Charlemagne  –  Pière Colombier  –  1933

Fiche générale

  • Pays de production :France
  • Genre : Comédie
  • Durée : 92 mn (2570 mètres)
  • Production :Pathé Natan
  • Distribution : Pathé Natan
  • Réalisateur :Pière Colombier
  • Interprètes : Raimu (Charlemagne)
    Marie Glory (Rose Val)
    Léon Bélières (le docteur)
    Jean Dax (le baron de St-Mayer)
    Gaston Jacquet (le directeur de Théâtre)
    Pierre Piérade (Malet)
    Auguste Mourriès (le capitaine)
    Christian Gérard (Bardac)...
  • Scénario :Yves Mirande
  • Dialogues :Yves Mirande
  • Directeur de la photographie : Raymond Agnel
    René Colas
  • Compositeur de la musique : Jacques Dallin
  • Monteur : Léonide Moguy
  • Chef décorateur : Guy de Gastyne
    Edouard Lepage (assistant)

Production

  • Pays de production :France
  • Production :Pathé Natan
  • Distribution : Pathé Natan

Fiche artistique

  • Réalisateur :Pière Colombier
  • Scénario :Yves Mirande
  • Œuvre de référence :d'après la pièce The Admirable Chrichton de James M. Barrie
  • Dialogues :Yves Mirande
  • Interprètes :Raimu (Charlemagne)
    Marie Glory (Rose Val)
    Léon Bélières (le docteur)
    Jean Dax (le baron de St-Mayer)
    Gaston Jacquet (le directeur de Théâtre)
    Pierre Piérade (Malet)
    Auguste Mourriès (le capitaine)
    Christian Gérard (Bardac)
    Lucien Baroux (l'auteur)
    Alexandre Colas
    Eugène Gaïdaroff

Fiche technique

  • Directeur de la photo :Raymond Agnel
    René Colas
  • Compositeur de la musique :Jacques Dallin
  • Ingénieur du son :Willian Sivel
  • Monteur :Léonide Moguy
  • Chef décorateur :Guy de Gastyne
    Edouard Lepage (assistant)
  • Son :Procédé R. C. A. Phonophone
  • Atelier photographique :Studio Pathé Natan

Résumé et notes

  • Genre : Comédie
  • Métrage : long métrage
  • Durée : 92 mn (2570 mètres)

RÉSUMÉ

Au cours d'une croisière, le yacht du richissime baron Saint-Mayer échoue sur une île déserte de Méditerranée. Saint-Mayer, sa jeune amie Rose, les invités : un compositeur, un directeur de théâtre, un médecin, un journaliste, se trouvent dans le dénûment. Un soutier - Pittalurgue dit Charlemagne, gaillard râblé, est, heureusement, un marseillais débrouillard. D'autorité, il est sacré domestique, cuisinier, bonne à tout faire. Tant bien que mal, il assure la subsistance de la petite colonie. Comme récompense, il collectionne rebuffades, insolences, mépris. Ses tyranniques pensionnaires, dans l'attente d'un improbable secours, vivent oisifs. Pour tromper leur ennui, ils ont décidé - malgré les protestations de Saint-Mayer - que chacun, à tour de rôle jouirait pendant une semaine de la gracieuse compagnie de Rose. Bien entendu Charlemagne est exclu de cette aimable répartition. Son humeur s'assombrit. Tant d'injustice le révolte. Que deviendraient sans lui ses snobs parasites ? Il n'y tient plus. Un gourdin au poing, la voix haute, il prend le commandement de l'Ile et se proclame Roi. Chacun désormais devra lui obéir, travailler. Lui, se bornera à régner, et Rose sera son épouse sans partage, au nom du bon plaisir de l'amour et de la morale. La rage au cœur, tous obéissent. Un moment, les vivres venant à manquer, il est question de savoir qui sera mangé. Chacun tremble, car Charlemagne est sans pitié. Paraît un avion envoyé à la recherche des naufragés. Aussitôt, la vie change. Le rang social reprend ses droits. Le Roi détrôné connaît l'ingratitude et l'injurieuse colère de son peuple. La jolie souveraine, elle-même, oubliant le bonheur passé, abandonne son royal époux. Sur le paquebot qui les ramène, Charlemagne sent la misère de sa chute. Puissant, il était redouté, obéi, maintenant, ses anciens sujets le repoussent avec mépris et ressentiments. Il souffre. Alors il les nargue. Il a trouvé dans l'île une mine d'or fabuleuse. Il sera riche. Tous reviennent à lui. Ils ont mille affaires à lui proposer. Ils connaissent son génie. Rose, elle-même, lui adresse d'irrésistibles sourires. Tant de bassesses la révolte. Cette mine ! Pur fruit de son imagination !... Il les laisse à leurs bas instincts. Il part reprendre son dur métier. Une douce vision l'accompagne… Cette Rose était bien jolie, bien tendre.

En savoir plus

Le film est présenté à la censure le 9 novembre. Sortie au Marivaux.


  • Sortie : 22/12/1933
Date de la publication électronique :04 October 2009
Sources :
  • Bessy, Maurice ; Chirat, Raymond , Bessy, Maurice ; Chirat, Raymond, Histoire du cinéma français, encyclopédie des films, Pygmalion/Gérard Watelet, 1929 - 1934 ; Kermabon, Jacques (dir.), Pathé Premier Empire du Cinéma, Filmographie, Editions du Centre Georges Pompidou, Paris, 1994 ; Le Tout Cinéma: Annuaire général illustré du monde cinématographique, 1934, Publications Filma ; Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Le Petit Parisien, 22, décembre 1933, P.
  • 6, collection de la BNF