Le Petit marchand de statuettes  –  anonyme  –  1907

Fiche générale

Affiche
  • Autre titre : The Little Statue Merchant (an English translation)
  • Numéro de film : 1754
  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes (8ème Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :anonyme

Production

  • Autre titre : The Little Statue Merchant (an English translation)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :anonyme

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes (8ème Série)
  • Métrage : 160 m ; 524.8 f.
  • Code télégraphique : Cicatrice

RÉSUMÉ

Jacques ! Maman ! Il y eut une dernière étreinte. La mère sanglote. L’enfant se retourne pour voir encore une fois et emporter au fond de son regard ce visage aimé qu’il pressent ne jamais revoir, tandis que le père épanoui d’égoïsme satisfait envoie de la main un adieu paternel et bénisseur à l’enfant qu’il vient de vendre. Le maître est cruel, l’enfant inexpérimenté. Perdu dans ce Paris brutal où l’existence ressemble à un combat, chassé par les agents, repoussé par les passants, le petit marchand de statuettes rentre souvent le soir avec son panier plein et une maigre recette. Ce sont alors les coups de matraque, la privation de nourriture, la persécution sans réplique, l’exploitation de la faiblesse par la force. Un jour, le petit Jacques rentre avec son panier rempli de débris et les statuettes en mille morceaux. Ah ! s’il avait pu disparaître à cent pieds sous terre avec ses morceaux de plâtre ! En tout cas, il n’en aurait pas eu le temps car le maître après avoir promené son œil froid du panier à l’enfant, saisit celui-ci par les épaules et l’envoie rouler dans la rue. Le petit Jacques erre, le cœur serré, inquiet, sensible, tout effaré au milieu des mille cris de Paris, le roulement de ses voitures, le souffle haletant de la grande ville active. Sa petite imagination que surexcitent la fièvre et la course est dominée par la peur de ce grouillement humain où il se sent si petit, si faible, si perdu ! À peu près mort de faim et abruti de fatigue, l’enfant s’affale contre un mur et se met à sangloter. La pitié d’un passant le sauve de sa détresse. Recueilli et définitivement adopté, le petit Jacques paie en tendresse et en reconnaissance la générosité de ces braves gens.

En savoir plus

source Henri Bousquet : Annoncé dans le supplément de mai 1907 ; Sorties  : Omnia Pathé, Paris, 3.5.1907 Pathé Grolée, Lyon, 24.5.1907

source Susan Dalton : Films Pathé frères - Supplément. Paris: Pathé, Mai, 1907., p 025-026, pic ; Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet, p 020

Date de la publication électronique :16 June 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004