La Dolce vita  –  Federico Fellini  –  1960

Fiche générale

Affiche
  • Autre titre : La Douceur de vivre (titre français)
  • Pays de production : Italie
    France
  • Genre : Drame de moeurs
  • Durée : 173 minutes
  • Producteur : Angelo Rizzoli
  • Production : Riama-Film
    Société Nouvelle Pathé-Cinéma...
  • Distribution : Consortium Pathé
  • Réalisateur : Federico Fellini
  • Interprètes : Marcello Mastroianni (Marcello Rubini)
    Anita Ekberg (Sylvia)
    Anouk Aimée (Maddalena )
    Yvonne Furneaux (Emma)
    Alain Cuny (Steiner)
    Annibale Ninchi (le père de Marcello)...
  • Scénario : Federico Fellini
    Ennio Flaiano
    Tullio Pinelli
    Brunello Rondi (collaboration)
  • Adaptation : Federico Fellini
    Ennio Flaiano ...
  • Dialogues : Georges Reville
    Lo . Version française réalisée sous la direction de Jacques Willemetz Duca (Dialogues françaises)
  • Producteur délégué : Giuseppe Amato
    P. Cabaud (producteur délégué français)
    L. Dolivet (producteur délégué français)
    R. Bezard (producteur délégué français)
  • Directeur de production : Nello Meniconi
    Manlio M. Moretti (A.D.C.)...
  • Directeur de la photographie : Otello Martelli (A.I.C.)
  • Chef opérateur : Arturo Zavattini
    Ennio Guarnieri (assistant)
  • Compositeur de la musique : Nino Rota
    participation de "I Campanino" et Adriano Celentano
  • Monteur : Leo Catozzo
    Adriana Olasio (assistante)...
  • Chef décorateur : Piero Gherardi
    Giorgio Giovannini (assistant)...
  • Costumier : Piero Gherardi
    Vito Anzalone (assistant)

Production

  • Autre titre : La Douceur de vivre (titre français)
  • Pays de production : Italie
    France
  • Producteur : Angelo Rizzoli
  • Production : Riama-Film
    Société Nouvelle Pathé-Cinéma
    Gray Film
  • Distribution : Consortium Pathé
  • Producteur délégué : Giuseppe Amato
    P. Cabaud (producteur délégué français)
    L. Dolivet (producteur délégué français)
    R. Bezard (producteur délégué français)
  • Directeur de production : Nello Meniconi
    Manlio M. Moretti (A.D.C.)
    Franco Magli (directeur exécutif)
    Alessandro Von Norman (Administrateur de production)
    Clemente Fracassi (direction générale de la production)
    Mario Basile (secrétaire de production)
    Mar De Biase
  • secrétaire d'édition : Isa Mari

 

Fiche artistique

  • Réalisateur : Federico Fellini
  • Scénario : Federico Fellini
    Ennio Flaiano
    Tullio Pinelli
    Brunello Rondi (collaboration)
  • Adaptation : Federico Fellini
    Ennio Flaiano
    Tullio Pinelli
  • Dialogues : Georges Reville
    Lo . Version française réalisée sous la direction de Jacques Willemetz Duca (Dialogues françaises)
  • Scripte : Isa Mari
  • Interprètes : Marcello Mastroianni (Marcello Rubini)
    Anita Ekberg (Sylvia)
    Anouk Aimée (Maddalena )
    Yvonne Furneaux (Emma)
    Alain Cuny (Steiner)
    Annibale Ninchi (le père de Marcello)
    Magali Noël (Fanny)
    Lex Barker(Robert)
    Jacques Sernas (la vedette de cinéma)
    Nadia Gray (Nadia)
    Valeria Ciangottini (Paola, la jeune fille de la plage)
    Polidor (le clown)
    Mino Doro (l'amant de Nadia)
    Riccardo Garrone (Riccardo)
    Harriet White (Edna, secrétaire de Sylvia)
    Alain Dijon (Frankie Stout)
    Walter Santesso (le paparazzo)
    Renée Longarini (Madame Steiner)
    Giulio Questi (Don Giulio Mascalchi)
    Lilli Granado (Lucy)
    Carlo Di Maggio (Toto Scalise)
    Audrey McDonald (Jane)
    Enzo Cerusico (un photographe)
    Enzo Doria (un photographe)
    Laura Betti (Laura)
    Daniela Calvino (Daniela)
    Enrico Glori (l'admirateur de Nadia)
    Franca Pasut (la fille couverte de plumes)
    Giulio Paradisi (Tiziano)
    Nico(Nico)
    Luise Rainer (Dolorès, rôle pressenti mais non tourné)
    Sondra Lee (la danseuse de Spolete)
    Ida Galli (la débutante de l'année)
    Rina Franchetti (la mère des miraculés)
    Francesco Luzi (le chroniqueur de la RAI)
    Adriano Celentano (le chanteur de rock'n roll)
    Gio’ Stajano (Pierone)
    Archie Savage (un danseur noir)
    Leo Coleman (un danseur noir et un invité de la villa)
    Alfredo Rizzo (le réalisateur TV)
    Giulio Girola (le docteur Lucenti)
    Adriana Moneta (la prostituée)
    Gloria Jones (Gloria)
    Massimo Busetti (un travesti)
    Carlo Musto (un travesti)
    Antonio Iacono (Domino)(un travesti)
    Cesare Miceli Picardi (l'homme irrité au dancing)
    Donatella Esparmer (une dame qui accompagne l'homme irrité au dancing)
    Maria Pia Serafini (une dame qui accompagne l'homme irrité au dancing)
    Oscar Ghiglia (un proxénète)
    Gino Marturano (un proxénète)
    Tomás Torres (Gianelli)
    Carlo Mariotti (l'infirmier)
    Leonardo Botta (le médecin)
    Francesco Consalvo (l'assistant social)
    Guglielmo Leoncini (le secrétaire de Scalise)
    Sandy von Normand (l'interprète de la conférence de presse)
    Tiziano Cortini (l'opérateur des actualités filmées)
    Donatella Della Nora (une journaliste à la conférence de presse)
    Henry Thody (le journaliste du Picturegoer à la conférence de presse)
    Maïté Morand (la journaliste de L’Express à la conférence de presse)
    Donato Castellaneta (un journaliste à la conférence de presse)
    John Francis Lane (un journaliste à la conférence de presse)
    Concetta Ragusa (une journaliste à la conférence de presse)
    François Dieudonné (un journaliste à la conférence de presse)
    Mario Mallamo (un journaliste à la conférence de presse)
    Nadia Balabine (une journaliste à la conférence de presse)
    Umberto Felici (un journaliste à la conférence de presse)
    Fabrizio Capucci (le photographe à la conférence de presse)
    Gondrano Trucchi (le domestique)
    Paolo Labia (le domestique dans la maison de Maddalena)
    Giacomo Gabrielli (le père de Maddalena)
    Gianfranco Mingozzi (le jeune prêtre chez Steiner)
    Alex Messoyedoff (le prêtre du miracle)
    Aurelio Nardi (l'oncle du miraculé)
    Marianna Leibl (la dame avec Emma au miracle)
    Giovanna (la petite miraculée)
    Massimo (le petit miraculé)
    Iris Tree (elle-même, une invitée chez Steiner)
    Leonida Rèpaci (lui-même, un invitée chez Steiner)
    Anna Salvatore (une invitée chez Steiner)
    Letizia Spadini (une invitée chez Steiner)
    Margherita Russo (une invitée chez Steiner)
    Nello Meniconi (l'adversaire via Veneto)
    Vittorio Manfrino (le directeur du Tabarin)
    Vadim Wolkonsky (le prince Mascalchi)
    Ivenda Dobrzensky(le jeune aristocrate au pull-over)
    Eugenio Ruspoli di Poggio Suasa (Don Eugenio Mascalchi)
    Juan Antequero (le député espagnol)
    Rosemary Rannel Rodd (le médecin anglais)
    Ferdinando Brofferio (l'amant de Maddalena)
    Doris Pignatelli (la dame au manteau blanc)
    Mario De Grenet (le garçon désabusé avec des chiens)
    Franco Rossellini (le bel écuyer)
    Maria Marigliano (Massimilla)
    Loretta Ramaciotti (l'envoutée à la consultation)
    Cristina Paolozzi (la fille qui rit)
    Elisabetta Cini (la duchesse endormie)
    Maria Teresa Wolodimeroff (la dame lasse)
    Carlo Kechler (l'homme à l'horloge)
    Brunoro Serego Alighieri (le garçon au vison)
    Nani Colombo (la dame au miroir)
    Alberto Plebani (le docteur)
    Paolo Fadda (le commissaire-adjoint)
    Vando Tress (le commissaire de quartier)
    Franco Giacobini (le journaliste au téléphone)
    Giuliana Lojodice (la femme de chambre de Steiner)
    Federika André (la locataire de Steiner)
    Giancarlo Romani (le gendarme)
    Tito Buzzo (la brute musclée)
    Leontine Van Strein (la maîtresse de la vedette de cinéma)
    Christine Denise (la dame qui mange du poulet)
    Decimo Cristiani (le jeune homme muet)
    Sandra Tesi (la fille assise)
    Renato Mambor (lui-même, un invité de la villa)
    Mario Conocchia (l'homme au soutien-gorge)
    Lucia Vasilico (la jeune fille qui se confesse)
    Nico (elle-même, Nico Otzak)
    Giuseppe Addobbati
    Ignazio Dolce (un carabinier)
    Gian Piero Bugli (un carabinier)
    Armando Annuale
    Giovanni Baghino
    Ignazio Balsamo
    Remo Benedetti
    Ida Bracci Dorati
    Tony Campanino
    Giulio Citti
    Andrea De Pino (un journaliste)
    Adele De Rossi
    Oretta Fiume (une invitée de la villa)
    Angela Giavalisco
    Romolo Giordani
    Christine Graefeck
    Libero Grandi (un photographe)
    Maurizio Guelfi
    Gloria Hendy
    April Hennessy
    Nina Hohenlohe
    Yami Kamadeva
    Else Knorr
    Francesco Lori
    Maria Mazzanti
    Marta Melocco (une invitée chez Steiner)
    Lucia Modigliani
    Desmond O'Grady
    Liana Orfei
    Umberto Orsini (un invité de la villa)
    Ada Passeri
    Loretta Pepi
    Paola Petrini
    Oliviero Prunas
    Giovanni Querrel
    Anna Maria Salerno
    Lisa Schneider
    Noel Sheldon
    Isabella Sodani
    Gino Talamo
    Teresa Tsao
    Winie Vagliani (la chanteuse, une invitée chez Steiner)
    Aldo Vasco
    Maria Teresa Vianello
    Antoinette Weynen
    Angela Wilson

Fiche technique

  • Photographie : Otello Martelli (A.I.C.)
  • Chef opérateur : Arturo Zavattini
    Ennio Guarnieri (assistant)
  • Compositeur de la musique : Nino Rota
    participation de "I Campanino" et Adriano Celentano
  • Directeur musical : Franco Ferrara
  • Ingénieur du son : Agostino Moretti
    Oscar Di Santo
    Paul Boistelle
  • Monteur : Leo Catozzo
    Adriana Olasio (assistante)
    Vanda Olasio (assistante)
  • Chef décorateur : Piero Gherardi
    Giorgio Giovannini (assistant)
    Vito Anzalone (assistant)
    Cuppini
  • Costumier : Piero Gherardi
    Vito Anzalone (assistant)
  • Son : Westrex - Paris Studios Cinéma (procédé sonore)
  • Maquilleur : Otello Fava
    Renata Magnanti (coiffeuse)
    Angeloni (assistant)
  • Photographe de plateau : Pierluigi Pralturlon (Agence photographique Pierluigi)
  • Chef machiniste : Stefano "er tedesco"
    Mario Micheli (machiniste)
    Tortora (machiniste)
  • Assistant réalisateur : Dominique Delouche
    Guidarino Guidi
    Paolo Nuzzi
    Giancarlo Romani
    Gianfranco Mingozzi
    Lilli Weenman
  • Conseiller artistique : Brunello Rondi
  • Procédé image : Totalscope
    Négative Dupont
  • Laboratoire : Laboratoire G.T.C.
  • Chef Electricien : Massimo Massimi
  • Electriciens : Aristide Massaccesi (Joe D'amato)
    Altriprandi
  • Assistant régie : Giancarlo Romani Adami
  • Assistant régie (et clap du premier jour de tournage) : Gianfranco Mingozzi
  • Photographies des anamorphoses : Laboratoires Léo Lax Films

 

Résumé et notes

  • Genre : Drame de moeurs
  • Durée : 173 minutes

RÉSUMÉ

Journaliste, Marcello écrit des articles à sensation sur les sujets les plus divers et principalement sur les ragots et scandales glanés dans les baltes de nuit. C'est ainsi qu'il rencontre une fille d'industriel, Madeleine, et passe le reste de la nuit avec elle, sur le lit d'une prostituée. En rentrant chez lui, Marcello trouve sa maitresse Emma inconsciente, elle a tenté de se suicider. Il la conduit à l'hôpital et, un instant s'attendrit sur son sort. Mais il est repris par sa vie et suit avec acharnement une vedette américaine, Sylvia. Cela lui rapportera une correction de la part du fiancé de la belle star. Il rencontre son ami Steiner dont il apprécie le merveilleux équilibre et la vie familiale. Mais Steiner se suicide après avoir tué ses deux enfants. Après une dispute atroce avec Emma, et la visite trop rapide d'un père qu'il a peu connu, il ne reste plus rien pour sauver Marcello. A l'issue d'une nuit d'orgie, il aperçoit, au petit matin une adolescente qu'il a déjà rencontrée. Il ne la reconnait pas, ne la comprend pas, et part avec ses compagnons de beuverie. D'après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

Prix et distinctions : Oscar du cinéma 1962: Oscar pour les meilleurs costumes à Piero Gherardi ; Palme d’Or au Festival de Cannes 1960 ; David di Donatello pour le meilleur réalisateur 1960 ; Nastro d’Argento pour le meilleur acteur protagoniste (Mastroianni) 1961 ; Nastro d’Argento por les Décors à Piero Gherardi ; Nastro D’argento pour la meilleure idée originale (Tullio Pinelli, Ennio Flaiano, Federico Fellini) ; New York Film Critics Awards 1961 : meilleur film étranger ; Satellite Award 2005 : Best Classic DVD.
  • Début du tournage : 16 mars 1959 à 11h35, plateau 14 de Cinecitta, scène de la coupole de Saint-Pierre (d’après G. Mingozzi).
  • Première représentation en Italie: 5 février au cinéma Capitol de Milan.
  • Première représentation (Paris): 11 mai 1960. - Cinémas Français et Marignan.
  • La scène de la fontaine de Trévi est tournée le 10 avril 1959
  • Aristide Massaccesi, plus connu sous le nom de Joe D'Amato, travailla sur le plateau du film en tant qu'électricien. Il devint ensuite directeur de la photo, scénariste, monteur, acteur et producteur. Plus connu en tant que réalisateur, il est considéré comme le cinéaste le plus productif du cinéma italien avec 200 films à l'actif.
  • En Espagne le film fut interdit par le censure franquiste jusqu’en 1981, cinq ans après la mort du dictateur ibérique.

Notes critiques

  • A sa première présentation nationale, le 5 février 1960, au cinéma Capitol de Milan, le film fut sifflé: les invités crashèrent sur Fellini et insultèrent Mastroianni. L' Osservatore romano (le journal officiel du Vatican) publia deux articles intitulés La sconcia vita (la vie indécente) et Basta rédigés, paraît-il, par Oscar Luigi Scalfaro (futur Président de la République italienne de 1992 à 1999). Des interrogations parlementaires furent présentées à l'époque et les maires de plusieurs villes interdirent la vision du film aux citoyens.
  • Pier Paolo Pasolini dans la recension publiée sur Filmcritica écrivit que La Dolce vita est le plus haut et absolu produit du catholicisme de cette époque. Seul les clérico-fascistes romains, seulement les capitalistes moralistes milanais peuvent être aussi aveugles de ne pas comprendre cela.
  • Italo Calvino aussi parla d'un film catholique en le citant aussi comme un exemple de film idéologique dans une interview sur la revue Cinema Nuovo.
  • Georges Sadoul dans son Histoire du Cinéma Mondial écrivit : La Dolce Vita, dont le succés fut prodigieux, montra le «Beau Monde» entrainé dans une danse macabre toujours recommencée, dominée par le sens de l’angoisse contemporaine.

Citations et reprises

  • Dans Lost in Translation de Sophia Coppola Bill Murray et Scarlett Johansson regardent à la télé la scène de la fontaine de Trevi en buvant du saké.
  • La dolce vita a inspiré Woody Allen pour la réalisation du film Manhattan (1979). Le réalisateur new yorkais traite le sujet de la ville de la même manière que Fellini en s'inspirant de son personnage principal Marcello Rubini.
  • Un autre film de Woody Allen, Celebrity (1998), qui se déroule encore à New York, est une sorte de remake thématique de la Dolce vita.
  • Dans le film Intervista de Fellini, dans une scène tournée dans la maison d'Anita Ekberg, l'actrice suédoise Fellini et Mastroianni regardent la scène de la fontaine de Trevi projetée dans le salon de la diva.

Acteurs

  • Pour interpréter l'intellectuel Steiner Fellini eut beaucoup d'indécisions. Parmi les candidats il y avait Henry Fonda et Enrico Maria Salerno: le choix, soutenu aussi par Pasolini, tomba sur Alain Cury.
  • Annibale Ninchi, qui intérprète le père de Marcello, fut choisi par Fellini après un casting qui conquit tout le monde, à la place de Maurice Chevalier. L'acteur ressemblait physiquement au père du cinéaste.
  • Polidor, le célèbre comique du cinéma muet, interprète le rôle du clown-trompettiste. Fellini aimait le cinéma comique italien des premiers temps et notamment les films de Tontolini, devenu ensuite Polidor. Il joua dans 4 films du réalisateur: Les nuits de Cabiria ; La Dolce Vita ; et Toby Dammit.
  • Dans la séquence chez Steiner Fellini réunit des vrais artistes avec des littéraires italiens et étrangers. Beaucoup de ces derniers faisaient partie du cercle d'anglais qui fréquentaient le salon de Jenny Crosse, fille de Robert Graves, poète et romancier britannique. Parmi eux la poétesse Iris Tree, fille Sir Herbert Beerbohm Tree, l'écrivain Leonida Repaci, la chanteuse jamaïquaine Winie Vagliani, la peintre Anna Salvatore. Dans la séquence des aristocrates dans le château le peintre italien Renato Mambor interprète lui même; pareillement pour la chanteuse Nico, future star des Velvet Underground et muse d'Andy Warhol.
  • Dans la scène du miracle Emma est accompagnée par une dame: il s'agit de Marianne Leibl, noble autrichienne, graphologue et psychologue qui fut l'élève de Carl J. Jung. Fellini, très fasciné par ce personnage, la consultait souvent durant le tournage du film.

Interviews et Entretiens

Fellini

"Je ne déplore ni le succès, ni le scandale que mon film La douceur de vivre a connu en Italie. J'y vois au contraire un signe de vitalité , même si tout cela ne va pas pour moi sans quelque amertume. Mais j'attends à présent du public français qui n'a pas de raison de se sentir aussi directement concerné que les gens de mon pays par cette penture de la haute société romaine, par certains détails locaux, un jugement autre et plus serein. J'attache une grande importance au jugement des Français". (...)

"Les Français ont fait le succès de mes films précédents. Non seulement chez eux, mais, par un choc en retour en Italie même." (...)

"J'ai décrit la haute société romaine parce que je suis romain, parce que c'est celle-là que j'avais sous les yeux. Je suppose que j'aurais pu exprimer les mêmes choses, traiter les mêmes problèmes, dans un autre contexte, à Londres, à Berlin, à Paris. Ou à Babylone il y a deux mille ans!" (...)

"On n'aborde pas un film que l'on veut faire avec une formule culturelle ou idéologique toute prête. L'auteur doit être dans un état de disponibilité totale, afin de ne rien négliger du réel, de cerner la vérité, de la reconnaître au passage... Un film est une expérience, une aventure dans laquelle on s'engage totalement. Mes films sont des saisons de ma vie..." (...)

"Un film sans musique, voilà ce qu'aurait pu être La douceur de vivre Ou plutôt, une oeuvre dont toute la musique aurait été pôt-pourri, le cocktail frelaté de ces musiques usées que l'on entend partout. Cependant, m'en tenir à une solution aussi radicale, c'était me priver de la collaboration, qui m'est chère, du compositeur Nino Rota. Je lui commandais alors un commentaire musical tout en lui faisant une recommandation essentielle. Je voulais quelque chose de baroque, de raffiné, de presque byzantin pour exprimer l'atmosphère exténuée de cette cou aristocratique que la haute société romain constitue". (...)

Propos recueillis par Jacques André pour Le Midi Libre le 15 mai 1960 ; d'après la revue de presse du film conservée à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.

Georges Sadoul : Une cruelle leçon d'anatomie.

La Douceur de vivre, tel fut le propos de Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro, de Bunuel dans L'âge d'or, de Jean Renoir, en 1939, dans La Règle du jeu, de Fellini dans La dolce vita''. Nous avons vu à Cannes l'iceberg de ce film s'enfoncer implacablement au flanc d'un transatlantique pour le couler par le fond avec ses passagers de luxe au rythme des danses à la mode et des cantiques.

Pourquoi voulez-vous qu'on applaudisse son propre naufrage? Ce film très attendu fut accueilli avec une stupeur qui frisait la déroute. Il n'y a pas d'unité et les scènes se répètent, ont dit certains. Cabiria regardait déjà le monde en une série de tableaux successifs comme le héros de Gogol dans Les âmes mortes. Avec La dolce vita Fellini poursuit le même voyage parmi d'autre gens.

Marcello, vitellone devenu chroniqueur mondain, regarde Rome, qui n'est pas "l'unique objet de ressentiment". Il est un "baladin du monde occidental", celui qui poursuit dans le ciel de la Ville Éternelle la statue du Christ travailleur suspendue à un hélicoptère, avant d'aller courtiser au sommet de la basilique de Saint-Pierre une blonde star à la belle poitrine vêtue d'une soutane très ajustée. En apparence désunis, ces tableaux trouvent leur unité dans un délire frénétique. Contemplant son propre sabbat, le public du festival refusait d se reconnaître. Tout autant que l'orgie romaine, nous contemplions l'acide caricature de notre joli monde, le french-cancan de la belle époque 1960.

Dans une Europe qu'emportait l'euphorie d'une surprise, party insensée, une stridente angoisse traversait les fêtes galantes. Au petit jour, dans la retombée des plumes isotopiques, la mort parut sur la plage avec son grand poisson contaminé.

Ce film insolite, ce miroir tendu aux maîtres d'un certain monde, on ne le trouvera pas sans défaut. La prédication d'un intellectuel à grande cervelle n'a pas un accent aussi décisif qu'une voix criant au miracle avec deux enfants, sous les caméras de la télévision, qui tentent de concurrencer Bernadette et Lourdes.

Ce film est puissant, implacable, pesant, magnifique comme La Leçon d'anatomie. Par delà la curée des hyènes photographes, l'angoisse contemporaine s'y exprime, comme jamais peut-être.

Je ne suis pas de ceux qui aiment Fellini, mais qui l'admirent. Pour s'exprimer, l'admiration a besoin de réfléchir. Je donne donc rendez-vous à huitaine pour dire ce que j'aurai compris et senti de ce film-événement.

Revue de presse du film conservée à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.


     

    Date de la publication électronique : 07 octobre 2010
    Sources :
    • Index de la Cinématographie française 1961
    • R. Poppi; M. Pecorari: Dizionario del cinema italiano; I Film vol. 3: dal 1960 al 1969
    • Fiche technique du film (collection Fondation Jérôme Seydoux-Pathé)
    • Synopsis publicitaire du film
    • Il Castoro, F. Fellini

    Dolce Dolce Vita, mmagini da un set di Federico Fellini (a cura di Gianfranco Mingozzi); Giorgio Menna 1999