt endormi qu’il croit voir les statues qui ornent la salle s’animer, descendre de leur socle et, changées en gracieuses houris, se livrer autour de lui à une danse des plus lascives. Il s’éveille et, enivré de luxure, il veut les saisir, mais cruelle réalité, au fur et à mesure qu’il veut s’en emparer elles reprennent leur forme primitive, ce n’est plus que du marbre. Satan qui, sous les traits d’un eunuque n’a rien perdu de la scène, trouve que le moment de s’emparer de l’âme de Fridolin est enfin arrivé. Aussi fait-il brusquement substituer deux démons aux statues qui, sur un signe, s’emparent de Fridolin et l’entraînent aux enfers.

36- Sur le Styx, la route des Enfers.

37- Convoi des Damnés.

38- Fridolin est emmené aux Enfers. Cette route est malheureusement toujours encombrée, Fridolin est obligé d’attendre son tour. Voici d’abord la première gondole - l’amour fait passer le temps - ensuite Caron le passeur des Enfers, escorte le convoi des damnés. Le mauvais médecin, l’agent de police, le marchand de vins falsifiés puis successivement l’usurier et l’avare, le mauvais dirigeant, l’astronome, le mauvais juge, le boulanger qui vendait du son pour de la farine, le gâte-sauce, l’ivrogne sur son tonneau et enfin Fridolin accompagné de démons.

39- Le Royaume de Satan. Fridolin, après avoir bu à la coupe de tous les plaisirs, est enfin obligé de s’exécuter. Satan, entouré de toute sa cour, ordonne de s’emparer de lui et de le précipiter dans les flammes éternelles. C’est alors que Brigitte qui, grâce à son talisman, a pu pénétrer jusque-là paraît tout à coup. Elle agite son rameau d’olivier et nous voyons le fond s’entr’ouvrir pour laisser paraître saint Georges terrassant le démon tandis que les autres fuient épouvantés.

40- Triomphe de Brigitte. Apothéose. Brigitte, toute rayonnante de joie, s’élance vers Fridolin, ils montent tous les deux les degrés du trône. Saint Georges a disparu pour laisser la place à la fée Isoline qui préside aux fiançailles des deux amoureux dans une splendide apothéose.

D'après Susan Dalton : An unhappy woodcutter, Fridolin, completely discouraged by misery, longs for death. While he is in this state of mind, Satan appears to him and offers him riches and honours. The king of the infernal regions shows him all his castles and Fridolin gradually acquires the Seven Capital Sins. Satan, in order to punish him for his weakness will throw him into eternal flames, but at this moment, Brigitta appears with her talisman, given to her by the good fairy, and saves him. (UK05)

En savoir plus

Sortie: Teatro Juan de Dios Peza, Vera Cruz, Mexique, 29.3.1904

Sujet dans le Catalogue n°4 de mars 1902 Scènes à grand spectacle qui en indiquait également le prix&: 560 francs et la durée de projection: 20 minutes.

Sortie: Teatro Juan de Dios Peza, Veracruz, Mexique, 29. 3. 1904

Note 1: Ce scénario de dix pages et vingt-quatre photos mentionne les “15 décors entièrement nouveaux brossés par le maître décorateur Albert Colas”, les “300 costumes dessinés et créés spécialement par la maison L. Granier” et les “Deux ballets dansés par le Corps de Ballet du Théâtre de la Gaîté”, la “mise en scène qui comprend une quantité considérable d’accessoires, trucs, défilés, apparitions, disparitions, transformations, etc., dépasse en luxe tout ce que nous avons fait jusqu’à ce jour.”

Note 2: Zecca dans son interview à Francis Ambrière (op cité) se rappelait que lorsqu’il débuta “ce n’est pas dans les drames et les films acrobatiques que je mettais le meilleur de mon espoir. C’était dans les féeries. J’en ai tourné beaucoup pour les enfants, et je me souviens encore avec plaisir des Sept Châteaux du Diable…” Sorties: 1 - Cosmographe Faraud, Casino, Toulon, 17 au 27.1.1902 2 - Cinématographe Juge, Café Amblard, Limoges, 11.8.1903 3 - Empreza d’Arte e Bioscope Italo-Francesa, Eden Cearense, Fortaleza (Brésil), 24.6 au 30.8.1903. Le quotidien A Republica écrivait à propos du film  : “Os quadros se revestem do maior esplendor, notando-se que, pela imobilidade da luz, ressaltam os contornos das figuras, com pasmosa nitidez.” 4 - Cinematografo Parigino, Politeama Rossetti, Trieste, 25.6 au 3.8.1903

Sources S. Dalton : The Pathé Cinematograph Co. Ltd. London: Pathé, Mai, 1903. |p 086 |y sum pic ; Films Pathé Frères - Supplément. Paris: Pathé, Aout, 1904. |p 124-125 |y sum pic ; The Pathé Cinematograph Co. Ltd. London: Pathé, 1905. |p 136-137 |y sum pic ; Pathé Films. New York: Pathé Cinematograph Co., April 1906 |p 024

Film tourné le 28 septembre 1901; métrage initial de 515, 1899 mètres. Source : Journal comptable n° 3 de la Compagnie générale de Phonographes, Cinématographes et Appareils de Précision, 28 février 1902 ; coll. Fondation Jérôme Seydoux-Pathé


  • Localisation des copies : Copie conservée chez Pathé.
Date de la publication électronique : 26 septembre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004