Les Péripéties d’un amant  –  anonyme  –  1907

Fiche générale

  • Autre titre : Les Péripéties d’un Amoureux ; A Lover's Episodes (an English translation)
  • Numéro de film : 1723
  • Genre : Scène comique (2ème Série)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :anonyme
  • Interprètes : Le personnage de l’amant est interprété par Max Linder

Production

  • Autre titre : Les Péripéties d’un Amoureux ; A Lover's Episodes (an English translation)
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :anonyme
  • Interprètes :Le personnage de l’amant est interprété par Max Linder

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique (2ème Série)
  • Métrage : 90 m ; 295.2 f.
  • Code télégraphique : Chimiste

RÉSUMÉ

Monsieur Corniflard part en voyage, laissant à la maison sa femme qui souffre d’un affreux mal de dents. Heureusement, la crise ne résiste pas au départ du mari et Mme Corniflard griffonne un petit mot à la hâte pour faire signe à son amant. Celui-ci arrive tout frétillant. Il ne se tient pas de joie. En présence de sa jolie maîtresse, sa timidité devient excessive. Mais enfin, il brûle ses vaisseaux, se jette à son cou et se fourre dans le lit sans plus tergiverser. Cependant, Monsieur Corniflard, inquiet de la santé de sa femme, est revenu sur ses pas et pénètre dans la chambre à ce moment précis. L’amant atterré se jette à corps perdu dans la ruelle du lit en murmurant d’une voix étouffée comme dans les romans de M. Xavier de Montépin “Lui ! lui ! lui !” Tandis qu’il cherche éperdu­ment son pantalon, un coup de pied au bon endroit l’en­voie méditer au dehors sur les inconvénients qu’il y a pour un jeune homme de bonne famille à se trouver dé­pourvu de ce vêtement indispensable dont l’absence, à la rue, paralyse tous moyens d’action. Cette situation eut pu se prolonger indéfiniment si la providence des amants n’était venue à son aide sous les traits d’une brave concierge qui consentit à lui prêter une jupe et un cor­sage. En passant devant les glaces des vitrines, il fut sur­pris de son physique et se compara intérieurement à la belle Otéro. Sa démarche alerte, ses yeux modestement baissés, son regard en coin, sa lèvre ombragée d’une moustache légère qui sied à son genre de beauté, lui attire les œillades et les sollicitations des vieux beaux désireux de s’offrir cette primeur dont la vertu semblait inacces­sible. Pour se soustraire à ces poursuites intempestives, il se jette et disparaît dans le coffre d’une boîte à pain. Cette voiturette appartient par hasard à un boulanger qui occupe l’entresol de son immeuble. Arrivé à destination, notre jeune luron apparaît par le couvercle entrouvert comme un diable prêt à sortir de sa boîte au nez ébahi de son concierge.

En savoir plus

source Henri Bousquet : Annoncé dans le supplément de juillet 1907 et dans P.C.G. n° 56, 15.7.1907 ; Sortie   : Omnia Pathé, Paris, 5.7.1907

source Susan Dalton : Films Pathé frères - Supplément. Paris: Pathé, Juillet, 1907., p 012-013, pic ; Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet, p 026-007

Date de la publication électronique :03 December 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004