Le Mensonge de Jean Le Manchot  –  Michel Carré  –  1911

Fiche générale

  • Numéro de film : 4237
  • Genre : Scène dramatique
  • Production :Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Michel Carré
  • Interprètes : Charles Mosnier (le père)
    Adrien Caillard (le fils)
    Paul Capellani (l’ami)
    Marie Ernestine Desclauzas(la mère)
    Albane (la fiancée)
  • Scénario :Titre de travail : Pieux mensongeMichel Carré

Production

  • Production :Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Michel Carré
  • Scénario :Titre de travail : Pieux mensongeMichel Carré
  • Interprètes :Charles Mosnier (le père)
    Adrien Caillard (le fils)
    Paul Capellani (l’ami)
    Marie Ernestine Desclauzas(la mère)
    Albane (la fiancée)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Scène dramatique
  • Métrage : 280 m
  • Code télégraphique : Mutage

RÉSUMÉ

Dans un petit village de l’Oise, une jeune institu-trice, Jeanne Sabourée, est fiancée au capitaine Jacques Reynaud. Les deux familles reçoivent souvent un ami commun, un pauvre estropié, Jean Le Manchot, qui aime en silence et sans espoir la maîtresse d’école. La quiétude de ces braves gens est troublée par l’appel de Jacques sous les drapeaux. Son régiment est dirigé sur la région du Yunnan, où les forces militaires trop clairse­mées rendent le poste affecté au capitaine particuliè­rement périlleux. Une escarmouche survient où le petit détachement est écrasé par un ennemi supérieur en nombre et où le jeune officier meurt héroïquement. Au pays, le retour de son ordonnance, porteur de la triste nouvelle, frappe d’un coup cruel la mère et la fiancée qui hésitent à apprendre au vieux père, devenu aveugle, la tragique vérité. Cependant, celui-ci a découvert sur la table la cantine de son fils. Il croit à son retour. Comment le détromper ? Jean le Manchot, obéissant à un irrésistible sentiment de compassion, se laisse aller à endosser l’uni­forme du disparu. La joie de l’aveugle, en pressant dans ses bras celui qu’il croit son fils, récompense Jean de la triste comédie qu’il s’est contraint à jouer. Et pour que le pieux mensonge continue, qui sait, Jeanne consentira peut-être un jour à mettre sa main dans la sienne et à unir leurs destinées rapprochées par la souffrance.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 142, 13.5.1911

Sujet dans le Bulletin Pathé n° 15

Sortie  : Théâtre Français, Bordeaux, 7.7.1911

Date de la publication électronique :10 December 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004