Le Chevalier de Maison-Rouge  –  Albert Capellani  –  1914

Fiche générale

Affiche
  • Numéro de film : 6548
  • Genre : Scène historique en six parties et 60 tableaux
  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Albert Capellani
  • Interprètes : MM. P. Escoffier (le Chevalier de la Maison-Rouge)
    Dorival (Dixmer)
    G. Flateau (Lorin)
    Rollan (Maurice Lindey)
    Mevisto (Rocher)
    Jacquinet (Général Santerre)...
  • Adaptation :Albert Capellani d’après le roman homonyme d’Alexandre Dumas (1845)
  • Directeur de la photographie : Louis Forestier

Production

  • Production : Pathé frères
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Albert Capellani
  • Adaptation :Albert Capellani d’après le roman homonyme d’Alexandre Dumas (1845)
  • Interprètes :MM. P. Escoffier (le Chevalier de la Maison-Rouge)
    Dorival (Dixmer)
    G. Flateau (Lorin)
    Rollan (Maurice Lindey)
    Mevisto (Rocher)
    Jacquinet (Général Santerre)
    Milo (l'homme aux provisions)
    Walter (Durant
    greffier)
    Lebreton (Agesilas)
    Angely (le Notaire)
    Dorny (l'Officier municipal)
    Raoul (Gilbert
    genderme)
    Anthonin (Dufresne
    genderme)
    Victorius (1er guichetier)
    R. Casa (2e guichetier)
    Grégoire (3e guichetier)
    Gorieux (Fouquer-Thinville
    Accusateur public)
    Desmoulins (Hermann
    Président du Tribunal Révolut)
    Taldy (Sellier
    juge)
    Blanchard (Fourcaud
    juge)
    Durafour (Hébert
    rédacteur de l'Ami du peuple)
    Valbel (Fabricius
    greffier du tribunal)
    Donelly (Chaveau-Lagarde
    défenseur officieux)
    Chambly (le domestique)
    Brochet (1er ouvrier)
    Gidon (2ème ouvrier)
    Delmy (3ème ouvrier)
    MM. Eygen (1er sans-culotte)
    Lauson (2ème sans-culotte)
    Durand (3ème sans-culotte)
    Lemarchand (représentant de la Convention)
    Charpentier (le prêtre)
    H. Legrand (un crieur de gazettes)
    Fred (le cabaretier)
    Harvaut (1er conspirateur)
    Sterny (2ème conspirateur)
    Champdor (3ème conspirateur)
    Maxel (4ème conspirateur)
    Datdier (5ème conspirateur)
    Sarmann's (6ème conspirateur)
    Devenne (1er juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Rouvenat (2ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Calvin (3ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Harlettys (4ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Leriche (5ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Sellier (6ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Cordier (7ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Henriquet (8ème juré du Tribunal Révolutionnaire)
    Sarborg (un officier de la Garde Nationale)
    Chevin (1er genderme à cheval)
    Willy Stang (2ème genderme à cheval)
    Joe Wells (3ème genderme à cheval)
    Rene (4ème genderme à cheval)
    Terrore (5ème genderme à cheval)
    Marie-Louise Derval (Geneviève Dixmer)
    Léa Piron (Marie-Antoinette)
    Irma Perrot (la femme Tison)
    G. Maylianes (Héloïse Tison)
    Mary Massart (Arthémise)
    Demeter (Madame Elisabeth)
    M. Valmont (la Princesse Royale)
    Renée Marges (1ère condamnée)
    Roseraie (2ème condamnée)
    Darlet (3ème condamnée)
    Camille Lorrain (6ème gendarme à cheval)
    Eygen (7ème gendarme à cheval)
    Perdreau (8ème gendarme à cheval)
    Erik Harcy (9ème gendarme à cheval)
    Hubert (10ème gendarme à cheval)
    Gauthier (1er girondin)
    Duvelleroy (2ème girondin)
    Defresnes (3ème girondin)
    Sidney (4ème girondin)
    Sellier (5ème girondin)
    Amaury (1er aristocrate)
    Rumeau (2ème aristocrate)
    Sellier (3ème aristocrate)

Fiche technique

  • Photographie :Louis Forestier

Résumé et notes

  • Genre : Scène historique en six parties et 60 tableaux
  • Métrage : (2 265 m)
  • Code télégraphique : Supérieur

RÉSUMÉ

La reine Marie-Antoinette attend, dans la prison du Temple, le jour de l’échafaud. Un jeune émigré, que son fanatisme de dévouement a fait surnommer par le peuple “l’Amoureux de la Reine”, le Chevalier de Maison-Rouge, bravant tous les périls, forme chaque jour un nouveau complot pour la sauver. Il est secondé dans ses projets par Dixmer, que de grands services rendus attachent à lui par les liens d’une reconnaissance qu’aucun danger ne peut faire chanceler. Dixmer n’hésite pas à sacrifier sa fortune, sa vie et même celle de sa femme, la douce Geneviève. Un soir que celle-ci sortait pour concourir à l’exécution des plans du Chevalier, elle se voit arrêtée par une patrouille patriote. Maurice Lindey, le type du républicain généreux vole au secours de la jeune femme et la délivre. Maurice qui, en la reconduisant, a eu le temps d’admirer sa beauté, en devient amoureux. Le lendemain, en cherchant à retrouver ses traces, il est surpris par Dixmer et ses complices; sa mort va rassurer les conspirateurs, lorsque Geneviève le reconnaît et sauve à son tour la vie à son libérateur de la veille. Dixmer, calculant les avantages que l’on peut tirer des rapports amicaux avec Maurice, l’invite à venir fréquemment, malgré la répugnance de sa femme. En effet, sans s’endouter, Maurice sert le complot royaliste, en facilitant l’entrée de la prison à Geneviève, qui a manifesté le désir de voir la Reine, et, désir de femme aimée, devient un ordre pour Lindey. La conspiration est éventée et Maurice éprouve la plus grande peine à raffermir sa popularité. Son ami Lorin, pour l’aider à rétablir son crédit, le fait mettre à la tête d’une escouade chargée d’arrêter le Chevalier de Maison-Rouge. Placé entre son devoir et son amour, Maurice favorise l’évasion du Chevalier, trahison dont l’amour de Geneviève acquittera le prix. Tout à coup, Dixmer reparaît et pardonne son amour à sa femme, à la condition qu’elle expiera sa faute par unemort glorieuse, en sauvant la reine. Les mesures sont bien prises. Dixmer a pénétré dans la prison. Marie-Antoinette va être enlevée lorsqu’un accident imprévu vient empêcher la réussite de leur plan. Le Chevalier se fait tuer et Geneviève est condamnée à mort. Désespéré, Maurice va rejoindre Geneviève en prison. Mais il parvient à fuir avec elle, grâce au dévouement sublime de Lorin, qui les trompe pour mieux les sauver, et monte à leur place sur l’échafaud.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal n°286, 14.2.1914

Sujet dans ProgrammeThéâtre-Pathé, Bruxelles, n°21,mai 1914

Sortie : Théâtre Omnia, Rouen , 10 au 16.3.1914

Note : Dans le Bulletin Pathé n°3 de 1914 les noms de 77 acteurset actrices sont mentionnés sur la double page que nous reproduisons; sur une autre page figurent les titres des 60 tableaux ci-après :

Première partie

1 - Le Régime de la Terreur.

2 - Le Club des Frères et Amis.

3 - Dixmer, le maître tanneur.

4 - L‘Appât de l’or.

5 - Le Droit de passage.

6 - La Nouvelle Idole.

7 - L’Auberge du Cheval Blanc.

8 - Le Signalement.

9 - La Chasse.

10 - L’Éclosion de l’amour.

Deuxième partie

11 - La Barrière du Roule.

12 - Le Chevalier de Maison-Rouge.

13 - La Prison du Temple.

14 - Martyre Royale.

15 Pour sauver la Reine.

16 - Le Mouchoir.

17 - Dans les griffes du lion.

18 - Le Coeur des humbles.

19 - Le Complot.

20 - Dans les ténèbres.

Troisième partie

21 - La Jolie blanchisseuse.

22 - Le Chien de garde.

23 - Un farouche démocrate.

24 - Un goujat.

25 - L’me d’un soldat.

26 - La Dénonciation.

27 - Les Termites.

28 - L’Inlassable dévouement.

29 - La Lettre anonyme.

30 - Le Baillon.

Quatrième partie

31 - La Conspiration de l’oeillet.

32 - Les Derniers coups de pioche.

33 - L’Involontaire complice.

34 - La Méfiance de Rocher.

35 - Le Coup de vent.

36 - La Trappe libératrice.

37 - Le Flair d’un chien.

38 - L’Inutile effort.

39 - La Meute qui gronde.

40 - À la Conciergerie.

Cinquième partie

41 - Les Épaves de la tourmente.

42 - Frère et soeur.

43 - L’Amour plus fort que le Devoir.

44 - La Curée.

45 - Les Incendiaires.

46 - Suspects!

47 - L’Éphémère bonheur.

48 - Le Revenant.

49 - La Vengeance du mari.

50 - La Maison vide.

Sixième partie

51 - Le Sacrifice.

52 - Le Soporifique.

53 La Dernière tentative.

54 - La Mort du Chevalier.

55 - Le Tribunal révolutionnaire.

56 - Le Geste qui condamne.

57 - Le Sacrifice de Lorin.

58 - L’Appel suprême.

59 - Le Refuge.

60 - La Fin d’un martyr.

Dans sa livraison du 5 mars 1914, l’hebdomadaire anglais The Bioscope sous le titre de “Awonderful drama of the French Revolution” ne tarissait pas d’éloges sur cette bande. Nous en extrayons ces quelques phrases : “It is, indeed, a true masterpiece of the cinematograph producer’s art, worthy to rank beside those other great Pathé triumps, The Mysteries of Paris, Les Misérables and Germinal… Each scene, whether a studio setting or a solid exterior, has been built or selected with infinite care for detail, and the resulting picture of Paris at the time of the Revolution is quite perfect. Magnificent as are the construction of the play, the settings and the general , however, the film’s most outstanding feature is its wonderful acting.…The Chevalier de Maison Rouge is one of themost beautifully acted filmever seen upon the screen. and its notability in this respect applies not only to the work of those in the leading rôles, but even to that of the “supers”. A more magnificent ensemble it would be scarcely possible to desire.…”

Date de la publication électronique :31 May 2010
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004