Le Crime d’un autre  –  anonyme  –  1906

Fiche générale

Affiche
  • Autre titre : El Crimen de Otro (a Spanish title) ; Another's Crime (an U.S. title)
  • Numéro de film : 1364
  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes en 4 tableaux (8ème Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur : anonyme

Production

  • Autre titre : El Crimen de Otro (a Spanish title) ; Another's Crime (an U.S. title)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur : anonyme

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scènes dramatiques et réalistes en 4 tableaux (8ème Série)
  • Métrage : 165 m en partie virés ; 541.2 f.
  • Code télégraphique : Bouton

RÉSUMÉ

1- L’enfant reconnaîtra l’assassin

Jean-Marie, l’innocent du village, nourrit une véritable passion pour la Rouquine, mais celle-ci le rebute sans cesse. Tout en guettant la maison de celle qu’il aime, il oublie momentanément sa tristesse en compagnie de P’tit Louis dont il partage les jeux enfantins. Soudain, il voit entrer un homme dans la maison, un rival sans doute. Il court à la fenêtre, suivi du gamin, tous deux regardent, mais une vision les glace: l’homme a poignardé la jeune femme. Le gamin terrorisé s’enfuit, tandis que Jean-Marie se rue sur l’assassin, une lutte s’engage, mais l’innocent a le dessous et l’homme prend la fuite. Blême et meurtri, l’idiot s’éloigne en chancelant.

2- Le lendemain du crime

Au jour, tout le village est bouleversé, le crime a été découvert. La rumeur publique accuse Jean-Marie que l’on a vu rôder autour de la maison de la Rouquine. À ce moment, une funeste inspiration ramène le malheureux vers l’endroit du crime. La foule l’aperçoit, plus de doute, c’est lui qui a tué la jeune femme et il revient attiré par son crime. Effaré par les gestes menaçants de la multitude, il fuit. Puis c’est une implacable chasse à l’homme qui se termine par l’arrestation du malheureux.

3- Accablante confrontation

Jean-Marie, qui jusqu’à présent s’est renfermé dans le mutisme le plus absolu, est soudainement confronté avec le corps de la victime. Mais l’épreuve est trop forte pour lui, il s’abat en sanglotant sur le corps de son idole. Pour tous les assistants la culpabilité est évidente.

4- L’innocence triomphe

La salle des assises. L’avocat termine sa péroraison, montre l’accusé qui pleure. Il demande à la cour la permission d’introduire P’tit Louis qui parle en faveur de son grand camarade. Soudain, ce dernier se lève, montre du doigt quelqu’un dans la salle. P’tit Louis pousse un cri : “C’est lui, c’est l’assassin!” Il a reconnu l’homme qui, poussé par le remords ou la curiosité, est venu assister aux débats. Les gendarmes appréhendent le personnage qui cherchait à fuir. Jean-Marie est sauvé, pleurant de joie, il serre son petit camarade sur son cœur.

D'après Susan Dalton : The child remembers the killer-The next crime-Overwhelming confrontation-Innocence triumphs.

En savoir plus

source Henri Bousquet : Sujet dans le Supplément de février 1906 Publicité dans L’Industriel Forain n° 866, 10.3.1906 ; Sorties  : 1 - American Vitographe, Renaissance Music-Hall, Paris, 30.3.1906 ; 2 - Fête de Phono-Ciné-Gazette, Salle du Trocadéro, Paris, 13.5.1906 ; 3 - Stinson Bio, Cirque, Rouen, 23 au 29.5.1906 ; 4 - Empresa Fontenelle e Cia, Teatrinho Iracema, Fortaleza (Brésil), 7.6 au 25.8.1908

source Susan Dalton : Pathé Films. New York: Pathé Cinematograph Co., April 1906, p 022 ; Catalogo, Pathé frères Films, Barcelona, 1907, p 115 ; Pathé frères: I film della produzione Pathé (1896-1914), Volume 1, p 162 ; Films Pathé frères. Paris: Pathé, 1907., p 193-195, y sum pic

Date de la publication électronique : 06 octobre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004