Les Enfants du paradis  –  Marcel Carné  –  1945

Fiche générale

Affiche
  • Titre de travail : Funambules
  • Pays de production : France
  • Genre : Drame
  • Durée : Film en deux parties 95 min. et 87 min.
  • Producteur : Raymond Borderie (directeur de la production Pathé) André Paulvé (directeur de la production Scalera)
  • Production : Société Nouvelle Pathé Cinéma (SNPC)
  • Numéro de visa : 271
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Réalisateur : Marcel Carné
  • Interprètes : Arletty (Garance)
    Maria Casarès (Nathalie)
    Jeanne Marken (Mme Hermine)
    Jean-Louis Barrault (Baptiste Deburau)
    Pierre Brasseur (Lemaître, Fréderick)
    Marcel Herrand (Lacenaire)...
  • Scénario : Jacques Prévert
  • Dialogues : Jacques Prévert
  • Directeur de production : Pierre Laurent (administrateur) Fred Orain (directeur de production du film)
  • Chef opérateur : Robert Schneider (1er assistant opérateur) Roger Hubert (chef opérateur à Nice et à Paris)
  • Compositeur de la musique : Joseph Kosma sous le prête-nom de Georges Mouqué
    Maurice Thiriet
  • Monteur : remplaçant de Roger Mercanton Henri Rust (chef-monteur)
  • Chef décorateur : Léon Barsacq (chef décorateur) Alexandre Trauner (maquettiste)
  • Costumier : dit Mayo Antoine Malliarakis (maquettiste et costumier)

Production

  • Titre de travail : Funambules
  • Pays de production : France
  • Producteur : Raymond Borderie (directeur de la production Pathé) André Paulvé (directeur de la production Scalera)
  • Production : Société Nouvelle Pathé Cinéma (SNPC)
  • Distribution : Pathé Consortium Cinéma
  • Directeur de production : Pierre Laurent (administrateur) Fred Orain (directeur de production du film)

Fiche artistique

  • Réalisateur : Marcel Carné
  • Scénario : Jacques Prévert
  • Dialogues : Jacques Prévert
  • Scripte : Cleris Marity
  • Interprètes : Arletty (Garance)
    Maria Casarès (Nathalie)
    Jeanne Marken (Mme Hermine)
    Jean-Louis Barrault (Baptiste Deburau)
    Pierre Brasseur (Lemaître, Fréderick)
    Marcel Herrand (Lacenaire)
    Louis Salou (le comte Edouard de Montray)
    Pierre Renoir (Jericho)
    Marcelle Monthil (Marie)
    Cynette Quero (une jolie fille)
    Lucienne Legrand (une jolie fille)
    Jeanne Dussol (la femme à barbe)
    Madhyanah Foy
    Fabien Loris (Avril)
    Etienne Decroux (Anselme Deburau)
    Marcel Pérès (le directeur des Funambules)
    Pierre Palau (le directeur des Funambules)
    Gaston Modot (Fil de soie, l'aveugle)
    Jacques Castelot (Georges)
    Robert Dhéry (Célestin)
    Louis Florencie (le gendarme des Adrets)
    Paul Frankeur (l'inspecteur de police)
    Raymond Rognoni (le directeur du théâtre)
    Guy Favières (l'encaisseur)
    Albert Rémy (Scarpia Barrigni)
    Auguste Bovério (premier auteur)
    Paul Demange (deuxième auteur)
    Jean Diéner (troisième auteur)
    Habib Benglia (l'employé des bains turcs)
    Jean Lanier (Lago)
    Léon arive Larive (le concierge d
    Marcel Melrac (le gendarme)
    Raphaël Patorni (un dandy)
    Jean-Pierre Belmon (le petit Baptiste)
    Henry de Livre (le client de l'écrivain public)
    Jean Carmet (un inspecteur)
    Gustave Hamilton (le concierge du théâtre)
    Jean Gold (un autre dandy)
    Lucien Walter (le marchand de billets)
    Rivers Cadet (un bourgeois)
    Michel Vadet
    Germain Aeros
    Gosselin
    Max Dejean
    Pierre Réal
    Choisin
    Paul Temps
    Grégoire Chabas
    Albert Broquie
    Maurice Cartier
    Roger Vincent
    Joe Alex
    Bilboquet
    Gérard Blain
    petits rôles:
    Bazin
    Raba
    Bérault
    Gold
    Vincent
    Robert
    Greil
    Maray
    Eugene
    Jacques Duval
    Marin
    Pierre Deferre
    Chaband
    J.C Bonardo
    Bonardo
    Pinoteau
    Morel
    Ducar
    Lagnard
    Lasi
    Martial
    Dolat
    Guibert
    Hamilton
    Roger Ormea
    Merlin
    Fédo
    René Alone
    Porto
    Wells
    Goisin (violoniste)
    Anatol
    Pedrossa
    Moranzoni
    Petriciolli
    Canuto
    Ontardy
    Mercier
    Aguirres Sandoff
    Broussola
    Caillot
    Sergieff
    Contardy
    Maranzoni
    Caillot
    Mercier
    Broussolle
    Maximoff
    Dumas
    Bard
    Robert
    Razzoler
    Borodoulina
    Dominique
    Pierrot
    Romanoff
    Colombel
    Franky
    Bigorne
    Marquis
    Bourbonnet
    Jourdé
    Vibert
    Bourgeois
    Roger Fouquet
    Bollaire
    Julien
    La Bunit
    Briand
    Chaillet
    Briant
    Lebeau
    Dupuis
    Fournier
    Kid Johns
    Chabrol
    Julien
    Chaillet
    Jean Petit
    Bard
    Dominique
    Borodoulina
    Franki
    Pierrot
    Colombel
    Cercia
    Henri Cotte
    Varcy Briant
    Faramboni
    Chemin
    Ysard
    Henri Betti
    Richard
    Biscara
    Léo Mouqué
    Tom Titt
    Biscarra
    Gilardini
    Marcel Richard
    Jacques Biscara
    Cotto
    Gatti
    Porto
    Maurice Izar
    André Tesson
    Lauvergue
    Jean Vincent
    Gauthier
    Mona Gelly
    Yvette Lucas
    Alexandra Mireille
    Laurence Christiane
    Colettas
    Suzanne Will
    Casadesus
    Marney
    Gisèle Jacqué
    R. Million
    Baugé
    Garmentier
    Giselle Perin
    Paulette Malet
    Liliane Malet
    Guillement
    Robert
    Patrick
    Marion Inès
    Edmée Caradi
    Jacqueline Dovo
    Violette Delgan
    Marguerite Cavaille
    Denise Noël
    Rolland Garlene
    Figuration musiciens : Martinon
    Chapon
    Muller
    Andoli

Fiche technique

  • Chef opérateur : Robert Schneider (1er assistant opérateur) Roger Hubert (chef opérateur à Nice et à Paris)
  • Compositeur de la musique : Joseph Kosma sous le prête-nom de Georges Mouqué
    Maurice Thiriet
  • Directeur musical : Musique exécutée par Société des Concerts du Conservatoire sous la direction de Charles Münch
  • Ingénieur du son : Robert Teisseire
    Monchablon
  • Monteur : remplaçant de Roger Mercanton Henri Rust (chef-monteur)
  • Chef décorateur : Léon Barsacq (chef décorateur) Alexandre Trauner (maquettiste)
  • Costumier : dit Mayo Antoine Malliarakis (maquettiste et costumier)
  • Chorégraphie : Alex Staats (répétiteur des ballets) Gilles Margaritis (répétiteur des pantomimes)
  • Maquilleur : Paule Déan
    Blanche Roux
    Maguy Vernadet
    Pierre Max
    Pautel
    Joseph Palazzolo (chef coiffeur)
    Jean Rivet (coiffeur)
  • Photographe de plateau : Roger Forster
    Léo Mirkine (remplaçant de Forster à Nice)
    Rémy Duval (remplaçant de Forster)
    Henri Caruel (photographies stéréos)
  • Régisseur : Roger Bar Louis Théron (régisseur général)
  • Dresseur animalier : Working (montreur d'animaux)
  • Assistant réalisateur : Bruno Tireux (assistant technique) Pierre Blondy (assistant artistique)
  • Procédé image : procédé R. C. A. et Western Electric
  • Laboratoire : Laboratoire Pathé-Cinéma (Joinville-le-Pont)

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Métrage : long métrage
  • Durée : Film en deux parties 95 min. et 87 min.

RÉSUMÉ

Le Boulevard du Temple au temps de Louis-Philippe, c'est la voie royale du peuple, des bateleurs et des baladins, des théâtres où d'effroyables mélodrames se jouent, c'est le Boulevard du Crime où l'amour et la mort jouent la comédie. Et c'est d'ici que part la ronde capricieuse du destin. Suivons cette jeune femme à la beauté orgueilleuse et au regard las: c'est Garance. Elle se laisse aborder par un charmant garçon qui lui offre son cœur. Ce jeune inconnu, c'est Frédérick Lemaître. Un remous de la foule les sépare et la jeune femme s'en va à l'échoppe d'un écrivain public, le dénommé Larcenaire, inquiétant personnage, au linge immaculé, qui jette au visage de l'humanité sa haine. Suivons Garance et Lacenaire jusque devant le théâtre des Funambules où le vieil Anselme Deburau s'essouffle à faire la parade. Il n'a que dédain pour son fils Baptiste, à tête de Pierrot enfariné, qui se tient morne dans un coin. Baptiste a aperçu Garance et, pour lui, le monde se transfigure. Mais il y a Nathalie, la fille du directeur, qui lui a voué un amour humble et tenace et qui ne renoncera jamais. Un soir, une vendetta cocasse se déroule sur la scène et met en danger la suite du spectacle. Force est au directeur d'accepter deux remplaçants au pied levé: Baptiste Deburau et Frédérick Lemaître. Et c'est, pour ces débutants de génie, le succès. Au cours d'un de ses vagabondages nocturnes, Baptiste a rencontré, à la barrière de Ménilmontant, Fil de Soie, faux aveugle, qui l'emmène au Rouge-Gorge, un tapis franc à la figuration plus que louche. Et ici font leur entrée, tout à coup, Lacenaire flanqué d'Avril et surtout de la belle Garance. Nulle menace ne peut effrayer Baptiste. En vain, Avril lui cherche-t-il querelle, le mime l'emporte et il entraine Garance. Où ? A la barrière où il lui confesse son grand amour. De cet amour, Baptiste, lui même en a peur. Il emmène la jeune femme au Grand-Relais, et là, tout à coup, il l'abandonne et s'enfuit. Mélancolique, désorientée, Garance demeure seule ; et tout à coup, elle voit apparaître Frédérick Lemaître, tout réjoui de la surprise. Elle se résigne ? Deux mois ont passé. Garance est devenue la maîtresse de Frédérick Lemaître. Celui-ci cache sa jalousie sous un ton badin : c'est qu'il sait que Garance aime à son tour Baptiste. Et voilà apparaitre dans la ronde un nouvel amour, cette fois-ci policé et fastueux, le Comte de Montray.Quatre ou cinq ans ont passé. Frédérick Lemaître, qui a quitté le théâtre des Funambules, est devenu l'un des rois du Boulevard. Au Grand Théâtre, il joue l'Auberge des Adrets. Les trois acteurs ne goutent guère l'humour du comédien. Ce sombre mélodrame, transformé par lui en une face truffée d'impromptus cocasses, lui vaut d'être provoqué en duel par ceux-ci. Frédérick, blessé au bras, le Grand Théâtre fait relâche. Pour employer son temps, il va aux Funambules applaudir Chand d'habits, le succès fabuleux de L'Homme Blanc, Baptiste Deburau. Tous les soirs, depuis son retour à Paris, Garance est aux Funambules, la vie et le comte Edouard de Montray lui ont tout donné. Mais à Paris il y a le seul espoir que son âme n'ait jamais nourri : l'espoir de ce Pierrot au visage enfariné. Frédérick a aperçu Garance. Il court prévenir Deburau et il s'aperçoit que Baptiste, bien qu'il ait épousé Nathalie, bien qu'il en ait eu un enfant, voue toujours ses sentiments à la jeune femme au nom de fleur. Mais une petite main est allée frapper à la loge de Garance : c'est le petit enfant de Deburau. Quelques mots et, navrée, Garance s'enfuit. Quand Baptiste, sortant brusquement de scène, se précipite dans sa loge, le vivant souvenir de son amour a disparu. Nous voici à la grande première d'Othello, que Frédérick Lemaître a monté au Grand Théâtre. Pourquoi Baptiste n'est-il pas là ? Le retour de Garance lui a fait quitter les siens et son théâtre. Au Grand-Relais, l'auberge de sa jeunesse, il essaie de retrouver son passé. Après le succès triomphal de la représentation, au foyer, le comte Edouard de Montray, convaincu que son rival heureux n'est autre que Frédérick Lemaître, s'efforce de le provoquer. Qu'a-t-il fait, le malheureux, de Garance? Il l'a oubliée à la porte du théâtre et là, tout à coup, « l'Homme Blanc » est sorti de l'ombre. Les deux partenaires d'un grand amour se retrouvent. Un nouveau personnage surgit au foyer, c'est Lacenaire. Il arrache un rideau d'une fenêtre : on aperçoit dehors Garance et Baptiste qui s'embrassent. Dans une chambre du Grand-Relais, devant la fenêtre ouverte, Garance et Baptiste contemplent la lune, l'astre de « l'Homme Blanc ». Mais cela ne va durer que l'espace d'une nuit. Avec le jour nouveau Nathalie reparait. Et chez Garance s'éveille le souvenir d'une petite main d'enfant qui frappait à la porte de sa loge : Garance ne peut plus avoir aucune part à l'existence de « l'Homme Blanc ». Elle s'échappe sur le boulevard envahi par la foule. En vain, Baptiste va-t-il essayer de la rejoindre. Mais Garance est déjà loin. Entouré de badauds qui rient et crient, Baptiste Deburau voit disparaître, et cette fois-ci pour toujours, son amour, son grand amour dans la ronde sardonique des masques. (synopsis publicitaire, 1945).

En savoir plus

Prix et distinctions : Désiré du cinéma 1946

Note critique:

Selon son contrat du 17 février 1943, la société Discina charge Jacques Prévert d'écrire un film ayant comme metteur en scène Marcel Carné et, en accord avec ce dernier, d'adapter et d'en rédiger les dialogues et le découpage. Le scénariste est en fait payé pour ce travail depuis août 1942. Le scénario original de Jacques Prévert, inspiré de la vie de Deburau et de Lacenaire, s'intitule « Funambules » jusqu'en avril 1943. Le début du tournage a eu lieu le 16 août 1943 aux studios de la Victorine à Nice. Le travail est arrêté le 8 septembre 1943 par suite des événements politiques. Début septembre, Discina cède à la société Scalera Films les droits pour la production du film. Le 14 octobre, Scalera Films cède ses droits à la Société d'Exploitation des Etablissements Pathé Cinéma Pathé. A partir de ce moment Pathé prend en charge la production du film, dont le tournage recommence le 9 novembre avec une équipe technique et une distribution modifiée : Robert Le Vigan par exemple, ayant abandonné son rôle est remplacé par Pierre Renoir. Alexandre Trauner pour les décors et Joseph Kosma pour la musique travaillent dans la clandestinité. Pendant l'hiver, Marcel Carné tourne principalement les scènes du théâtre des Funambules et du Grand théâtre, celles des bains turcs, aux studios Pathé de la rue Francoeur. Puis, à partir de février, les extérieurs sont tournés à Nice jusqu'au 10 mars 1944. Après un arrêt de 2 semaines, conséquences des restrictions d'électricité, le tournage reprend le 29 mars au studio de Joinville. Les prises de vues sont complètement terminées le 14 avril 1944 après 73 jours de tournage. Le film, présenté lors d'une soirée de gala au Palais de Chaillot, le 9 mars 1945, sort le 14 mars au Madeleine, où il fera près d'un an d'exclusivité. Il est divisé en deux parties : Le Boulevard du crime et L'homme blanc. Un court-métrage documentaire, Les Secrets de la pêche à la ligne, est présenté entre les deux parties. Une version réduite du film est faite pour les pays étrangers où la projection en deux séances n'est pas possible. En 1946 « Les Enfants du paradis » reçoit le prix « Désiré » donné par Entr'aide. Projeté à Hollywood le 15 novembre 1946, il est nominé pour son scénario à l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences en 1947. Le 6 avril 1949 Jacques Prévert est reconnu comme coauteur du film avec Marcel Carné.


  • Sortie : 14/03/1945
Date de la publication électronique : 04 octobre 2009
Sources :

Matériel publicitaire du film, archives administratives et comptes de production du film, correspondance et contrats de la Fondation Jérôme Seydoux Pathé ; Les Enfants du Paradis, sous la direction de Laurent Mannoni et Stéphanie Salmon, Editions Xavier Barral en coédition avec La Cinémathèque française et la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (2012)