L'Amant   –  Jean-Jacques Annaud  –  1992

Fiche générale

Affiche
  • Pays de production : France
    Grande-Bretagne
    Vietnam
  • Genre : Drame
  • Durée : 112 minutes
  • Producteur : Claude Berri
  • Production : Renn Productions (Paris)
    Burrill Productions (Londres)...
  • Distribution : A.M.L.F.
    Metro Goldwyn Mayer...
  • Réalisateur : Jean-Jacques Annaud
  • Interprètes : Jane March (la jeune fille)
    Tony Leung (le Chinois)
    Frédérique Méninger (la mère)
    Arnaud Giovaninetti (le frère aîné)
    Melvil Poupaud (le petit frère)
    Lisa Faulkner (Hélène Lagonelle)...
  • Scénario : Jean-Jacques Annaud
    Gérard. D'après le roman de Marguerite Duras '' L'Amant'' publié en 1984 aux Editions de Minuit Brach (prix Goncourt)
  • Adaptation : Jean-Jacques Annaud
    Gérard Brach
  • Directeur de production : Jean-Claude Bourlat
    Christine Raspillère ...
  • Directeur de la photographie : Robert Fraisse
  • Chef opérateur : Michèle Picciaredda (cadreur)
    Alain Herpe (1er assistant opérateur)...
  • Compositeur de la musique : Gabriel Yared
    Nat Peck (régisseur musique)
  • Monteur : Noëlle Boisson
    Diane Logan (assistante)...
  • Chef décorateur : Thanh At Hoang
    Olivier Radot (1er assistant)...
  • Costumier : Yvonne Sassinot de Nesle (créatrice des costumes)
    Jean-Daniel Vuillermoz (chef costumier/chef d'atelier)

Production

  • Pays de production : France
    Grande-Bretagne
    Vietnam
  • Producteur : Claude Berri
  • Production : Renn Productions (Paris)
    Burrill Productions (Londres)
    Films A2 (Paris)
  • Distribution : A.M.L.F.
    Metro Goldwyn Mayer
    Tobis Filmkunst
    Penta Distribuzione
  • Directeur de production : Jean-Claude Bourlat
    Christine Raspillère
    Pierre Tremouille (directeur financier)
    Nicole Heitzmann
    Françoise Della Libera
    Nguyen Thi Dao
    Anne- Simone Diep
    Jean-Pierre Bonnet (administrateurs de production)
  • Assistant de production : Danielle Dumanoir (secrétaire de production)
  • Producteurs associés : Jacques Tronel
    Josée Benabent-Loiseau

 

Fiche artistique

  • Réalisateur : Jean-Jacques Annaud
  • Scénario : Jean-Jacques Annaud
    Gérard. D'après le roman de Marguerite Duras '' L'Amant'' publié en 1984 aux Editions de Minuit Brach (prix Goncourt)
  • Adaptation : Jean-Jacques Annaud
    Gérard Brach
  • Conseiller historique : Son Nam
    Desmond Jones (conseiller à la gestuelle)
    Lam Thanh (conseiller traditions chinoises)
    Guy Wagner (consultant maritime)
  • Scripte : Laurence Duval-Annaud
  • Interprètes : Jane March (la jeune fille)
    Tony Leung (le Chinois)
    Frédérique Méninger (la mère)
    Arnaud Giovaninetti (le frère aîné)
    Melvil Poupaud (le petit frère)
    Lisa Faulkner (Hélène Lagonelle)
    Jeanne Moreau (la voix-off française et anglaise)
    Xiem Mang (le père du Chinois)
    Raymonde Heudeline (l'écrivain - fin)
    Philippe Le Dem (le professeur de français)
    Ann Schaufss (Anne-Marie Stretter)
    Quach Van An (le chauffeur de la limousine)
    Tania Torrens (la directrice du pensionnat)
    Yvonne Wingerter (l'écrivain -début)
    Hélène Patarot (la surveillante chef)
    Do Minh Vien (le jeune boy)
    Nguyen Thi Hoa (Dô)
    Frédéric Auburtin (le pianiste du paquebot)
    Nguyen Van Lam (le boy aide-cuisinier)
    Minh Trang (la surveillante dortoir)
    Truong Thu (le chauffeur du car)
    Ly Nguyen Phat (le serviteur 1)
    Lam Thanh (le serviteur 2)
    Vu Kim Trong (le coolie jeune fille)
    Vu Dinh Thi (le capitaine du bac)
    Lu Van Trang (le contrôleur du car)
    Nguyen Thi Cam Thuy (la mariée)
    Tieu / Giang Nu (entremetteuses du mariage)
    Alido H. Gaudencio (le chauffeur d'Anne-Marie Stretter)
    Do Thi Hong Thuy
    Tania Boudichenko (doublures lumière jeune fille)
    Tran Huu Hien
    Vincent Pham (doublures lumière Chinois)

Fiche technique

  • Directeur de la photo : Robert Fraisse
  • Chef opérateur : Michèle Picciaredda (cadreur)
    Alain Herpe (1er assistant opérateur)
    Jorje Rosales (2ème assistant opérateur Viêt-Nam)
    Hugues Poulain (2ème assistant opérateur France)
  • Compositeur de la musique : Gabriel Yared
    Nat Peck (régisseur musique)
  • Ingénieur du son : Laurent Quaglio (concepteur sonore)
    Christian Wangler (Ingénieur du son tournage)
    Allan Brereton (perchman)
    Jean-Pierre Lelong
    Jack Jullian-Gaufres
    Mario Melchiorri (bruitage)
    Claude Villand
    Bernard Leroux (mixage)
  • Trucages : Patrice Beau (Trucages additionnels Eurotitres)
    Magic Camera Company Ltd London (trucages optiques & Matte-paintings)
  • Effets spéciaux : Georges Demetrau (accessoiriste effets spéciaux tournage)
    Rolando Salem
    Manuel Macapagal (assistants Viêt-Nam)
    Fréderic Moreau (superviseur des effets spéciaux et trucages)
  • Monteur : Noëlle Boisson
    Diane Logan (assistante)
    Caroline Coudin
    Céline Migeon (stagiaires)
  • Chef décorateur : Thanh At Hoang
    Olivier Radot (1er assistant)
    Frédérique Rouxel (2ème assistant)
    Sophie Martel (ensemblière)
    Tran Trong Tri
    Dang Dinh Nhu
    Tran Van Kiep
    Truong Nguyen Nhut (ensembliers adjoints Viêt-Nam)
    Sylvain Tetrel
    Denis Cavalli (maquettistes)
    Olivier Panchot
    Dominique Castan (stagiaires)
  • Costumier : Yvonne Sassinot de Nesle (créatrice des costumes)
    Jean-Daniel Vuillermoz (chef costumier/chef d'atelier)
  • Son : Dolby Stéréo
    Pyral Pellicule Agfa-Gevaert
  • Monteur son : Roberto Garzelli (assistant son)
  • Chorégraphie : Eléanor Fazan
    Jacques Bense (professeur de danse)
    Arthur Benon (professeur de piano)
  • Décors : Coyote
    Jiri Juda (accessoiristes de plateau Viêt-Nam)
    Yves Seigneuret (accessoiriste de plateau France)
  • Maquilleur : Anne-Marie Branca (chef maquilleuse)
    Nguyen Kieu Thu (maquilleuse Viêt-Nam)
    Sylvie Mathevet (chef coiffeuse Viêt-Nam)
    Le Minh Hung
    Duong Xuan Loan (coiffeur Viêt-Nam)
  • Casting : Françoise Combadière
    Francine Cathelain
    Olivier Mergault (France)
    Patricia Pao (Hong-Kong)
    Johanna Merlin (U.S.A.)
    Celestia Fox
    Patsy Pollock
    Mary Selway (U.K.)
    Dang Thu Hong
    Sergueï B. Banlakin (casting figuration Viêt-Nam)
  • Photographe de plateau : Benoît Barbier
  • Régisseur : Olivier Helie
    Nguyen Thanh Son (régie générale Viêt-Nam)
    Jean-Yves Asselin (régie générale France)
    Maxime Bochner
    Alfred Lot
    Rachid Bouafia
    Nguyen Van Dai
    Stéphanie Seilhean (régisseurs adjoints Viêt-Nam)
    Philippe Roux (régisseur adjoint France)
    Mat Troi Day
    Jean-René Coulon (régisseurs d'extérieurs Viêt-Nam)
    Le Tranh Hung Joseph (régisseurs d'extérieurs adjoints Viêt-Nam)
    Eric Brouillet
    Deden Krouchi (régisseurs d'extérieurs France)
    Martin Grange (régisseur véhicules d'époque)
    Olivier Bonnard
    Médéric Bourlat
    Etienne Levallois (stagiaires)
  • Chef machiniste : Jean-Pierre Mas
    Marion d' Orio (sous-chef machiniste)
    Raynaldo Balicas
    Rufo Balicas (machinistes Viêt-nam)
    Michel Dechaud (machiniste France)
  • Assistant réalisateur : Isabelle Henry
    Frédéric Auburtin (1er assistant)
    Nguyen Phu Huu (2ème assistant)
    Pierre Minot
    Nguyen Vinh Son
    Jean-Luc Tran
    Quach Manh Kha
    Le Trac
    Pham Ngoc Chau (2ème assistant Viêtnam)
    Ewa Santamaria (2èassistant France)
  • Laboratoire : Eclair

Résumé et notes

  • Genre : Drame
  • Durée : 112 minutes

RÉSUMÉ

Une jeune Française de quinze ans et demi vit en Indochine avec sa mère, institutrice, et ses deux frères. La famille est pauvre car la mère s'est ruinée en placements malheureux. Alors qu'elle se rend à Saïgon pour y rejoindre son pensionnat, la jeune fille rencontre un beau Chinois d'une trentaine d'années. Elle accepte de le revoir et il l'initie aux joies de l'amour physique. Il s'éprend violemment de cette femme-enfant si sensuelle, tandis qu'elle prétend n'en vouloir qu'à son argent. La mère de l'adolescente s'arrange pour qu'elle puisse voir le Chinois à loisir tout en feignant d'ignorer qu'elle couche avec lui. Ses camarades pensionnaires commencent à fuir la jeune fille. Sa mère décide alors qu'il est temps de rentrer en France. Le frère aîné, opiomane, part en éclaireur. Le Chinois est contraint d'épouser une riche héritière et tente de se consoler dans l'opium. La jeune fille assiste à son mariage. Il ne vient pas à leur dernier rendez-vous mais elle voit sa voiture sur le quai alors que le bateau l'emmène vers la France. Elle n'oubliera jamais cet homme qu'elle a peut-être aimé. D’après le synopsis publicitaire du film

En savoir plus

Extraits du dossier de presse du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Jean-Jacques Annaud (réalisateur) :

"Quinze ans et demi, le Mékong. Un feutre rose, les eaux limoneuses du fleuve. Une limousine noire, le bac rouillé. Un Chinois en tussor beige. Des lèvres rouge cerise. Un car indigène dans la poussière des plaines du Delta. Des hauts talons en satin noir. Le lycée blanc pour Blancs. Le pensionnat bistre des autres. La garçonnière passée à la chaux. Les stries des persiennes sur les stores de coton. L'eau fraîche des jarres sur la peau. La peau. Les deux corps enlacés dans la fournaise. Les lampions rouge et or de la ville chinoise. La cohue bigarrée des restaurants à étages. La polyphonie des couleurs d'un mariage nautique. Les fumées des villages de brousse. Celle aussi, noire, du paquebot noir qui s'éloigne sur l'océan Indien. Ce sont ces images-là qui m'ont donné l'envie de faire ce film. "

NOTE CRITIQUE :

  • Claude Berri achète les droits de « L'Amant » de Marguerite Duras pour faire une adaptation cinématographique qu'il propose à Jean-Jacques Annaud au cours du tournage de « L'Ours ». Jean-Jacques Annaud refuse, mais le projet lui reste dans l'esprit. Un an plus tard, il acceptera de faire le film.
  • L'adaptation débute le 26 mars. Elle va durer plus d'un an unissant le metteur en scène et son scénariste Gérard Brach.
  • Le 25 septembre 1990 Jean-Jacques Annaud réunit son équipe au grand complet pendant trois jours pour une lecture du scénario. Tout est expliqué, analysé : la vie coloniale de l'époque, les effets spéciaux, les choix des costumes, la lumière, les décors.
  • En octobre, la déco et l'équipe costumes partent s'installer au Viêt-Nam.
  • Le 12 novembre, pré-tournage au Viêt-Nam avec une équipe réduite.
  • Lundi 14 janvier 1991, premier jour de tournage au Viêt-Nam.
  • Samedi 14 mai 96ème jour, dernier jour de tournage au Viêt-Nam.
  • Lundi 13 mai, 97ème jour : premier jour de tournage en France. Studios Pathé, rue Francoeur.
  • 136 heures de tournage. Budget du film : 122 millions de Francs.
  • Pour le tournage de « L'Amant » au Viêt-Nam l'équipe a tout repris. Il a fallu refaire les chaussées, les trottoirs, remettre des volets aux fenêtres, enlever les fils électriques, replanter des arbres et des fleurs, retaper et repeindre les façades, masquer les postes de garde ou les bunkers pour retrouver l'Indochine de 1930. Ou plutôt le rêve d'exotisme colonial qui est un des sous-textes du roman.
  • Pour trouver la jeune fille, des directeurs furent engagés aux quatre coins du monde : en France, en Angleterre, en Asie et aux Etats-Unis. Des avis de recherche furent expédiés dans tous les pays. Après avoir vu des centaines de jeunes filles, Jane March a été repérée en couverture d'un magazine anglais.
  • Le Paquebot "l'Alexandre Dumas" a été trouvé au bout d'un an et demi de recherches. Après avoir exploré la moitié du monde à sa recherche, le bateau choisi pour le film fût l'Express Katharina, dont le port d'attache était Chypre. Bien que sa construction fût postérieure aux années 20, l'Express Catharina correspondait à l'allure générale et à la taille recherchée (200 mètres de long environ), il était en bon état et de surcroît disponible. D'énormes travaux d'aménagement furent entrepris.
  • En ce qui concerne le choix photographique du film, Robert Fraisse prend le premier parti-pris, arrêté en commun, qui fut de refuser les clichés de l'exotisme d'intimité, de faire sobre à tout prix pour éviter la mièvrerie d'une photo trop raffinée. Le piège était réel dans un univers où la beauté est omniprésente. Autre choix : faire évoluer la lumière tout au long du film. Au début, elle est naïve, descriptive, plutôt « naturaliste », ensuite elle évoque l'expressionisme pour devenir plus dure à la fin, surtout dans les dernières scènes de la garçonnière. Parfois la lumière doit exprimer la nostalgie, parfois la violence ou le désespoir. En d'autres termes, elle est au départ extérieure, presque neutre, puis s'y mêle une autre lumière, qui vient des sentiments, de l'âme. Troisième choix : serrer au plus près la lumière vietnamienne, capter ce qu'elle a d'original. Pour les scènes d'intérieur, elle est pauvre, c'est une sorte de pénombre permanente ; à l'extérieur, elle est si forte qu'elle exige beaucoup de travail, d'autant qu'au Vietnam, les phénomènes lumineux sont très éphémères.
  • Filmer le plaisir, la fusion des chairs peut être obscène ou niais. Pour éviter ces écueils, Jean-Jacques Annaud et Robert Fraisse ont tourné une partie des scènes d'amour en macrophotographie - ou plus précisément en "grandissement un", qui est le degré zéro de la macro: l'image est égale à l'objet. Autrement dit, sur une pellicule qui fait 12 mm sur 22 mm on cadre un élément de la même dimension, 12 mm sur 22 mm, un morceau de peau, le coin de l'oeil, les commissures des lèvres qui sur grand écran révéleront leur étrangeté... Cet exercice minutieux demande beaucoup de lumière (environ quatre fois plus), pour avoir une profondeur de champ tout juste convenable. L'équipe de Robert Fraisse s'est aidée d'un appareil utilisé en médecine: l'endoscope. Situé au bout d'un tube, l'objectif s'approche très près de ce qu'on filme, et l'on est moins gêné pour les éclairages qu'avec une caméra plus volumineuse. La macrophotographie s'emploie très peu, en dehors du domaine scientifique, où l'on désire simplement donner à voir. Ici on a voulu aller au-delà, rechercher une image où, par manque de profondeur de champ, il y ait une grande proportion d'éléments flous et une petite proportion d'éléments nets. Ainsi suggère-t-on, au bord de l'abstraction, le mystère de la chair.
  • Nombre de personnes ayant participé au film : 133 Vietnamiens embauchés par Renn Productions (sans compter les extra-couturières, chauffeurs, policiers, etc. soit environ 200 personnes), 51 Européens et 8 Philippins. Figuration : 5670 cachets vietnamiens, 1662 cachets russes et français.

  • Sortie : 22 Janvier 1992
Date de la publication électronique : 18 juillet 2011
Sources :

Matériel publicitaire du film, collection de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ; Fiches du cinéma, L'annuel, Tous les films 1992, Editions Chrétiens-Médias, 1993, p.28