Péché de jeunesse  –  Albert Capellani  –  1911

Fiche générale

  • Numéro de film : 4147
  • Genre : Comédie dramatique
  • Production :Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères
  • Réalisateur :Albert Capellani
  • Interprètes : Georges Grand (le docteur)
    Charles Mosnier
    Gabrielle Robinne (la femme du docteur)
    Jeanne Bérangère (l’ouvrière)
    la petite Maria Fromet (l’enfant)
    Andrée Marly
    Gabrielle Chalon
  • Scénario :Titre de travail : Roman d’un jourAdrien Caillard

Production

  • Production :Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL)
  • Édition : Pathé frères

Fiche artistique

  • Réalisateur :Albert Capellani
  • Scénario :Titre de travail : Roman d’un jourAdrien Caillard
  • Interprètes :Georges Grand (le docteur)
    Charles Mosnier
    Gabrielle Robinne (la femme du docteur)
    Jeanne Bérangère (l’ouvrière)
    la petite Maria Fromet (l’enfant)
    Andrée Marly
    Gabrielle Chalon

Fiche technique

Résumé et notes

  • Genre : Comédie dramatique
  • Métrage : 330 m
  • Code télégraphique : Moqueur

RÉSUMÉ

Dans la chambre voisine de celle de l’étudiant Maxime de Vérac, une jeune ouvrière, minée par la misère, tousse à fendre le cœur. Maxime, ému de tant d’infortune, frap­pe à la porte de sa petite voisine et lui vient en aide. De la pitié à l’amour, le pas est bien vite franchi : les chambres mitoyennes n’en font bientôt plus qu’une. Les mois pas­sent sur leur idylle sans altérer leur bonheur. Mais un jour, de Vérac père débarque à Paris, opère une brusque rupture et enlève son fils avant qu’il ait le temps de revoir sa maîtresse et de se ressaisir. Le temps a passé. L’étu­diant d’hier est devenu un docteur marié et grave. Il a épousé une adorable jeune femme, Ghislaine, qu’il aime jalousement. Une visite de charité conduit celle-ci chez la petite ouvrière de jadis, à qui un enfant est né après la rupture. Ghislaine y trouve la photographie de son mari et apprend qu’il est le père de l’enfant. Quelques jours plus tard, une lettre l’avertit que sa protégée, gravement atteinte de la poitrine est au plus mal et veut la voir. Elle s’y rend, sans vouloir donner à son mari le motif de sa sortie. Celui-ci, inquiet, mordu par la jalousie, la suit et arrive dans la pauvre mansarde alors que la mourante vient de rendre son dernier soupir. Ghislaine, douloureu­sement émue, mais pitoyable, attire l’enfant dans ses bras et, en ce simple geste, absout de son péché de jeunesse l’époux désormais assagi et fidèle.

En savoir plus

Annoncé dans Ciné-Journal, n° 135, 25.3.1911

Sujet dans le Bulletin Pathé n° 8

Sortie  : Théâtre Omnia, Rouen, 3 au 9.5.1911

Date de la publication électronique :08 December 2008
Sources :
  • Henri Bousquet, Catalogue Pathé des années 1896 à 1914, Bures-sur-Yvette, Editions Henri Bousquet, 1994-2004