La Fête de Marguerite  –  Georges Denola  –  1910

Fiche générale

  • Numéro de film : 3948
  • Genre : Scène comique
  • Production :Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Georges Denola
  • Interprètes : Louis Blanche (le peintre)
    Émile Milo (le cambrioleur)
    André Simon (Vodor)
    Juliette Clarens (Marguerite)
    Gabrielle Chalon

Production

  • Production :Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Georges Denola
  • Interprètes :Louis Blanche (le peintre)
    Émile Milo (le cambrioleur)
    André Simon (Vodor)
    Juliette Clarens (Marguerite)
    Gabrielle Chalon

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène comique
  • Métrage : 230 m
  • Code télégraphique : Meuble

RÉSUMÉ

Un cambrioleur, surpris dans l’exercice de ses fonctions, s’enfuit sous les toits avec son butin et pénètre dans un atelier d’artiste, habité par un jeune ménage. Le couple étant sorti, notre monte-en-l’air dépose tranquillement ses bibelots sur un meuble, lorsque l’arrivée de la jeune locataire le fait fuir dans un réduit voisin. Justement, c’est la sainte Marguerite, jour de la fête de la gentille ménagère, qui contemple, ravie, les cadeaux dus - elle le croit - à la générosité de son mari. Celui-ci, revenant de faire ses petites emplettes - modeste comme sa bourse - la trouve parée d’un superbe collier de perles. À cette vue, Charles, furieux, s’imagine que sa femme a accepté les présents du locataire du premier qui lui fait la cour. Il les lui redescend dare-dare et se trouve en face de gens consternés, au milieu de leur appartement cambriolé. Le rapin, faisant son apparition avec les objets volés, est pris pour le voleur. On monte perquisitionner chez lui. À ce moment, le vrai coupable, pris de peur, tente de s’échap­per par une fenêtre et dégringole sur la porte qui cède sous son poids. Il vient s’écrouler au beau milieu de l’ate­lier à la stupeur générale. Tout s’explique. Le délinquant, pris au piège, est emmené au poste, tandis que plaignants et prévenus se réconcilient de façon fort touchante.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 121, 17.12.1910

Sortie  : Théâtre Omnia, Rouen, 25 au 31.1.1911

Date de la publication électronique :26 novembre 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004