Les Deux orphelins  –  1907

Fiche générale

  • Autre titre : The Two orphans
  • Numéro de film : 1753
  • Genre : Scène dramatique
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Production

  • Autre titre : The Two orphans
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 200 m ; 656.0 f.
  • Code télégraphique : Chut

RÉSUMÉ

Les deux pauvres petits, maigris, souffreteux, grelottants, errent dans la campagne, cherchant asile. D’une maison basse, hermétiquement close, une porte s’ouvre, laissant passer une femme à figure chafouine. Elle examine les enfants de ses yeux méchants, renfoncés sous les pau­pières, comme des bêtes méfiantes au fond de leur trou. Malgré la terreur que leur inspire cette sorcière, les petits, vaincus par la souffrance, par la fatigue et par la faim, se laissent entraîner dans le bouge équivoque où gisent çà et là, au milieu de marchandises de toutes sortes, des hommes à visages sinistres, hâves et terribles, véritables figures de gibet. À partir de ce jour, les enfants condam­nés aux plus dures besognes, à la mendicité, menèrent une vie de galériens. Et la mégère avait des arguments irrésistibles pour vaincre leur résistance. Après de vigou­reuses bastonnades, les enfants se résignèrent. Un jour qu’ils mendiaient d’un village à l’autre, le hasard des routes les conduisit aux bords du château où le châtelain les accueillit avec une pitié vive et une large aumône. À la tombée de la nuit, comme le comte rentrait au château, une brusque agression le pétrifia : avant qu’il ait eu le temps de crier ou de se retourner, il était saisi, bâillonné, ligoté, précipité dans une carrière, abîme de calcaire et de glaises, comme il y en a autour des fortifications de Paris. Quelques heures après, la châtelaine recevait des mains de la sorcière, une lettre lui intimant l’ordre de verser vingt mille francs au porteur pour la rançon de son mari. Mais au même instant, celui-ci, délivré par les enfants reconnaissants, se dressait comme un vivant châtiment devant la vieille terrifiée. Et les deux petits orphelins, les pauvres abandonnés, grâce à leur jolie vaillance, sont adoptés et élevés par la châtelaine et, sauvés définitive­ment de la misère qui dégrade, deviennent de bons et heureux enfants.

En savoir plus

Annoncé dans P.C.G. n° 59, 1.9.1907

Sources S. Dalton : Catalogue Pathé Des Années 1896-1914, Volume 2, 1907-1909 |p 035-036 ; Catalogue Pathé Des Années 1896 À 1914 (1907-1909), by Henri Bousquet |p 035-036 |y sum

Date de la publication électronique :18 June 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004