Catastrophe de la Martinique  –  Zecca / Ferdinand  –  1902

Fiche générale

  • Autre titre : THE MARTINIQUE CATASTROPHE (an U.K. title 1903) ; MARTINIQUE CATASTROPHY (an U.K. title 1905)
  • Numéro de film : 544
  • Genre : Scènes historiques, politiques et d'actualité Scènes militaires (5me Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Zecca
    Ferdinand
  • Chef décorateur : Albert Colas
    Gaston Dumesnil

Production

  • Autre titre : THE MARTINIQUE CATASTROPHE (an U.K. title 1903) ; MARTINIQUE CATASTROPHY (an U.K. title 1905)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Zecca
    Ferdinand

Fiche technique

  • Chef décorateur : Albert Colas
    Gaston Dumesnil

Résumé et notes

  • Genre : Scènes historiques, politiques et d'actualité Scènes militaires (5me Série)
  • Métrage : 20 m ; 65.6 f.
  • Code télégraphique :

RÉSUMÉ

Reproduction exacte de l’épouvantable catastrophe qui a anéanti la ville de Saint Pierre, le 8 mai 1902.

D'après S. Dalton : Exact reproduction of the awful catastrophy which occurred at the village of St. Pierre on May 8, 1902. (UK05)

En savoir plus

Sources H. Bousquet : Publicité dans L’Industriel Forain n°669, 31.5.1902

Sorties  : 1 - Cinématographe Juge, Café Amblard, Limoges, 11.8.1903

2 - Grand Ciné Nesterson, Olympia, Tours, 24 au 30.12.1904

Note  : Zecca, Ferdinand dans l’interview qu’il accorda à Francis Ambrière racontait comment il avait “fabriqué” cette catastrophe  : “Ma mise en scène était ainsi conçue  : une vaste toile de fond représentait la ville de Saint-Pierre, et, au-dessus d’elle, le Mont Pelé en plein ciel ; au premier plan, un vaste baquet d’eau jouait le rôle de la mer. Quant tout fut prêt, je disposai mes hommes  : l’un d’eux, caché derrière le Mont, devait faire brûler du soufre ; un autre, sur une échelle, hors de l’objectif, surveillait un grand plateau destiné à rabattre la fumée sur le décor, pour mieux simuler la lave ; un troisième, également perché sur une échelle, jetait habilement des poignées de sciure de bois qui figuraient la pluie de cendres ; un quatrième secouait le baquet pour imiter les vagues, et, à la fin, il précipitait son contenu sur le bas de la toile de fond  : c’était le raz de marée ! Nous obtînmes ainsi un film pathétique et qui fut très demandé. Il n’y eut qu’un petit incident. Comme j’achevais de tourner, l’homme qui faisait brûler du soufre passa la tête au-dessus du Mont Pelé pour demander si c’était fini. L’image ne fut pas coupée sur toutes les copies. Jugez de l’effarement des spectateurs qui voyaient une tête d’homme jaillir du cratère avec les pierres et la lave ! Par chance, je fus prévenu assez tôt et je réparai facilement ce petit malheur.” (À l’Aube du Cinéma - op. cité)

Sources S. Dalton : The Pathé Cinematograph Co. Ltd. London: Pathé, Mai, 1903.,p 064, pic ; Films Pathé frères - Supplément. Paris: Pathé, Aout, 1904.,p 085, pic ; The Pathé Cinematograph Co. Ltd. London: Pathé, 1905. ,p 094, pic

Date de la publication électronique : 26 septembre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004