Miranda  –  Lauritz Lauritsen  –  1911

Fiche générale

  • Numéro de film : 4794
  • Genre : Comédie dramatique
  • Production :Film Constantin Philipsen Copenhague
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Lauritz Lauritsen
  • Interprètes : Bjorn Bjornson (Hermann)
    Gerda Christophersen (Miranda)
  • Scénario :Lauritz Lauritsen

Production

  • Production :Film Constantin Philipsen Copenhague
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Lauritz Lauritsen
  • Scénario :Lauritz Lauritsen
  • Interprètes :Bjorn Bjornson (Hermann)
    Gerda Christophersen (Miranda)

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : 550 m
  • Code télégraphique : Pastiche

RÉSUMÉ

Au bord d’une route traversant les domaines du comte de Rednau, des danseurs forains, Hermann et Miranda, ont installé leur campement. Miranda est jolie. Hermann en est fort amoureux. Mais le comte qui est veuf, a vu la danseuse au charme prenant et réussit à lui parler à l’insu d’Hermann. Miranda accepte un rendez-vous. Hermann ne peut, malgré ses reproches, empêcher la danseuse de voir le comte. M. de Rednau promet à la danseuse de l’épouser. Miranda, éblouie, fuit Hermann et se jette dans les bras du Comte. Cinq ans ont passé, cinq ans de bon­heur. Mais le passé a laissé dans le cœur de Miranda des traces ineffaçables quand le hasard conduit Hermann vers le château où se rencontrent les anciens amants et rejette Miranda dans sa vie de bohème. Oubliant le mari qui l’aime et l’enfant qu’elle abandonne, elle reprend avec Hermann les aventures de la grande route. Elle connaît bientôt la griserie du succès. Mais Hermann, dans un exercice tombe et se blesse grièvement. Miranda le soigne avec dévouement et, pour vivre, sacrifie ses bijoux et son luxe. Après la guérison, venue péniblement, Miranda et Hermann sont réduits à chercher dans les cours le pain que leur jette la charité. Miranda épuisée de misère va retrouver son mari et obtient son pardon. Mais Hermann abandonné, s’introduit dans le parc du château et, après avoir jeté sa haine et son désespoir à la face de la parjure, il la saisit à la gorge et l’étrangle.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 180, 3.2.1912

Sujet dans le Bulletin Pathé n° 52

Date de la publication électronique :06 January 2009
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004