La Poule aux œufs d’or  –  Gaston Velle  –  1905

Fiche générale

Affiche
  • Autre titre : Hen with Golden Eggs (an U.S. title) ; La Gallina de los Huevos de Oro (a Spanish title) ; The Hen of the Golden Eggs (an English translation)
  • Numéro de film : 1311
  • Genre : Féerie & Contes, en quatre parties et douze tableaux (9ème Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : Gaston Velle
  • Interprètes : Julienne Mathieu (la fermière)
  • Scénario : Inspiré de la courte fable en 12 vers de Jean de La Fontaine (mars 1668)
  • Directeur de la photographie : Segundo de Chomón

Production

  • Autre titre : Hen with Golden Eggs (an U.S. title) ; La Gallina de los Huevos de Oro (a Spanish title) ; The Hen of the Golden Eggs (an English translation)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : Gaston Velle
  • Scénario : Inspiré de la courte fable en 12 vers de Jean de La Fontaine (mars 1668)
  • Interprètes : Julienne Mathieu (la fermière)

Fiche technique

  • Photographie : Segundo de Chomón
  • Trucages : Segundo de Chomón

Résumé et notes

  • Genre : Féerie & Contes, en quatre parties et douze tableaux (9ème Série)
  • Métrage : 280 m virés et coloriés ; 918.4 f. (u.s. version : 738 f.)
  • Code télégraphique :

RÉSUMÉ

Première partie

1- La loterie du sorcier.

Nous sommes en plein Moyen ge. Sur la place du marché, parmi une foule hétéroclite de forains, soldats, rustres, gentilhomme et châtelaines, nous distinguons deux aventuriers qui joueront un rôle capital dans notre amusante pièce. Nos deux larrons occupent leurs loisirs à couper les poches bien garnies des badauds. Soudain un remous se produit dans la foule qui se dirige vers la baraque d’un saltimbanque. C’est un sorcier, qui prouve son habileté en escamotant un gamin, aux yeux ébahis de l’assistance. Puis il met en loterie une superbe poule blanche. La foule s’arrache les numéros, la roue tourne et nous voyons l’heureux gagnant emporter le volatile.

Deuxième partie: Le Poulailler fantastique

2- La basse-cour.

3- Le poulailler.

4- Le poulailler fantastique.

5- Découverte des œufs d’or.

6- Les deux larrons.

Dans une basse-cour, une paysanne vaque aux soins de la ferme ; elle semble préoccupée par l’attente de quelqu’un. En effet, son mari revient de la ville et nous reconnaissons l’heureux gagnant de la poule. Il ramène triomphalement son gros lot et recommande à sa femme d’avoir le plus grand soin de cette bête ; il va lui-même la placer soigneusement dans le poulailler voisin. Pendant son absence, la femme curieuse pénètre à son tour dans le poulailler pour examiner le superbe volatile. Elle recueille d’abord quelques œufs, puis se dirige vers le nid de la poule blanche où elle trouve, à sa grande stupéfaction, un œuf gigantesque tout doré. Vite elle va prévenir son mari de son étrange découverte. Cependant, la poule blanche, qui est fée, saute à terre et se personnifie aussitôt. Sur un signe d’elle, les autres poules se transforment en autant de femmes. Puis le poulailler se change en un magnifique palais où les poules personnifiées exécutent un ballet du plus gracieux effet.Cet amusant tableau finit sur l’apparition d’un immense panier d’oeufs en or. Le poulailler reprend soudain sa forme primitive et les danseuses redeviennent poules au moment où le paysan et sa femme sont de retour. Ils examinent étonnés ces œufs énormes et rutilants. Le paysan en prend un puis deux. “Comme ils sont lourds !” dit-il. Il en casse un dans le tablier de sa femme, de l’or monnayé en ruisselle. Les deux paysans sont émerveillés; les voilà donc riches et puissants ; ils font une abondante récolte des œufs magiques et sortent pour compter leurs richesses. Nous revenons à la basse-cour et nous voyons pénétrer nos deux aventuriers du premier tableau, déguisés en mendiants. Au moment où ils se disposent à escamoter un lapin, nos deux paysans sortent du poulailler chargés de leur trésor. Tandis que la femme serre jalousement son or, le paysan menace les voleurs qui tirent leur révérence et s’en vont, mais ils ont flairé une bonne affaire et nous les verrons bientôt à l’oeuvre.

Troisième partie: Richesse éphémère

7- La cage mystérieuse.

8- L’œuf transparent.

9- Le caveau des trésors

10- La ruine

Nous revoyons nos deux paysans, devenus immensément riches, dans la salle d’armes de leur somptueux palais. Une cage magnifique est installée en l’honneur de la poule bienfaitrice. Avant de se coucher, ils vont l’admirer et lui faire mille fêtes. Ils sont rentrés dans leur chambre. Pendant la nuit, nos deux aventuriers font leur réapparition en escaladant le balcon. Ils aperçoivent la cage mystérieuse, découvrent les œufs, en cassent un. Le génie malin qui s’y cachait, en sort sous la forme d’une chauve-souris. Dominant leur crainte, mais devenus prudents, les deux larrons examinent avant de le casser un autre œuf à la lueur d’une veilleuse. À travers la coque devenue transparente et agrandie, ils voient apparaître la tête sardonique de Satan, qui crache de l’or, toujours de l’or. Nos voleurs surpris jettent cet œuf ensorcelé qui disparaît dans un nuage de fumée. À ce moment le paysan, réveillé sans doute par le vacarme, fait irruption dans la pièce, non sans que les voleurs aient eu le temps de se cacher derrière des armures. Le maître du logis, après s’être assuré que personne n’est venu, ne peut résister à la tentation d’aller un peu jouir de la vue de ses richesses, cachées dans un caveau souterrain. Il ouvre une trappe secrète et révèle ainsi la cachette aux voleurs qui l’épient. Le paysan pénètre dans le souterrain. Rendu avare par la possession d’une telle fortune il plonge et replonge ses mains fiévreuses dans l’or accumulé. Le vertige le prend, des visions l’obsèdent. Sur le mur des yeux immenses roulent menaçants dans leurs orbites. Puis apparaissent des mains gigantesques qui semblent vouloir lui ravir son bien. Enfin, les visions disparaissent, l’avare tant soit peu rassuré regagne sa chambre. Après le départ du paysan, les deux voleurs sortent de leur cachette, ouvrent la trappe et pénètrent dans le caveau puis disparaissent avec les trésors de l’infortuné bonhomme. À l’aurore, le paysan et sa femme entrent mais aussitôt reculent épouvantés: la porte du souterrain est béante, ils sont volés! Mais le paysan se ressaisit, n’a-t-il pas sa poule ? Il court à la cage : pas un œuf, la poule ne pond plus ! Mais alors, pourquoi ne pas aller droit à la source ? Que de richesses trouvera-t-il dans ses entrailles, pense-t-il enfin. Il s’arme d’un coutelas et, malgré les instances de sa femme, va se cacher dans un réduit du château pour tuer la poule.

Quatrième partie: Le Châtiment de l’avare - Apothéose

11- La misère.

12- La fée de l’or.

Comme le paysan hésite à éventrer la poule, Satan apparaît et lui suggère de commettre son acte. La poule est morte, ses mains avides fouillent les entrailles de la malheureuse bête, il ne trouve qu’un œuf, le dernier. Il jette violemment l’œuf contre le sol pour le briser : soudain au milieu d’une fumée, la fée Misère apparaît.Elle poursuit le paysan terrifié et déchire ses vêtements en lambeaux.Notre homme comprend le châtiment de son avarice et tombe anéanti. Le décor se transforme, nous voici dans le palais de la poule aux œufs d’or. Le paysan se relève en un décor féerique, où, parmi des œufs gigantesques, des coqs fantastiques déploient leurs ailes. Le malheureux ruiné voyant ces œufs fabuleux croit récupérer sa fortune, mais il est chassé par la poule fée ainsi que par les autres qui surgissent de ces œufs enchantés. La fée de l’or apparaît déployant son manteau, d’où l’or ruisselle de partout. C’est dans une fantastique pluie d’or que se termine cette splendide féerie.

En savoir plus

source Henri Bousquet : Sujet dans le Supplément de novembre 1905 ; Publicité dans L’Industriel Forain n° 853, 9.12.1905 ; Sorties  : 1 - Cinématographe Bellecour, Lyon, 27.1 au 13.2.1906 ; 2 - Cinématographe Royal Star, Cirque de la Touraine, Tours, 4.2.1906. Le même jour, Le Journal d’Indre et Loire donnait cette appréciation  : “La Poule aux œufs d’or, dont la magnificence a tout particulièrement émerveillé le public autant par l’intérêt du scénario que par l’ingéniosité d’une mise en scène que ne désavoueraient pas les théâtres les mieux machinés et les plus modernes.” ; 3 - Splendid American Cinéma, Brasserie des Familles, Tourcoing, 4.2.1906 ; 4 - Empresa Fontenelle e Cia, Teatrinho Iracema, Fortaleza (Brésil), 7.6 au 25.8.1908

source Susan Dalton : Films Pathé frères - Supplément. Paris: Pathé, Novembre, 1905., p 014-020, pic ; Pathé frères: I film della produzione Pathé (1896-1914), Volume 1, p 127-129 ; Catalogo, Pathé frères Films, Barcelona, 1907, p 132 ; Pathé Films. New York: Pathé Cinematograph Co., April 1906, p 024 ; Films Pathé frères. Paris: Pathé, 1907., p 225

  • Localisation des copies : Copie conservée chez Pathé.
Date de la publication électronique : 06 octobre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004