image description

L'avènement du parlant : les films Pathé Natan et la faillite (1929-1938)

A son arrivée à la tête de Pathé Cinéma en 1929, Bernard Natan relance la production des films chez Pathé Cinéma, une préoccupation qui a tenu lieu d´argument lorsqu´il a pris en main la société. Actif dans la profession depuis la première décennie du siècle, Bernard Natan utilise le nom de Pathé pour en faire une marque, Pathé Natan. Il accroît les actifs de la société en réunissant ses studios de la rue Francoeur, inaugurés en 1927, à ceux de Joinville, construits par Cinéromans en 1924 et utilisés depuis par Pathé Consortium Cinéma. La société dispose bientôt de neuf plateaux de tournage dotés d´une infrastructure moderne, notamment d´un matériel de sonorisation. La distribution des films s´orchestre avec Pathé Consortium Cinéma, société créée en 1921 et intégrée à Pathé Cinéma en 1930. lire la suite...

Objet d´une large publicité dans les catalogues, les annuaires de la profession et la presse cinématographique, un programme ambitieux de production est mis en place sous la houlette de Emile Natan, le frère de Bernard. En six ans, 65 titres sortent sur les écrans. Plusieurs sont déclinés version étrangères (on tourne alors autant de films que de versions). Pathé apporte également son concours technique à de nombreuses petites sociétés de production en louant ses studios et en complétant le financement de films.La prolixité de la maison et la rapidité avec laquelle les tournages sont réalisés n´évitent pas une inégalité de la qualité. Pathé inscrit néanmoins des films importants à son catalogue, parmi lesquels des comédies Ces messieurs de la santé, Partir, Arlette et ses papas, des films policiers Accusée levez-vous !, Au nom de la loi, et des drames La Petite Lise, Faubourg Montmartre. Deux cinéastes se détachent particulièrement, Maurice Tourneur et Raymond Bernard, ce dernier laissant avec ses adaptations Les Croix de bois et Les Misérables des réalisations qui marquent la période. Des films restent incompris de leur contemporains (Le Dernier milliardaire, René Clair), d´autres sont le ferment d´une oeuvre en devenir (Obsession, sur lequel Jacques Tourneur est assistant).

Les réalisateurs de Pathé sont les témoins de leur temps : Jean Grémillon reconstitue les geôles de Cayenne (La Petite Lise), Marcel L´Herbier met en scène une grève ouvrière (L´Aventurier), Alexandre Ryder tourne sur les plages fréquentées de la Côte d´Azur (L´Ane de Buridan) et Maurice Tourneur filme des danses africaines regardée par des voyageurs européens (''[Partir|http://filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/18792-partir?).Réalisateurs et comédiens sont engagés pour plusieurs films. Les grandes vedettes ont pour la plupart une solide expérience théâtrale et ont commencé leur carrière cinématographique pendant la période du muet (Gaby Morlay, Charles Vanel, Blanche Montel, Victor Francen). La société fait aussi débuter Jean Gabin, Arletty et Renée Saint-Cyr. Pathé a une écurie de comédiens capables d´incarner différents types depuis les héros dramatiques (Victor Francen, Gaby Morlay, Marcelle Chantal), les jeunes filles sémillantes (Mary Glory, Rénée Saint-Cyr), les comiques juvéniles (René Lefevre, Roger Tréville), ou encore les orateurs truculents (Raimu). Les interprétations d´Antonin Artaud et de Florelle dans Faubourg Montmartre, relèvent de l´apparition mais elles n´en sont pas moins marquantes.

La faillite de la société, au début de l´année 1936, marque la fin de cette période fructueuse. L´activité de production s'interrompt et ne reprendra qu´en 1940. ...replier le texte